Le problème des médias israéliens

0
482

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2018/05/israels-media-problem/

Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.com

Si la haine irrationnelle endémique d’Israël est considérée comme une maladie, alors son principal vecteur est les médias traditionnels occidentaux. Bien que les médias sociaux prennent de plus en plus d’importance récemment.

Ils avaient commencé à devenir de moins en moins sympathiques à Israël après le choc pétrolier du milieu des années 1970. J’ai commencé à le remarquer en 1982, lors de la première guerre du Liban. Peu importe que nous soyons allés au Liban parce que nos gens dans le nord d’Israël étaient pilonnés par des roquettes, « katyushoth », tirées du territoire libanais par l’OLP de Yasser Arafat. Nous avons été accusés d’avoir déclenché la guerre et vivement critiqués pour chaque victime civile. Et puis nous avons été vilipendés parce que nous n’avons pas empêché nos alliés phalangistes chrétiens de prendre une revanche meurtrière (bien méritée, à mon avis) sur l’OLP.

En 2000, nous avons vu l’un des incidents les plus dommageables de rapports d’atrocités frauduleuses, un qui a été utilisé comme une excuse pour d’innombrables attaques terroristes, l’affaire al-Durrah . Mohammed al-Durrah, âgé de 12 ans, n’a pas été abattu par des soldats israéliens et n’a probablement pas été abattu par quiconque, mais un « reportage » palestinien, enregistré par un caméraman palestinien, légitimé et transmis dans le monde entier par un reporter et un réseau de télévision français (juifs) ont déclenché une conflagration mondiale de la haine. Ce fut l’une des étincelles de la deuxième Intifada, et la « mort » d’Al-Durrah reste un élément essentiel du discours anti-israélien aujourd’hui, malgré les nombreuses preuves qu’il a été falsifié.

En 2002, les forces israéliennes ont combattu des terroristes palestiniens dans le camp de réfugiés de Djénine, une bataille dans laquelle 23 soldats des FDI et 53 Arabes, dont seulement cinq étaient des non-combattants, sont morts. Les médias encore une fois – dans ce cas, la BBC était le méchant premier – accepté fabriqué des comptes palestiniens comme la vérité, les rapports de 500 à 1000 décès, le massacre délibéré de centaines de civils et de leur inhumation dans des fosses communes, la destruction d’une partie d’un hôpital, et plus. Rien de tout cela n’est arrivé, mais cela n’a pas empêché les médias de le signaler comme si c’était le cas. Et comme al-Durrah, c’est toujours un article de foi dans une grande partie du monde qu’il y a eu un massacre à Jénine.

LIRE  Des maires socialistes s'engagent contre les produits israéliens

Il a continué en 2006, pendant la deuxième guerre du Liban. Les médias sociaux en étaient à leurs balbutiements – Twitter n’existait que depuis quelques mois et Facebook avait deux ans et se limitait aux collèges et quelques sociétés – mais il y avait déjà une communication et une incitation coordonnée par courriel, groupes de discussion et blogs. Pourtant, les médias grand public se sont surpassés, aspirant et propageant la propagande du Hezbollah, comme le fameux « incident de l’ambulance de la Croix Rouge « , disséqué par le blogueur intrépide appelé « Zombie ».

Le phénomène n’a fait qu’augmenter depuis lors, à travers nos différents conflits à Gaza. Les médias ont à plusieurs reprises ignoré les provocations, les milliers de roquettes lancées sur les communautés israéliennes et les enlèvements et meurtres perpétrés par des terroristes associés au Hamas; et ils ont toujours accepté les histoires d’atrocités du Hamas et les chiffres des victimes.

Plus récemment, la tentative d’invasion du Hamas à Gaza a été présentée comme une « manifestation pacifique » au cours de laquelle les terroristes tireurs israéliens (53 des 62 morts ont été identifiés comme membres du Hamas ou du Jihad islamique) sont décrits dans les médias comme un «massacre aveugle de manifestants non armés». Aujourd’hui, les médias sociaux ont pris leur essor, créant de multiples chambres d’écho pour l’expression antisioniste et antijuive; mais les « vrais » médias continuent à légitimer certains des pires récits .

Naturellement, il existe une relation étroite entre détester Israël et haïr les Juifs, car Israël est l’État-nation du peuple juif. Il est instructif de rappeler le critère «3-D» pour déterminer quand la critique d’Israël passe à l’antisémitisme – je préfère l’expression «haine des Juifs» – proposée en 2004 par Natan Sharansky: Démonisation, Double standard et Délégitimation.

Les médias traditionnels, à quelques exceptions près (par exemple, le Wall Street Journal et Fox News), est régulièrement coupable d’au moins les deux premiers « D ». Ils sont connus pour leur double standard, en particulier un double standard de crédulité: presque toute allégation de mauvaise conduite, de cruauté ou de criminalité israélienne est répétée avec peu de tentatives de vérification, même lorsque la réclamation est faite par une organisation terroriste comme le Hamas ou ses sympathisants.

LIRE  Les chercheurs de l'université hébraïque : "La deuxième vague est sous contrôle"

Ces affirmations – comme le fait qu’Israël vole des organes à des Palestiniens morts, une histoire promue par Aftonbladet, un journal suédois très « mainstream » – sont souvent si outrageuses qu’elles peuvent être assimilées à des diffamations médiévales et constituent clairement une diabolisation.

Les premiers exemples de médias anti-israéliens un peu plus sophistiqués qu’Aftonbladet sont le New York Times et – quoi d’autre? – le journal israélien Ha’aretz. Jour après jour, ils fournissent une « couverture » d’Israël et de ses conflits selon le principe que « pour les Palestiniens, tout est permis; tandis que pour Israël, rien n’est excusable. « (Je m’excuse de ne pas me souvenir de qui a dit cela en premier).

Le New York Times a une histoire d’hostilité envers les préoccupations juives qui, selon un livre sur le sujet, sont le résultat de l’idéologie assimilationniste de son éditeur juif. Tout comme elle a minimisé la dimension juive de l’Holocauste, elle minimise aujourd’hui les racines anti-juives de la haine irrationnelle d’Israël.

Ha’aretz est intéressant en ce que ce n’est pas vraiment un journal pour les Israéliens. Son édition et le site Web d’impression hébreu ont une circulation négligeable en Israël, alors que son site Web en langue anglaise se classe environ 2.300 e parmi tous les sites aux États – Unis – pas avec le temps, dont le rang est d’environ 30 (par comparaison, le rang de Abuyehuda est d’environ 4,9 million), mais pas mal du tout.

Ha’aretz est la maison de Gideon Levy, qui écrit une chronique presque quotidiennement attaquant vicieusement le gouvernement Netanyahou, l’armée israélienne, ou les 90% ou plus de la société juive israélienne qui ne vit pas au nord de Tel-Aviv et n’appartient pas à l’université, médias, ou « créatif » gauche. Levy a une énorme sympathie pour les Palestiniens et les migrants illégaux, mais aucun pour les soldats de Tsahal, les Juifs de Mizrachi qui se souviennent encore de leurs ennemis, ou les résidents de Tel-Aviv Sud dont les quartiers ont été détruits par les migrants.

LIRE  Fin de règne pour Mahmoud Abbas, les Etats-Unis et l’Europe veulent s’en débarrasser

Les médias grand public peuvent-ils être corrigés? J’en doute. Les journalistes et les rédacteurs proviennent d’universités où les activités anti-israéliennes sont importantes et ont tendance à étudier les arts libéraux, les «communications» ou le journalisme plutôt que l’histoire. Ensuite, ils rejoignent un groupe de personnes partageant les mêmes idées qui s’encouragent mutuellement à s’engager dans le journalisme activiste. Les correspondants sur le terrain sont manipulés par des activistes très médiatisés du Hamas, du Hezbollah et de l’OLP qui utilisent une combinaison de menaces et d’incitations pour tourner la couverture dans leur direction. En revanche, les efforts d’Israël sont sporadiques, mal financés et souvent mal conçus. Les principales agences de presse utilisent des retards arabes dans des endroits comme Gaza et le sud du Liban, idéologiquement anti-israéliens, sensibles aux menaces, ou les deux.

Les médias sociaux pourraient-ils le remplacer comme une source fiable pour les nouvelles? C’est encore moins probable. Les médias sociaux ont un rôle à jouer pour garder le courant honnête, comme l’illustre l’incident de l’ambulance de la Croix-Rouge mentionné plus haut. Mais si les normes traditionnelles s’érodent, les médias sociaux n’ont aucune norme. Il est très sujet à la manipulation, comme cela a été démontré lors des dernières élections aux États-Unis. Et les efforts pour le nettoyer, comme la proposition de Facebook de mesurer la «confiance» dans diverses sources d’information sont susceptibles d’empirer les choses.

Il n’y a pas de solution globale à son problème médiatique, mais il y a des choses qu’Israël pourrait faire. L’une consiste à augmenter les ressources disponibles et le professionnalisme de ses différents porte-parole, tels que ceux du ministère des Affaires étrangères et de l’armée israélienne. Une autre consiste à établir des chaînes d’information par satellite dans le monde entier – comme Al-Jazeera – diffusant en plusieurs langues, qui présenteraient des informations exactes et un contenu divertissant. Ce serait extrêmement coûteux, mais une goutte dans le seau par rapport au budget militaire.

Bien que l’engagement d’Israël à la liberté d’expression nous empêche de faire taire nos «Lévites Gédéons», nous pouvons au moins parler plus fort et plus clairement, afin de s’assurer que la véritable histoire est accessible à tous ceux qui veulent écouter.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire