Risque d’un nouvel embrasement en Israël et à Gaza

Risque d’un nouvel embrasement en Israël et à Gaza

0
34

La frustration des palestiniens est très grande, et pour eux l’horizon est sombre.

Plusieurs raisons à cela :

Le statu quo au niveau de la gouvernance palestinienne devient insupportable. Abbas ne donne aucune espérance, et rien ne semble permettre d’espérer sortir de ce blocage.

Le Hamas a mené Gaza à un désastre nouveau.

Le Qatar ne semble pas vouloir continuer à subventionner le Hamas, et cela risque d’entrainer une révolte des gazaouis.

Les gouvernements occidentaux seront plus vigilants quant aux aides attribuées à l’entité palestinienne.

Israël multiplie les arrestations pour des raisons de sécurité.

Le Hamas totalement aux abois, attend avec impatience l’argent du Qatar qui n’arrive pas. Il en rend Israël responsable, et menace de rompre le cessez-le-feu.

Israël – La sécurité intérieure met en garde contre d’éventuelles violences

Le chef du service de sécurité intérieure d’Israël a lancé samedi une rare mise en garde contre d’éventuelles violences au cours de l’une des périodes les plus chargées sur le plan politique depuis des décennies, alors que le pays est sur le point de destituer le Premier ministre Benjamin Netanyahou, son plus ancien dirigeant.

Benjamin Netanyahou est confronté à la perspective d’une fin de son mandat de 12 ans au poste de Premier ministre après que le chef de l’opposition centriste israélienne, Yair Lapid, a annoncé mercredi qu’il avait réussi à former une coalition gouvernementale à la suite des élections du 23 mars.

Le nouveau gouvernement, qui doit encore prêter serment, est un patchwork improbable de partis de gauche, libéraux, de droite, nationalistes et religieux, ainsi que, pour la première fois dans l’histoire d’Israël, d’un parti arabe islamiste.

LIRE  Procès Azaria : le soldat fixé aujourd'hui sur sa demande d'appel

« Nous avons récemment identifié une augmentation du discours violent et incitatif de plus en plus extrême, en particulier sur les réseaux sociaux », a déclaré Nadav Argaman, chef des forces de sécurité du Shin Bet, dans un communiqué, sans citer de noms.

Nadav Argaman a appelé les dirigeants politiques et religieux à faire preuve de responsabilité et à mettre un frein aux incitations potentielles. Son avertissement rappelle à certains Israéliens les jours qui ont précédé l’assassinat, en 1995, du premier ministre de l’époque, Yitzhak Rabin, abattu par un ultra-nationaliste juif pour avoir conclu un accord de paix avec les Palestiniens.

Jforum avec Le Monde

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop