Shoah: 80 ans après, il retrouve la famille qui l’a sauvé

Shoah: 80 ans après, il retrouve la famille qui l’a sauvé

0
53
VLUU L100, M100 / Samsung L100, M100

Près de Rennes : rescapé de la rafle du Vel d’hiv, il retrouve la famille qui l’a protégé

Bernard Kryger est un miraculé de la rafle du Vel’dhiv de 1942. 80 ans après, il a retrouvé la famille qui l’avait accueilli à Corps-Nuds à l’âge de 5 ans.

Le 19 novembre 2022, Bernard Kryger, rescapé de la rafle du Vel d’hiv (Vélodrome d’hiver – notre illustration, plaque déposée en ce site, prise de Wikipédia) en 1942, accompagné de son épouse Sylviane, a été accueilli par Alain Prigent, maire de Corps-Nuds (Ille-et-Vilaine), et Juliette Soulabaille, maire honoraire.

Né en 1937, ingénieur physicien et docteur spécialisé en recherche nucléaire en retraite, il a été fait citoyen d’honneur de la commune au cours d’une cérémonie de retrouvailles empreinte d’une grande d’émotion.

Réfugié à Corps-Nuds à l’été 1942

L’année 1942 marque le début de la mise en œuvre en Europe de la « Solution finale » initiée par les nazis. Les persécutions des juifs s’intensifient et le port de l’étoile jaune devient obligatoire pour tous les juifs en France, en zone occupée.

Il était devenu difficile pour la famille de Bernard Kryger et leurs amis d’accéder à des lieux publics et de circuler librement dans Paris. Les arrestations se multiplient et les déportations vers les camps de concentration s’organisent.

Le Gouvernement de Vichy décide de négocier un accord avec les nazis afin de conserver l’autonomie de sa police. Cet accord aboutira à l’organisation et l’encadrement de la rafle du Vel d’hiv. « C’est dans ce contexte que votre mère décidera de vous confier à la famille Horowitz, qui viendra se réfugier à Corps-Nuds au début de l’été 1942. Vous échappez ainsi à la rafle massive des 16 et 17 juillet ou plus de 13 000 personnes, dont un tiers d’enfants, seront arrêtées avant d’être déportées vers des camps de concentration », rappelle Alain Prigent.

Baptisé « pour le protéger »

Bernard Kryger arrive donc à Corps-Nuds, commune occupée par les Allemands. « La famille parisienne aisée Horowitz qui s’est réfugiée à Corps-Nuds et la famille Priac vous protègent, et vous avez plaisir à retrouver chaque jour, dans son jardin, la tante Aimée, grand-mère d’Annick Priac ici présente. »

Pour protéger l’enfant de 5 ans, deux femmes, Mme Horowitz et tante Aimée décideront de faire baptiser Bernard Kryger en l’église de Corps-Nuds. Yves Priac, le fils de tante Aimée et père d’Annick Priac, deviendra le parrain.

« Sage décision quand on sait qu’en 1942, Corps-Nuds vivait sous couvre-feu avec un nombre impressionnant d’Allemands sur la commune : QG au presbytère, occupation de l’école publique et des écoles privées, des Baraques dès le 23 juin 1940 pour y installer un centre de navigation aérien… », précise Juliette Soulabaille.

« C’était un secret »

Lorsqu’Annick Priac, fille d’Yves Priac, résidant à Corps-Nuds, apprend l’histoire de Bernard Kryger, elle reste scotchée sur sa chaise, submergée par l’émotion, son père ne lui ayant jamais dit qu’il était parrain de ce petit garçon dont elle ne connaissait pas l’existence. « C’était un secret. »

Bernard Kryger, tout aussi ému lors de sa rencontre avec la fille de son parrain, attendait depuis longtemps de la rencontrer, revenir à Corps-Nuds, et de retrouver son acte de baptême grâce au Père Vincent Massengo, curé de la paroisse.

« Merci aux Français de m’avoir sauvé la vie »

Bernard Kryger a retracé son parcours de vie d’une manière émouvante et forte. Il a notamment rappelé que son père, artisan laborieux d’origine polonaise, a été arrêté en août 1941, enfermé à Drancy jusqu’au 27 mars 1942 et déporté à Auschwitz par le premier convoi de la mort. « 95% des déportés sont morts dans ce convoi. »

Sa mère venait de Lituanie. Elle avait dû se réfugier en Dordogne en zone libre après un long périple. « J’ai eu beaucoup de chance grâce à la bienveillance des familles françaises. Ce que j’ai vécu est exceptionnel. Merci aux Français de m’avoir sauvé la vie. Reconnaissance éternelle » !

JForm avec Rédaction Vitré

LIRE  Nouvelle journée sans issue dans le jeu politique du pays

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop