Quelle est la loi qui provoque une tempête en Israël, et que signifie-t-elle ?

0
38

Quel est ce paragraphe dominant, provoquant un immense débat, et pourquoi les partis orthodoxes insistent-ils pour promulguer ce paragraphe ?

Hidabrouth –

Le Premier ministre désigné Benjamin Netanyahou veut former un gouvernement en deux étapes. Dans la première étape, sans accords de coalition clairs. Les hauts responsables du bloc de droite ont peur de la possibilité que Netanyahou promeuve une telle démarche pour empêcher la législation de la loi en question.

Dans le parti du Judaïsme de la Tora, a été transmis un message à Netanyahou selon lequel il n’y aurait aucun progrès vers des accords de coalition si les directives de base du prochain gouvernement n’incluaient pas la législation de la clause concernée. Les membres de la Knesset de l’Agoudath Israël pour leur part ont rencontré le rabbi de viznitz qui leur a dit : « Sans cette loi, il n’y a pas de gouvernement.

Il s’agit d’équilibrer le pouvoir qui est actuellement entre les mains de la Cour suprême. et créer un dialogue constitutionnel entre les autorités. L’idée de la « clause de remplacement » vise à donner à la Knesset le pouvoir de promulguer à nouveau une loi même si elle a été invalidée par la Haute Cour, annulant ainsi les décisions prises par cette dernière.

La clause de remplacement est un article de la loi qui permet à la Knesset de prendre le dessus sur la Haute Cour. Comme on le sait, depuis la révolution constitutionnelle d’Aharon Barak, la Haute Cour invalide parfois les lois de la Knesset. La clause de remplacement permet à la Knesset de renforcer son pouvoir vis-à-vis de la Haute Cour, et l’empêche d’invalider des lois.

LIRE  Alya: la grogne des médecins francophones face aux obstacles bureaucratiques

En Israël, il existe déjà un tel paragraphe dans la constitution : la clause de remplacement. L’article 8 de la loi permet à la Knesset de promulguer des lois qui contredisent la Loi fondamentale sous deux conditions : elle est adoptée à une majorité de 61, et il est écrit dans la déclaration que cela est fait en violation de la loi fondamentale. Une telle loi n’est en vigueur que pour 4 ans.

Plusieurs fois, des projets de loi privés ont été présentés à la Knesset pour ajouter une clause de remplacement à la loi fondamentale : Dignité et liberté humaines. Mais aucune de ces propositions n’a atteint la première lecture. Les propositions ont été soumises par les membres de la Knesset Michael Malchiaéli du Shas, Moshe Gafni et Uri Maklev du judaïsme de la Tora, et Bezalel Smotrich du sionisme religieux.

Le mouvement « Regavim » avait précédemment appelé le Premier ministre à approuver une clause de remplacement qui exigerait une majorité simple afin de relancer une loi rejetée par la Haute Cour, afin de permettre au gouvernement et à la Knesset de faire face efficacement à l’infiltration en Israël, aux attentats terroristes, à la restitution des corps des morts de Tsahal et d’autres défis.

Le Forum ecclésiastique a également appelé à l’équilibrage de la Cour suprême, en raison de ses pouvoirs inhabituels par rapport à ce qui est accepté dans le monde

D’autre part, la Haute Cour s’oppose fermement à l’adoption de ce paragraphe, qui limitera considérablement le pouvoir de la Cour suprême. La présidente de la Cour suprême, Esther Hayout, s’y était précédemment fermement opposée, affirmant qu’il s’agissait de « surmonter les droits de l’homme de chaque individu dans la société israélienne. » Hayout a également ajouté que « la proposition est mauvaise et dangereuse et peut également causer des dommages irréparables à Israël sur la scène internationale ».

LIRE  Le Yated sur Sa'ar : "Il n'a pas honte !"

Aucun commentaires

Laisser un commentaire