Le rêve israélien – jusqu’à quand ?

2
763
La construction à Ramath Chelomo, Jérusalem

On le conçoit aisément : avec un tel oncle Sam au pouvoir à Washington, les hommes politiques en Terre sainte ont raison de rêver, et d’avoir l’espoir que les choses vont changer.

Obama a tout fait pour contrer Israël et accorder aux Palestiniens le plus d’appui possible, allant même jusqu’à accorder de belles sommes d’argent le dernier jour de sa présence à la Maison Blanche, contre l’avis du Sénat. Mais ce n’est rien face à son crochet de dernière minute, acceptant de faire passer, dans l’immeuble que son pays finance avec générosité, une décision contre Israël, qui risque d’avoir encore d’importantes conséquences à l’avenir.

Trump est fait d’une autre trempe. C’est vrai. Mais Netaniyahou est un assez fin homme politique pour savoir que, malgré cela, il faut prendre son mal en patience, et attendre que les derniers nuages se dissipent. Bien qu’en hiver, les nuages suivants ne soient jamais très éloignés…

Or, justement, voici que plusieurs milliers d’appartements vont être permis de construire dans les territoires, annonce-t-on en Israël. Visiblement, c’était une erreur, que l’on espère ne pas être trop importante : Trump n’a pas pu endosser ! Son expression repose sur une visible volonté de nuancer les choses, il ne parle pas de décision qui va entraver les tentatives de paix dans le pays entre les deux partis en conflit ; il se contente de déclarer qu’une telle ouverture « n’aide pas à la paix ». Nuance.

Mais, en fin de compte, est-elle tellement importante ? La présente opposition ne signifie-t-elle pas que le nouveau locataire de la Maison Blanche a lui aussi ses limites en ce qui concerne Israël, et même si c’est son gendre, un Juif, qui est responsable du progrès des éventuels pourparlers entre Israël et les Palestiniens, le gouvernement américain n’est pas encore devenu sioniste pour autant…

LIRE  Un nombre croissant de Juifs américains envisagent de partir

Il semble important que l’on commence à le comprendre en Terre sainte. Le Machia’h n’est pas encore arrivé, un Trump dans son impulsivité peut faire des dégâts, que D’ nous en préserve, et la prudence s’impose…

 

2 Commentaires

  1. INTERESSANTE, MAIS J’AI REMARQUE UNE CERTAINE IRRITATION DE LA PART DE L’ADMINISTRATION TRUMP AU SUJET DES ANNONCES DE BIBI AU SUJET DE NOUVELLES CONSTRUCTIONS. IL ME SEMBLE QUE L’ADMINISTRATION A FAIT SAVOIR DE NE PAS ANNONCER DES NOUVELLES CONSTRUCTIONS. IL Y A UN DOUBLE SENS A CECI. N’AVEZ VOUS PAS REMARQUE QUE LES NOUVELLES CONSTRUCTIONS SOIT DE LA COMMUNAUTE EUROPEENNE OU DES ARABES SUR LE SOL ISRAELIEN NE SONT JAMAIS ANNONCEES ET ÇA PASSE COMME UNE LETTRE A LA POSTE. PAS DE REACTIONS, TANDIS QUE BIBI ANNONCE AVEC FRACAS DANS TOUS LES MEDIAS QUAND ILS VONT CONSTRUIRE UNE CABANE EN JUDEE SAMARIE ET LE MONDE ENTIER S’OPPOSE. LA TORA NOUS DIT QU’IL NE FAUT PAS ETRE HONNETE JUSQU’A LA STUPIDITE. QUOI PENSER ? SOMMES-NOUS DES IDIOTS. JUSQU’A OU VA LA DEMOCRATIE ISRAELIENNE ? AUTODESTRUCTION.

    • Ceci, d’un côté. De l’autre, jusqu’à quel point avons-nous à défier le monde entier ? Mais ce n’était pas le sens de notre remarque : là, présentement, quand Trump en est à ses débuts, n’était-il pas plus intelligent d’attendre un peu pour voir comment il va finir par concrétiser ses promesses du temps de l’élection ? L’énerver, lui qui est une personne fort irritable, à ses débuts risquait de l’amener à se réfugier dans une position dure envers nous, et il y a lieu de craindre que c’est ce qui s’est passé.
      Il est vrai que, d’un autre côté, on peut rétorquer que si l’on ne se positionne pas maintenant dans ce domaine, on risque de rester coincé et de ne jamais pouvoir construire – tant que le Machia’h n’est pas venu…
      Qui est le sage parmi nous qui peut nous dire quoi faire ?

Laisser un commentaire