Le principal suspect de l’attentat de la rue Copernic relâché

0
1137

Le principal suspect de l’attentat de la rue Copernic qui a eu lieu en 1980 à Paris, Hassan Diab, est sorti de prison samedi, après un témoignage de son ex-épouse, confortant son alibi. Considéré comme l’auteur présumé de l’attentat perpétré devant la synagogue, Hassan Diab est aujourd’hui âgé de 62 ans. Libano-canadien, malgré son poste de professeur d’université en sociologie, il avait été mis en examen en France, où il avait été extradé fin 2014 depuis le Canada.

Rappelons que cet attentat antisémite à la bombe du 3 octobre 1980, à 18 h 38, et dirigé contre la synagogue de l’Union libérale israélite de France à Paris, avait été le premier attentat contre la communauté juive de l’Hexagone depuis la Seconde Guerre mondiale. Particulièrement violent, il avait fait quatre morts et quarante-six blessés. La verrière de la synagogue s’était effondrée sur les fidèles pendant que l’une de ses portes avait été soufflée. Les véhicules stationnés dans la rue avaient été projetés sur la chaussée, et les devantures de magasins soufflées sur un périmètre de 150 mètres.

On se souvient du nom des victimes : Philippe Bouissou (22 ans), qui passait en moto, est tué sur le coup. Aliza Shagrir (42 ans), présentatrice de télévision israélienne en vacances en France, est également abattue sur-le-champ, alors qu’elle marchait sur le trottoir, tout comme Jean Michel Barbé, chauffeur d’une famille qui fréquente la synagogue. Hilario Lopez-Fernandez, le concierge espagnol de l’hôtel Victor Hugo, situé presque en face du temple, grièvement blessé, décèdera deux jours plus tard.

Une juge des libertés et de la détention a mis fin jeudi à la détention provisoire du suspect, et ordonné son assignation à résidence avec bracelet électronique, ont indiqué à l’AFP des sources judiciaire proches de l’enquête. Le parquet de Paris a fait appel. Une nouvelle audience aura lieu le 24 mai.

LIRE  Une variante nouvelle et contagieuse inquiète les chercheurs

Hachem yikom damam

Rav Yehouda Ruck

Aucun commentaires

Laisser un commentaire