rav Chemouel Schnéor zatsal

0
1246

Le machgia’h de la Yechivath Or David, le rav Chemouel Schnéor, est décédé à l’âge de 77 ans mots’é Chabbath Chemoth. Cette Yechiva est une annexe de la Yechivath Or Yossef d’Armentières.

Le rav est né à Sefrou, cette ville du Maroc connue pour ses sages en Tora, dont le rav David Ovadia zatsal était alors l’autorité rabbinique. Après ses premiers pas dans le Talmud Tora et l’institution toranique pour jeunes adolescents de la ville, rav Chemouel s’est rendu à la Yechivath Novardok en France, auprès de « Rabbénou », rav Gerchon Liebmann zatsal. Là, il recevra toute son éducation dans les domaines du limoud et de la ‘avodath Hachem. Rav Gerchon lui voua une grande estime, et le chargea de tâches importantes, dont la direction de la Yechiva en 1960, et celle de la Yechiva qetana Or David, fondée à Nanteuil-les-Maux, à partir de 1980. Il demeura à sa poste durant plus de cinquante ans.

Sa personnalité attirait le public de par ses midoth exceptionnelles – nulle aspérité n’était ressentie à son contact. Il était entièrement bon pour les autres. Il a ainsi participé à l’éducation de milliers de jeunes, dès lors fortement attachés à lui, leur inculquant l’étude de la Tora et le travail sur soi selon la conception de Novardok. Il avait des connaissances exceptionnelles dans tous les ouvrages de morale classique : Messilath Yecharim, ‘Hovoth haLevavoth, Cha’aré Techouva, et bien entendu l’ouvrage du « Saba » de Novardok, le Madrégath haAdam. Il avait l’art de transmettre le message de ces œuvres dans la vie de tous les jours des jeunes. Il a su apporter à ses disciples israéliens arrivés en désarroi à la Yechiva un grand renforcement dans leur conduite et dans leur proximité de la Tora.

LIRE  Le grand enterrement du rav Soloveitchik zatsal

Sa bonté pouvait l’amener à aider d’autres institutions de Tora. Il pouvait entreprendre de grands voyages quand il savait que son passage pouvait amener au public une connaissance renouvelée de leurs obligations en tant que Juifs.

Sa noblesse, sa présence, son service divin effectué de tout son cœur, son humilité, tout ceci lui a valu un très grand respect de la part de ceux qui le connaissaient.

Ces trois dernières années, il a souffert de son cœur, mais sa disparition a été très soudaine, laissant le public dans une profonde douleur. Il a eu neuf enfants, dont deux fils qui ont étudié à Atéreth Israël, à Bayith Végan. L’un de ses gendres est le rav Arié Char’abani, Roch Kollel de Yaqiré Yerouchalaim et auteur de ‘Olath Ich.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire