« Nous sommes tous des Juifs français »

0
589

Gilles DEBERNARDI, billet, paru sur Le Dauphine

Le sentiment d’insécurité qu’éprouvent les Juifs de France repose sur une triste réalité. 38 % des actes racistes recensés les visent, alors qu’ils ne représentent que 1 % de la population. La montée de l’islamisme dans certaines cités n’y est pas pour rien. Même si l’extrême droite et l’extrême gauche, en la matière, ne donnent pas toujours leur part au chat.

Situation intolérable, qui voudrait conduire les porteurs de kippa à raser les murs. Voire à partir s’installer en Israël, comme les y invite régulièrement Benyamin Netanyahou. Stop ! Il est temps que le « plus jamais ça », mot d’ordre partagé naguère, revienne au grand galop.

La mort de Mireille Knoll, 85 ans, en témoigne de manière cruelle. Veuve d’un rescapé d’Auschwitz épousé après la guerre, elle avait pu échapper à la rafle du Vel’d’Hiv en 1942. On retrouve son corps, poignardé et carbonisé, dans l’immeuble parisien où l’octogénaire vivait modestement. Deux jeunes délinquants du quartier se trouvent mis en examen pour le meurtre. Des voleurs ? Pas seulement, selon le parquet. Ils n’ignoraient pas la religion de la vieille dame. L’un d’eux aurait crié « Allah Akbar » au moment du massacre. L’affaire en rappelle d’autres. Celle de Sarah Halimi, par exemple, défenestrée par son voisin l’année dernière.

Les condoléances adressées à « la communauté juive » ne suffisent pas. Il ne s’agit pas ici d’un chagrin « communautaire », mais national. Sinon, au lendemain du sacrifice consenti par le colonel Arnaud Beltrame, l’idéal français n’a plus de sens. Dans la marche contre l’antisémitisme, ce soir place de la Nation, puissent citoyens chrétiens, musulmans et athées se tenir nombreux au coude à coude. Quitte à réécrire ensemble, un demi-siècle plus tard, le slogan de mai 68 : « Nous sommes tous des Juifs français ».

LIRE  Auschwitz: et les Alliés que savaient-ils de la Shoah ?

Aucun commentaires

Laisser un commentaire