Polémique autour de la politique à suivre face aux réfugiés

0
18

Une confrontation inhabituelle lors d’une réunion du cabinet • Le ministre Na’hman Shai, qui a appelé la semaine dernière à ne pas empêcher l’arrivée de réfugiés d’Ukraine, a été interrogé sur les réfugiés d’Afrique et a répondu par une blague : « Nous venons d’Europe… » Cela a été mal accepté.

Illustration : des réfugiés ukrainiens

La ministre de l’Immigration et de l’Intégration (une éthiopienne), Pnina Temano Shata s’est fortement disputée (lundi) lors d’une confrontation houleuse durant une réunion du cabinet avec le ministre de la Diaspora Na’hman Shai du Parti travailliste et la ministre de l’Économie Orna Barbibai de Yech Atid, déclarant que les ministres sont racistes !

Le conflit s’est développé du fait que le ministre de la Diaspora Shai a vivement attaqué la semaine dernière la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked de Yemina et a appelé à ne pas empêcher les réfugiés d’Ukraine d’arriver en Israël. Le ministre Shai a été interrogé par le ministre Yoaz Handel : « Je n’ai pas vu quand il y avait des réfugiés d’Afrique que quelqu’un ouvrait le bec ». Shai a répondu en plaisantant: « Nous venons d’Europe. »

La ministre Temano Shata est intervenue et a exigé des excuses : « Reprenez-vous, ce n’est pas drôle. » Avigdor Lieberman, ministre des Finances : « C’est une blague. » Temano Shata : « Ce n’est pas une blague, c’est la vérité. » Elle a déclaré : « Je travaille sans relâche pour les bénéficiaires de la loi du retour d’Ukraine. Nous allons bien les absorber. Mais je veux faire entendre une autre voix des Juifs éthiopiens. Il y a de l’hypocrisie de l’homme blanc ici, j’exige le sauvetage urgent de ceux qui ont le droit de retour et qui attendent depuis un an maintenant. »

LIRE  Le tribunal a approuvé l'accord signé avec Dérhy

La ministre Ayelet Shaked a rejoint Temano Shata dans ses propos et a déclaré : « Je suis d’accord ». Temano Shata: « Il y a ici l’hypocrisie de l’homme blanc, aucun des auditeurs ici n’est intervenu en faveur de ceux qui ont droit à la loi du retour d’Ethiopie. Simplement l’hypocrisie de l’homme blanc. »

À ce moment-là, le ministre Barbibai est intervenu et a attaqué Temano Shata : « Reprenez-vous, ce n’est pas vrai. » Temano Shata: « Ne dites pas que ce n’est pas vrai. Que faire, il y a du racisme. J’ai vu comment pendant la guerre en Éthiopie, tout le monde était silencieux, il y a eu des milliers de morts. Je suis la voix des familles concernées en Israël et je suis leur porte-parole. Je ne parle pas des réfugiés, je parle des familles des citoyens israéliens. »

Au début de la réunion du cabinet, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré : « Israël fait partie du monde et le monde traverse une période difficile et précaire. Nous gérons cette crise complexe avec sensibilité, responsabilité et essayons d’apporter autant d’aide que possible. Le paquet que l’État doit fournir aux immigrés : un panier d’intégration, une aide au logement, l’éducation, d’abord et avant tout un grand coup de cœur.

« Dans le même temps, nous, en tant que peuple et société, apporterons une aide humanitaire aux citoyens ukrainiens qui séjournent ici temporairement, pendant quelques semaines ou quelques mois, jusqu’à ce que la situation se calme », ​​a-t-il ajouté. « Je vois qu’il y a de nombreuses familles qui accueillent dans un avenir proche, et c’est très important. Je peux annoncer officiellement ici aujourd’hui que nous mettons en place un hôpital de campagne pour les blessés ukrainiens, là-bas, sur le terrain. C’est un initiative que peu de pays peuvent prendre, et l’État d’Israël a cette capacité. Nous y allons. C’est une chose importante, et je suis heureux que nous, le ministère de la Santé et le ministère des Affaires étrangères, avec l’aide du ministère des Finances, le dirigent. »

LIRE  Edouard Philippe présente son plan contre l'antisémitisme

NDLR : Pour ce qui concerne les Ethiopiens, il est de notoriété publique que la plupart des rabbanim considèrent qu’il faut que ces gens passent une conversion avant d’être acceptés comme Juifs. Ce fait change énormément la manière dont nous avons à considérer ces réfugiés.

Pour les gens d’Ukraine, le public confond pitié et compassion, avec ce que le peuple juif, en tant que peuple de Tora, peut se permettre de faire. Il n’est pas question de recommencer l’énorme erreur commise lors de l’arrivé des Russes, quand 75% des gens au moins étaient des non-Juifs patentés. Ils sont encore là, et cela n’est pas normal. Va-t-on jouter le même jeu avec les Ukrainiens ? Qui tient-il à ce qu’au fur et à mesure la présence juive dans le pays s’amoindrisse et qui y gagne-t-il ? (Nous savons tous la réponse).

Aucun commentaires

Laisser un commentaire