Le sheikh Sabri rappelle une donnée trop souvent oubliée en Israël

0
345

Le sheikh Akarma Sabri, chef du Comité islamique supérieur et prédicateur de la mosquée Al-Aqsa a rappelé vendredi que la loi islamique interdit catégoriquement à tout musulman de vendre des terres à des Juifs.

Celui qui fut mufti de Jérusalem s’est basé sur une décision religieuse qui date bien d’avant la Guerre des Six Jours et la présence juive en Judée-Samarie: « Nous insistons sur l’importance de cette décision religieuse prise déjà par les dignitaires musulmans de Palestine en 1935 (ndlr: sous l’impulsion du mufti pronazi de Jérusalem Hadj Amine Al-Husseini) et qui fixe que quiconque vend des terres à des Juifs s’exclut automatiquement de la communauté islamique. Son cadavre ne sera pas lavé, ni revêtu du linceul traditionnel, il ne sera pas enterré dans un cimetière musulman et l’on ne priera pas pour le salut de son âme”.

Akarma Sabri a également précisé que cette interdiction incluait toute action commerciale ou juridique liée aux transactions foncières et qu’elle oblige tout musulman à dénoncer aux autorités toute vente de terres aux Juifs par un autre musulman, fut-il un proche. Le châtiment prévu pour les “criminels” est le même que pour ceux qui “trahissent Allah et son prophète Mahomet”: la mort.

Le sheikh Sabri était mufti de Jérusalem de 1994 et 2006, lorsqu’il fut limogé à contre coeur par Mahmoud Abbas qui faisait des efforts pour convaincre la communauté internationale que l’OLP n’était ni raciste ni antisémite!

Ces nouvelles déclarations du sheikh Sabri, qui agit d’ailleurs en toute liberté en Israël, rappelent certaines vérités criantes trop souvent oubliées par certains milieux politiques en Israël: le refus de la présence juive en Erets Israël et le conflit israélo-palestinien ne datent pas de 1967. Deuxièmement, malgré toutes les dénégations de ceux qui ne veulent ni voir ni entendre, l’origine du conflit est d’essence religieuse même si elle comporte des aspects territoriaux qui sont mis en avant à des fins tactiques.

LIRE  Glissement sémantique: Le Monde fait franchir la ligne verte aux «colons»

Aucun commentaires

Laisser un commentaire