Pourquoi il n’est pas surprenant de voir la haine des Juifs augmenter en Europe 

0
42

La gauche dure a une histoire d’antisémitisme aussi profonde et durable que la droite dure.

Par Alan M. Dershowitz, professeur émérite de droit Felix Frankfurter à « Harvard Law School » et auteur de « The Case Against the Democrats Impeaching Trump », Skyhorse Publishing, 2018. Il est « Distinguished Senior Fellow » au « Gatestone Institute ». Cet article est paru pour la première fois dans le Jerusalem Post le 21 juillet 2014 et est reproduit ici avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Gatestone Institute – 31 mai 2019

Pourquoi tant de petits-enfants de nazis et de collaborateurs nazis qui nous ont amené l’Holocauste déclarent-ils une fois de plus la guerre aux Juifs ? Pourquoi avons-nous assisté à une telle augmentation de l’antisémitisme et de l’antisionisme irrationnellement virulent en Europe occidentale ?

Pour répondre à ces questions, il faut d’abord exposer un mythe. Ce mythe est celui perpétré par les Français, les Hollandais, les Norvégiens, les Suisses, les Belges, les Autrichiens et de nombreux autres Européens de l’Ouest, à savoir que l’Holocauste était uniquement l’œuvre des nazis allemands, aidés peut-être par quelques collaborateurs polonais, ukrainiens, lettons, lituaniens et estoniens.

Faux.

L’Holocauste a été perpétré par des Européens : par des sympathisants et des collaborateurs nazis parmi les Français, les Néerlandais, les Norvégiens, les Suisses, les Belges, les Autrichiens et les autres Européens, occidentaux et orientaux.

À la lumière de cette complicité généralisée de l’Europe, dans la destruction des juifs européens, l’antisémitisme généralisé et l’antisionisme irrationnel et haineux qui ont récemment refait surface dans toute l’Europe occidentale envers Israël ne devraient surprendre personne.

« Oh non ! » nous entendons des apologistes européens. « C’est différent. Nous ne détestons pas les Juifs. Nous détestons seulement leur État-nation. De plus, les nazis étaient de droite. On est de gauche, donc on ne peut pas être antisémites. »

C’est absurde.

La gauche dure a une histoire d’antisémitisme aussi profonde et durable que la droite dure. La ligne allant de Voltaire à Karl Marx, à Lavrentiy Beria, à Robert Faurisson, à Robert Faurisson, aux tyrans d’Israël d’aujourd’hui est aussi droite que celle de Wilhelm Marr aux persécuteurs d’Alfred Dreyfus à Hitler.

LIRE  La plus vaste attaque de missiles sol-sol contre 15 sites iraniens

Les Juifs d’Europe ont toujours été écrasés entre le Noir et le Rouge, victimes de l’extrémisme, qu’il s’agisse de l’ultra-nationalisme de Khmelnitsky ou de l’ultra-anti-sémitisme de Staline.

« Mais certains des antisionistes les plus stridents sont juifs, comme Norman Finkelstein et même israéliens comme Gilad Atzmon. Ils ne peuvent sûrement pas être antisémites ? » Pourquoi pas ? Pourquoi pas ? Gertrude Stein et Alice Toklas ont collaboré avec la Gestapo. Atzmon, un gauchiste dur, se décrit lui-même comme un fier juif qui se déteste et admet que ses idées proviennent d’un antisémite notoire. Il nie que l’Holocauste soit historiquement prouvé, et il croit que les juifs auraient pu tuer des enfants chrétiens pour utiliser leur sang pour faire cuire des matzah de la Pâque. Et il pense que c’est « rationnel » de brûler des synagogues. Finkelstein croit en une conspiration juive internationale qui inclut Steven Spielberg, Leon Uris, Eli Wiesel, et Andrew Lloyd Webber !

« Mais Israël fait du mal aux Palestiniens », insistent les apologistes européens, « et nous sommes sensibles au sort des opprimés ». Non, tu ne l’es pas ! Où sont vos manifestations en faveur des Tibétains, Géorgiens, Syriens, Arméniens, Kurdes ou même Ukrainiens opprimés ? Où sont vos mouvements BDS contre les Chinois, les Russes, les Cubains, les Turcs ou le régime Assad ?

Seulement les Palestiniens, seulement Israël ? Pourquoi ? Non pas parce que les Palestiniens sont plus opprimés que ces groupes et d’autres. Seulement parce que leurs oppresseurs présumés sont des Juifs et l’État-nation des Juifs. Y aurait-il des manifestations et des campagnes BDS au nom des Palestiniens s’ils étaient opprimés par la Jordanie ou l’Egypte ?

LIRE  Inquiétude dans le monde juif : le rav Steinmann à nouveau hospitalisé

Quand les Arabes occupent ou tuent des Arabes, les Européens font ho-hum. Oh, attendez ! Les Palestiniens ont été opprimés par l’Égypte et la Jordanie. Gaza a été une prison à ciel ouvert entre 1948 et 1967, lorsque l’Égypte était la puissance occupante. Et souvenez-vous du mois de septembre noir, lorsque la Jordanie a tué plus de Palestiniens qu’Israël en un siècle ? Je ne me souviens d’aucune manifestation ou campagne BDS – parce qu’il n’y en avait pas.

Quand les Arabes occupent ou tuent des Arabes, les Européens font ho-hum. Mais quand Israël ouvre une usine de machines à eau pétillante à Maale Adumim, ce que même les dirigeants palestiniens reconnaissent comme faisant partie d’Israël dans tout accord de paix, Oxfam se sépare de Scarlett Johansson qui fait la publicité d’une entreprise de machines à eau pétillante employant des centaines de Palestiniens. De plus, n’oubliez pas qu’Oxfam a fourni « aide et soutien matériel » à deux groupes terroristes anti-israéliens, selon le Centre juridique israélien basé à Tel Aviv.

L’hypocrisie de tant d’Européens occidentaux de gauche serait stupéfiante, si elle n’était pas aussi prévisible à la lumière de la sordide histoire du traitement des Juifs par l’Europe occidentale.

Même l’Angleterre, qui était du bon côté de la guerre contre le nazisme, a une longue histoire d’antisémitisme, depuis l’expulsion des Juifs en 1290, jusqu’au fameux Livre blanc de 1939, qui a empêché les Juifs d’Europe de demander asile aux Nazis en Palestine sous mandat britannique. Et l’Irlande, qui a vacillé dans la guerre contre Hitler, se vante d’une rhétorique anti-israélienne des plus virulentes.

La simple réalité est que l’on ne peut pas comprendre la guerre actuelle de gauche en Europe occidentale contre l’État-nation du peuple juif, sans reconnaître d’abord la guerre européenne sans fin contre le peuple juif lui-même.

Theodor Herzl a compris l’omniprésence et l’irrationalité de l’antisémitisme européen, ce qui l’a amené à conclure que la seule solution au problème juif de l’Europe était que les Juifs européens quittent ce bastion de la haine des Juifs, pour retourner dans leur pays d’origine, qui est maintenant l’État d’Israël.

LIRE  Pourquoi le procès Merah est historique

Rien de tout cela ne vise à nier les imperfections d’Israël ou les critiques qu’il mérite à juste titre pour certaines de ses politiques. Mais ces imperfections et ces critiques méritées ne peuvent même pas constituer un début d’explication et encore moins justifier la haine disproportionnée dirigée contre le seul État-nation du peuple juif et le silence disproportionné concernant les imperfections beaucoup plus grandes et les critiques méritées des autres nations et groupes y compris les Palestiniens.

Ce n’est pas non plus nier que de nombreux individus d’Europe occidentale et certains pays d’Europe occidentale ont refusé de succomber à la haine contre les Juifs ou leur État. Je pense à la République tchèque. Mais beaucoup trop d’Européens de l’Ouest sont aussi irrationnels dans leur haine envers Israël que leurs ancêtres l’étaient dans leur haine envers leurs voisins juifs.

Comme l’écrivain Amos Oz l’a fait remarquer avec justesse : les murs de l’Europe de ses grands-parents étaient couverts de graffitis disant « Juifs, allez en Palestine« . Maintenant, ils disent : « Juifs, quittez la Palestine« , c’est-à-dire d’Israël. Pour qui ces sectaires d’Europe occidentale se prennent-ils ? Pour des imbéciles ? Car seuls les imbéciles acceptent de se faire avoir dans l’intérêt de nier qu’ils renouvellent les vieux préjugés de leurs grands-parents.

Toute personne objective qui a l’esprit ouvert, les yeux ouverts et le cœur ouvert doit voir « le 2 poids, 2 mesures » appliqué à l’État-nation du peuple juif. Nombre d’entre eux sont les petits-enfants de ceux qui, dans les années 1930 et 1940, ont appliqué « le 2 poids, 2 mesures » aux Juifs d’Europe. Ils doivent avoir honte de se regarder dans le miroir de la morale et de reconnaître leur propre sectarisme.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire