Prof. Hezi Levy, du ministère de la Santé israélien : « Nous sommes plongés dans une guerre folle »

0
62

Le directeur général du ministère de la Santé a commenté ce matin avec inquiétude les données médicales et a déclaré que «la situation n’est pas bon, la congestion dans les hôpitaux est terrible. J’espère sincèrement qu’Israël n’atteindra pas la situation de l’Italie. Nous devons décider qui mettre en soins intensifs. « 

Le système de santé n’est pas satisfait du nombre de patients corona dont l’état est grave et recommande de prolonger la fermeture. Le directeur général du ministère de la Santé, le professeur Hezi Levy, a évoqué ce matin (mardi) dans un entretien avec 103FM les données sur la maladie et l’affirmation que Lieberman a diffusée hier, selon laquelle le ministère de la Santé cache que des centaines de vaccinés les personnes qui ont reçu la deuxième dose du vaccin ont contracté le corona.

Dans son discours d’ouverture, le professeur Levy a déclaré: « Les chiffres de personnes atteintes sont toujours élevés. Nous sommes environ 7 000 patients, 1 200 gravement malades et 250 sous aide respiratoire. Ce sont des chiffres très alarmants. La moyenne est d’environ 8 000 et c’est un nombre élevé. « 

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi, dans la fermeture actuelle, ils ne pouvaient pas réduire les chiffres, il a répondu: « Je pense qu’il y a ici une morbidité élevée qui est probablement due à la mutation britannique qui, nous le savons, provoque une infection très élevée, mais pas nécessairement plus grave. Malgré la fermeture, qui dure depuis deux semaines, nous ne sommes pas parvenus à faire descendre ces chiffres.

« C’est décevant, cela signifie que nous pensions ou espérions que cet état changerait plus vite. Nous assistons à un ralentissement et une stabilisation et une baisse du coefficient d’infection qui donnera également ses effets dans un proche avenir, mais il n’est pas encore arrivé.

LIRE  La Cour suprême israélienne, précieuse alliée des Palestiniens

« Cette guerre est folle, nous sommes dans une situation folle et nous devons tout faire pour réduire le nombre de cas et la mortalité. Il est clair pour nous tous que le prix à payer a des répercussions dans tous les domaines, économique, augmentation des problèmes mentaux et tout le reste.

« Nous jouons au quotidien dans le triangle de la fermeture, tentant de réduire le nombre de malades et essayant de faire de notre mieux pour ne pas entrer dans une situation où les hôpitaux regorgent de patients sous assistance respiratoire très difficiles. »

Au sujet de la congestion dans les hôpitaux, il a déclaré: « L’unité de soins intensifs est une chose précieuse dans la routine, certainement dans le contexte actuel. Plus d’une fois, les hôpitaux sont tenus de décider qui mettre dans l’unité de soins intensifs ou qui retirer parce que quelqu’un avec une condition plus grave doit être mise en place. C’est quelque chose que nous savons dans la routine. À l’heure actuelle, les salles d’urgence sont bondées avec une énorme érosion du personnel et plus d’une fois doivent décider qui mettre en soins intensifs unité.

« J’espère que nous n’allons pas être l’Italie avec un système de santé comme le nôtre qui supporte des charges indescriptibles et déraisonnables et le fait avec dignité. Certes, il y a une charge énorme, nous faisons tout pour réduire cette charge et nous avons ajouté beaucoup de dispositifs d’âme et positions d’âme dans la première vague. « .

Le professeur Hezi Levy a été interrogé sur la déclaration d’Avigdor Lieberman dans News 13 hier selon laquelle le ministère de la Santé cachait des données difficiles au public. « Cela ressemble à un mystère, non. Nous avons publié hier qu’après le premier vaccin, les gens ont contracté la maladie. C’est quelque chose que nous savons et le disons. Après le deuxième vaccin, il y en avait plusieurs dizaines, nous les connaissons et c’était moins d’un pour cent. L’histoire de centaines de patients après le deuxième vaccin que le ministère de la Santé a cachés n’a pas eu lieu. Certains sont tombés malades, nous avons publié combien, je pense qu’il s’agit de 63 personnes. »

LIRE  Sarah Halimi : le déni de Justice suscite trop de questions

Aucun commentaires

Laisser un commentaire