Pr Barbash nommé comme le responsable national de la lutte contre le corona

0
66

Professeur Gabi Barbash, qui a été nommé ce mardi au poste important mais redouté de responsable général de la lutte contre le corona est l’une des personnalités les plus en vue qui sont apparues dans les médias depuis l’arrivée du corona, en raison de ses fonctions antérieures – directeur du centre médical Ichilov et directeur général du ministère de la Santé. En raison des grandes difficultés à entraver la propagation du corona, les pouvoirs qu’il recevra ne sont toujours pas tout à fait clairs.

Il a été interviewé vendredi dernier – immédiatement après la réunion nocturne du gouvernement et les décisions sur les nouvelles restrictions – et a déclaré à l’émission de radio de Nissim Mashaal que la fermeture le week-end « pourrait résoudre le problème », mais a ajouté qu’il espère les données de cette semaine seront meilleures (elles ne le sont pas…). Peut-être pourra-t-on éviter une telle issue. Pour ce qui concerne la fermeture des plages, il a dit qu’il ne voyait pas la nécessité de le faire.

Concernant l’hiver à venir, Barbash a émis une sombre prévision: « L’hiver va nous présenter un problème de mélange de la grippe et du corona. A se référer à la situation actuelle, j’ai peur que nous allons devoir tout fermer pour une longue période en hiver. »

Au sujet de la méfiance du public à l’égard du gouvernement en raison des instructions fréquemment changées, Barbash a déclaré:  «Il y a un problème ici dans notre capacité à prédire et à être sûr du fait d’avoir pris les bonnes décisions. Mais quand je vois comment ce gouvernement, un conseil d’administration de 36 personnes, où tout le monde a quelque chose à dire, et tout le monde veut contribuer, peut fonctionner. Il est clair que cela crée de la méfiance et ce n’est pas la situation idéale pour gérer une crise aussi complexe ».

LIRE  Jénine est devenue un champ de bataille avec 5 terroristes éliminés

Les responsabilités de Barbash, ainsi que les pouvoirs qui lui seront conférés, n’ont pas encore été clarifiés – et il semble que son rôle principal sera de concentrer le domaine des tests. Lors de discussions avec ses associés, l’actuel directeur général du ministère de la Santé, le professeur Hezi Levy, a précisé qu’il continuerait à gérer la crise.

« Prendre les pouvoirs du ministère de la Santé n’est pas une chose simple », ont déclaré des sources proches de Barbash.

Dans le passé de Barbash en tant que directeur d’Ichilov, on se souvient de plusieurs événements importants qui ont été connus du public. Le premier d’entre eux a eu lieu en novembre 1995, lorsque le décès du Premier ministre Yitzhak Rabin, quand c’est lui qui a déterminé sa mort à l’hôpital après que le meurtrier Yigal Amir l’ait assassiné à Tel Aviv.
En novembre 2013, c’est Barbash qui a annoncé au public la mort d’Arik Einstein: «Nous avons essayé de l’opérer mais les tentatives ont échoué. Il est arrivé dans une situation trop difficile. » En juin 2015, il a pris sa retraite de la direction d’Ichilov et, avec les professeurs Shlomo Berliner, Yaakov Neferstek et Anat Gefter-Goyli, a fondé la société «Consilium». Ainsi, des années après avoir mis en garde contre le renforcement de la médecine privée et ses préjudices au public, il est passé de «l’autre côté» pour diriger une entreprise médicale privée.

Barbash a déjà suscité la controverse en admettant que, tout en dirigeant Ichilov, il accordait un traitement préférentiel aux célébrités et aux donateurs, conduisant lui-même Sami Ofer en un fauteuil roulant lors de son hospitalisation. Barbash a affirmé que le traitement préférentiel se traduisait par des dons qui profitairent à tout le monde…

LIRE  Attaque meurtrière par balle vendredi soir : un agent de sécurité a été tué à l'entrée d'Ariel

Aucun commentaires

Laisser un commentaire