Ils recherchent la famille d’un enfant juif mort en 1942 à Arthès

0
456

La petite tombe se situe au fond du cimetière d’Arthès. Soixante-quinze ans après, elle est encore en bon état. Sur la pierre, sont gravés un nom et un prénom, celui d’Henri Kohn, un enfant juif mort le 5 février 1942, à l’âge de quatre ans.

Mais cette tombe est entourée d’un mystère: depuis la guerre, aucun membre de la famille ne serait venu s’y recueillir. Ce sont Philippe et Francine, un couple de retraités, qui entretiennent et fleurissent cette tombe discrète, la seule du cimetière sur laquelle est gravée l’étoile juive.

Aucune piste pour l’instant

 

Aujourd’hui, ce couple d’Albigeois aimerait retrouver la trace d’un membre de la famille Kohn. Philippe raconte: «J’ai moi-même des origines juives et je suis marié avec une Arthésienne depuis 47 ans. Nous avons toujours eu connaissance de cette tombe qui était entretenue depuis longtemps par une famille qui n’avait pas de lien avec cet enfant. Mais ces gens sont décédés, tout comme leur fils. Comme la tombe était un peu à l’abandon, nous avons décidé avec ma femme de nous en occuper avec nos deux petites-filles».

Le retraité aimerait aujourd’hui retrouver un frère, une sœur ou un autre membre éloigné de la famille de cet enfant. Après avoir discuté du sujet avec le maire d’Arthès, Philippe et Francine se sont adressés à Alain Fabre, un élu de Saint-Juéry qui est en contact avec deux familles juives qui vivent aux Etats-unis et ont passé la guerre cachées à Arthès. «Ils étaient jeunes à l’époque. Michel Ashe et Ruth Hartz ont tous les deux 80 ans, mais n’ont pas souvenir de cet enfant» indique Alain Fabre qui, depuis deux semaines, multiplie les démarches.

LIRE  Un document antisémite diffusé par le biais de Wattsapp dans une classe de 6ème

Si vous avez des souvenirs de la famille Kohn, contactez Alain Fabre au 06.76.76.66.85.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire