Shéla’h lance son slogan : «Le courage de ne pas boycotter les orthodoxes»

0
159
Il est difficile de savoir jusqu’à où Shéla’h ira, avec son parti récemment créé, mais le slogan qu’il lance mérite qu’on s’y attarde !
JDN
Le président du parti a déclaré qu ‘«il est politiquement facile et lucratif d’y entrer. Il est facile et réconfortant de les voir comme une tache noire uniforme qui menace nos vies. C’est encore plus faire un acte de comme Bibi, et se rendre à eux tout le long du front. Mais facile n’est pas nécessairement vrai. Les orthodoxes sont un grand public – 15% des citoyens israéliens. Il faut leur parler.  »
Le parti Tnufa, dirigé par Ofer Shelach, a lancé aujourd’hui une nouvelle campagne intitulée «Le courage de ne pas boycotter les ‘Harédim». Dans un article sur Facebook, Shelach a écrit que « la colère contre les orthodoxes est à son apogée, et on peut comprendre pourquoi: ils ne servent pas dans l’armée, travaillent à un rythme beaucoup plus bas que le grand public et détiennent un pouvoir politique sans précédent. De plus, le comportement effréné de certains secteurs du public orthodoxe, et la soumission de Bibi et de Litzman dans la gestion du corona.  »
« Les piliers du service et du travail effondreront les piliers de notre société et de notre économie. Les changements nécessaires dans leur relation avec l’État devraient être gérés différemment – sans sacrifier les principes. Je l’ai fait lorsque j’ai adopté la loi sur le recrutement, et c’est pourquoi ils me voient comme un adversaire, mais à qui on peut et doit parler. Vous devez leur parler et progresser dans la compréhension de leur monde, à passer des accords sans renoncer à notre statut d’État. Ce n’est qu’ainsi que le courage de prendre un risque deviendra le courage de gagner », a déclaré Shelach. Lors du lancement du parti, Shelach a déclaré: « Je crois que dans l’état du peuple juif, il est obligatoire de maintenir la pleine égalité civique, que chaque vote est également légitime et que ceux qui incitent contre une minorité divisent tout le monde et sur cette question je veux dire aux membres du camp dont certains peuvent être désagréables. L’époque de la disqualification de notre bel Israël qui n’est plus. L’époque de la disqualification de publics entiers, orthodoxes et arabes et des gens de la périphérie qui « ne savent pas ce qui est bon pour eux » est révolue. Le public ultra-orthodoxe représente 15% de la population en Israël. Nous avons de sérieux désaccords sur l’image de l’État, mais il est un partenaire. Rien de bon ne se produira de l’incitation contre lui, ou de la pensée que les changements nécessaires peuvent être apportés contre son gré. Les orthodoxes savent que je suis un opposant idéologique. Un dialogue mènera au rétablissement de la coopération entre eux et notre bloc, qui caractérisait le Parti travailliste d’antan. Le public arabe vit avec nous. Nous avons des désaccords difficiles sur l’image de l’État, mais c’est un partenaire. Rien de bon ne se passera de l’incitation à son encontre ou de la pensée cynique. Sa voix est légitime et sera entendue. »
« J’appelle tous ceux qui prétendent renouveler le visage du centre-gauche, à se joindre à moi et à accepter les directives que j’ai énoncées ici. En tant que marathonien vétéran, je sais qu’il est très facile de courir dans la plaine, mais ce n’est que dans la montée que nous sommes vraiment testés et que nous pouvons vraiment arriver à un résultat. Je pourrais choisir la plaine en politique. Je choisis la montée, car c’est en fin de ce parcours que réside l’accomplissement. « 
LIRE  Les Etats du Golfe proposent de normaliser leurs relations avec Israël

Aucun commentaires

Laisser un commentaire