Il sauve des vies… sa maison brûle

0
994
Il sauve des vies... sa maison brûle

Entre les 22 et 27 novembre derniers, des dizaines d’incendies d’origine criminelle se sont déclarés en Israël, tandis que la pluie se faisait toujours attendre et que la végétation asséchée constituait un terrain propice au feu. Près de 3 000 hectares ont brulé, dont environ 1 730 hectares à Haïfa, la ville la plus touchée. Selon la municipalité, il y aurait au moins 1784 logements touchés, dont 527 entièrement détruits. Les alentours de Jérusalem ont aussi été très endommages, notamment le parc national de collines de Judée et la réserve naturelle de Kfir. Plus de 2 000 pompiers étaient sur le terrain et 14 avions Canadair ont participé à la lutte contre les flammes. Pour illustrer l’intensité de ce combat mené par les secours, voici l’histoire de Doron Shafir, infirmier paramédical à United Hatzalah, l’unité de secours d’Israël, qui tandis qu’il sauvait des vies sur le terrain, ignorait que sa propre maison était atteinte par les flammes.

L’histoire de Doron, secouriste à Haïfa

United Hatzalah, l’organisation des services d’urgence, a mobilisé plus de 600 volontaires partout dans le pays pour aider les équipes de pompiers et de sauveteurs.
Au cours des opérations de sauvetage et d’évacuation à Haïfa, ville particulièrement touchée par les feux, Doron Shafir a passé l’intégralité de la matinée du 24 novembre à sauver des personnes âgées et des personnes incapables de marcher pour les évacuer de leurs maisons. Il a participé aussi à l’évacuation de nombreux immeubles avant d’apprendre que les incendies avaient progressé vers son quartier. Il se souvient de cette matinée avec beaucoup d’émotion :

« À 9 heures du matin, j’ai commencé à sentir la fumée et l’odeur de choses qui brûlent. Simultanément, j’ai commencé à recevoir des appels sur mon téléphone d’urgence d’Hatzalah et il y avait des rapports sur un grand incendie à l’extérieur du pont Paz, situé près du bâtiment des secours à Haïfa. J’ai couru hors de ma maison et pris ma moto-ambulance pour répondre aux appels d’urgence qui émanaient du quartier Givat Oranim situé à proximité.
Quand je suis arrivé à Givat Oranim, j’étais presque paralysé par la peur lorsque j’ai vu le feu monter sur la colline vers l’est, où le quartier de Ramot Sapir est situé. L’image était très difficile à supporter, même pour les sauveteurs expérimentés qui connaissent bien les situations difficiles. Quand un grand feu s’empare du quartier où vous avez grandi et que vous voyez vos souvenirs d’enfance partir dans les flammes, c’est très difficile. Plus tard dans la matinée la fumée a commencé à atteindre mon propre voisinage. J’ai couru vers ma maison, j’ai fermé le gaz et coupé l’électricité par précaution. J’ai appelé ma femme Tal et je lui ai demandé de quitter d’urgence son travail. Elle a été chercher notre fille Léa à l’école et elles sont retournées rapidement à la maison. À ce moment-là, je ne pensais pas qu’il y avait vraiment une menace directe pour notre maison et notre quartier. J’ai reçu alors des appels d’urgence et j’ai répondu aux personnes qui avaient besoin d’aide dans la région. Je me suis mis en route avec mon chef d’équipe et nous avons secouru un homme de 40 ans qui était inconscient et avait des problèmes respiratoires sévères. Aucune ambulance n’était disponible car toute la zone était bloquée.
Un médecin nous a rejoints et nous avons donné de l’oxygène à haut débit au blessé tandis que le médecin a décidé de prendre le patient dans sa propre voiture. Nous avons dégagé le chemin pour faciliter l’évacuation vers le centre médical Carmel. Le patient devait être intubé et recevoir immédiatement une assistance respiratoire. Après un trajet très difficile, nous avons pu amener ce patient au centre de traitement à l’hôpital.
Il était alors près de 13 heures et j’ai vu que la vallée brûlait. C’est à ce moment que j’ai compris qu’il y avait un réel danger pour mon quartier et ma maison. Les habitants de mon quartier et ma famille avaient déjà rassemblé quelques affaires pour évacuer les lieux. J’ai décidé de me rendre chez moi et là ce que j’ai vu ne quittera jamais mon esprit. L’arrière de notre jardin était en flammes. La remise que nous venions de construire pour ranger les outils de jardinage et autres était en feu. J’ai attrapé le tuyau d’arrosage et essayé d’éteindre pour empêcher le feu de progresser. Je me suis battu contre les flammes jusqu’à ce que la pression de l’eau diminue, et pour cause, la tuyauterie de notre maison avait commencé à fondre en raison de la chaleur intense !
Peu de temps après, quatre autres volontaires d’Hatzalah sont venus chez moi pour m’aider à essayer d’éteindre les flammes qui s’emparaient de ma maison et des maisons de mes voisins. Les pompiers ont finalement pu arriver et ce n’est qu’à 18 heures qu’ils ont réussi à venir à bout des flammes. Je me suis ensuite dirigé vers le centre de commandement mobile qui avait été mis en place par United Hatzalah à Haïfa, et le directeur, Moché Teitelbaum nous a offert un endroit pour rester avec ma famille.

Secouristes d’Hatzalah et soldats du feu au cœur de l’action
Nous ne pouvions pas dormir cette nuit-là. Nos pensées allaient vers tous les médecins et le personnel d’urgence impliqués dans la bataille pour notre belle ville de ‘Haïfa, vers ce feu que nous n’avions pas encore éteint, vers nos forêts vertes que nous aimons tant, et vers nos voisins qui comme nous, avaient tout perdu chez eux.
Le lendemain matin, je suis allé avec un collègue voir ma maison. C’était très difficile. Les pièces noires étaient devant nous. Avec nos voisins, nous nous sommes soutenus et avons commencé à travailler ensemble pour savoir qui appeler et comment gérer la situation. Comment reconstruire ? Comment restaurer l’eau et l’électricité dans nos maisons pour nos familles ? Où rester entre-temps ? Telles étaient nos questions.
Nous avons reçu de notre organisation de la nourriture et des couvertures en prévision du Chabbath. Des gens nous ont offert des endroits pour rester pour le Chabbath, nous étions touchés par cet amour et cette attention. Alors que nous pleurions cette tragédie, nos yeux se sont un peu séchés en sachant que nous n’étions pas seuls.
Aujourd’hui, nous sommes en train de reconstruire nos maisons, et je tiens à remercier tous ceux qui sont avec nous dans cette période de crise. »
Doron Shafir
Traduction Yael Valerie Lancri (ASH Aujourd’hui / ERETZ Aujourd’hui sur Play Store ou iTunes)
LIRE  Inauguration du premier monument de l'Holocauste à Moscou

Aucun commentaires

Laisser un commentaire