Plus de souveraineté pour Israël, alors que la France la perd ?

Plus de souveraineté pour Israël, alors que la France la perd ?

0
139

Souveraineté : celle d’Israël peut-elle s’étendre, alors que celle de la France s’effondre?

Par Manfred Gerstenfeld

La France s’est présentée dans les médias comme la championne de ces pays qui escomptent bien que l’Union Européenne décide des mesures punitives contre Israël, s’il annexe certaines parties de Judée-Samarie, à  l’ouest du Jourdain[1]. Pourtant, la rencontre des Ministres des Affaires étrangères de l’U.E, le 15 ami n’a même pas permis d’atteindre le moindre accord sur une motion très atténuée[2]

Cette tentative de prise de la tête de la campagne anti-israélienne par la France survient au moment où celle-ci est à un stade parmi les plus faibles de toute l’histoire de ce pays. Au 22 mai  la France connaît plus de 28 289 décès du Coronavirus, la plaçant  parmi les nations européennes les plus touchées[3]. Les problèmes économiques sont considérables. Déjà bien avant l’émergence de la pandémie, le Produit Intérieur Brut de la France, selon le ratio de la dette était faible, à près de 100%. L’U.E  incite ses états-membres à lutter pour que ce ratio se situe autour de 60% et que le déficit du budget n’excède pas 3%. A la mi-avril, les Ministres français prévoyaient un déficit budgétaire de 9% pour 2020 et une dette de 115% du ratio du PIB[4]. Cela pourrait bien être un peu trop optimiste. La popularité du Président Macron continue de décliner. Aux alentours de la fin avril, les sondages le donnaient à 38% de satisfaction. Durant les début de la pandémie, sa côte de popularité a augmenté[5].

LIRE  Nouveau maire de Londres : ce qui inquiète, c'est son parti, pas sa religion !

Depuis une longue période, l’U.E a été entraînée par l’axe franco-allemand. Depuis des décennies, les Allemands étaient désireux de donner à la France un rôle plus vaste qu’elle ne le méritait, au sein de l’U.E, selon son poids politique et économique réel. C’était lié au passé atroce de l’Allemagne en temps de guerre. Ce profil plus faible qu’officiellement reconnu convenait parfaitement aux Allemands. Au cours du long exercice d’Angela Merkel à la Chancellerie, qui a débuté en 2005, l’Allemagne a commencé à devenir beaucoup plus dominante. C’était d’autant plus le cas, alors que le précédent Président socialiste français, François Hollande (2012-2017) s’est avéré un dirigeant d’une faiblesse extrême.

Un nouveau déclin du statut de la France menace. Le quotidien allemand, Die Welt, a écrit que la France était terriblement mal préparée à la survenue de la pandémie, qu’elle a payée par de nombreux décès. L’article ajoutait que la France était dorénavant très loin derrière l’Allemagne sur le plan économique. Il y a eu une énorme perte de confiance, de la part des citoyens français, dans les cercles dirigeants de leur pays. Le journal affirmait aussi qu’il y a eu un sentiment, par le passé, que la France occupait une position intermédiaire entre les pays de l’U.E du Nord de l’Europe et l’Europe du Sud plus problématique sur le plan économique. Après la crise du Coronavirus, elle appartient clairement au groupe des pays du sud[6].

Il existe bien d’autre pays membres de l’U.E incitant à l’anti-israélisme[7]. Pourquoi la France voudrait-elle à ce point être le porte-drapeau du camp anti-israélien contre l’extension de souveraineté? A ce moment critique de défaillance nationale, la France ne ferait-elle pas bien mieux de faire son propre examen de conscience? Pourquoi, en effet, prendre un rôle de leader à l”international?

LIRE  Des soldats religieux contraints de profaner le Chabbath pour faire plaisir à des touristes

Un certain nombre de facteurs semblent entrer en jeu. La politique étrangère de la France est le domaine de juridiction du Président du pays. Pourtant, un ancien assistant du Président français Nicolas Sarkozy (2007-2012) m’a dit qu’il était très difficile pour son patron de maintenir sous contrôle le Ministère des Affaires étrangères. Le Quai d’Orsay -puisque ce ministère est souvent désigné suivant sa localisation – se compte de façon très indépendante. Il poursuit inlassablement une politique pro-arabe depuis le Dix-Neuvième siècle.

En 2008, David Pryce-Jones a publié son livre : Un siècle de trahison : la diplomatie Française, les Juifs et Israël. 1894- 2007 (Edition française : Les Belles Lettres)[8]. Sa recherche comprend des documents auxquels il a eu accès à partir des archives du Ministère français des Affaires étrangères. Il a en conclu que la France a commis bien plus de dégâts au Moyen-Orient que n’importe quel autre pays au monde.

Gérard Araud a été nommé Ambassadeur de France en Israël en 2003. Il n’avait pas encore présenté ses lettres de créance que déjà il déclarait : “Sharon (qui, à l’époque, était le Premier Ministre d’Israël) est un voyou et Israël est complètement paranoïaque[10]“. Cela lui a presque coûté son poste. En utilisant l’expression “paranoïaque”, il a fait la démonstration encore plus transparente du mélange français de politique et de psychologie de comptoir.

Peut-être que là, nous avons aussi une indication d’une des raisons pour laquelle la France tient tant à diriger le camp anti-israélien contre la souveraineté. Le facteur psychologique pourrait bien jouer un rôle déterminant. La France n’est pas totalement souveraine sur son propre territoire. Il y a un très grand nombre de zones “difficiles d’accès” ou de “non-droit”. La police française éprouve des moments très difficiles à entrer et laisse ces zones échapper aux lois régaliennes. C’est un signe patent d’impuissance totale et d’incompétence à gouverner que cette situation a continué de creuser.

LIRE  Scotland Yard enquête sur les accusations d’antisémitisme au Labour

Est-ce réaliser un saut psychologique qui aille trop loin que de penser que, d’un certain côté la France a renoncé à une certaine part de sa souveraineté sur son propre territoire? D’un autre côté, “Ce petit Israël merdique” veut élargir sa souveraineté. C’est mentalement insupportable. Pourquoi la France met-elle tant l’accent sur les lois internationales, alors même qu’elle est incapable d’appliquer pleinement ses propres lois intérieures? On ne peut pas demander à un pays de s’étendre sur le divan. Pourtant cela mérite de bien y réfléchir.

Par Manfred Gerstenfeld

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro