Quand la police danse avec la Tora…

0
749

Depuis quelques jours, une vidéo très populaire montre le chef de police d’Israël, Rony Alchikh, accompagné d’autres membres de son département, danser avec un Séfer Tora qui passe de main en main, dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkena, le jour de Yom haShoah.

Cette vidéo a immédiatement enflammé les journalistes de la gauche israélienne.

Ouri Misgav de « HaAretz » a en particulier écrit :

« Cela fait déjà 24 heures que j’attends  que le chef de la police Rony Alchikh s’explique personnellement sur le violent lynchage effectué hier, en plein jour, devant des caméras visibles de tous, conduit par des officiers de police sur un citoyen arabe. Depuis que j’ai pris connaissance de cette vidéo réalisée en Pologne, je comprends qu’il est occupé à des choses plus importantes. J’attends donc patiemment qu’il se libère de ses obligations… »

Le rédacteur-en-chef du site « Horim baRéchet », Gal Mor, a lui aussi pris à parti Rony Alchikh :

« Je vais m’expliquer lentement et distinctement, a-t-il dit.  En tant que personne privée, Rony Alchikh a le droit d’exprimer ses opinions religieuses comme il l’entend ; mais le fait d’avoir dansé avec un Séfer Tora devant un panel de policiers signifie que c’est toute la police qui danse avec la Tora. Or, à ce que je sache, la police d’Israël n’est pas encore une police juive. Il s’agit là d’une tendance dangereuse… On voit ces derniers temps qu’au sein de l’armée, de la police et d’autres organismes jusqu’au plus haut niveau, on laisse entendre que l’Etat ne tire pas sa légitimité d’un consensus national, mais de la religion juive ; que la police s’oppose à la liberté de culte, et qu’une ligne courbe relie le fait de danser avec un Séfer Tora et la violence policière envers toute personne qui ne pratique pas la religion dominante. »

LIRE  La réouverture du terminal 1 de Ben Gurion

Très menaçant, en effet…

Aucun commentaires

Laisser un commentaire