En souvenir de Dr Mardoché Attal zal

2
2109

Né à la Goulette, en Tunisie, et issu d’une famille nombreuse, il dut quitter son pays natal très jeune pour s’installer en France, à Villeneuve-la-Garenne. Pour aider à subvenir aux besoins de sa grande famille, il décida de travailler d’arrache-pied commençant par donner des cours de maths particuliers après l’école, puis plus tard en devenant dentiste.

Passionné par son travail, il poussa ses études et obtint le trophée d’implantologie lors d’un congrès dentaire. Passionné aussi de Tora, il en vint même à donner, lors de ce même congrès, une conférence de haut niveau sur le lien entre les dents et le nom de D’, devant une foule de dentistes de tous horizons !
Son épouse et ses enfants tiennent aujourd’hui à remercier D’ de leur avoir donné un tel mari et père, Dr Mordechai Attal zal, un être hors du commun qui a su offrir à ses enfants une enfance pleine de joies, rires, et fous-rires, amour, bonheur et affection.

Pour son entourage, il fut un homme aimé, apprécié de tous, un soleil rayonnant, et un roc fort et solide qui sut renforcer, réconforter et guider son entourage. Tel un lion toujours prêt à tout pour protéger sa famille et l’instruire dans la voix de la Tora et l’amour des mitsvot contre vents et marées, il était notre bouclier. Toute personne qui le voyait pouvait ressentir l’immense amour du prochain qui l’habitait. D’une humilité exceptionnelle, il était toujours à l’écoute de toute personne qui l’approchait, prêtant une oreille attentive, et utilisant son cœur en or pour rassurer et réconforter en quelques mots. Son amour brûlant de la Tora était tel un buisson ardent et le poussait à dévoiler des perles de Tora à toute personne qu’il rencontrait. Grand orateur, il sut utiliser ce don divin pour inspirer les foules, illuminer le monde, et diffuser les beautés de la Tora grâce aux enseignements qu’il avait reçus en héritage de son père Ya’akov Attal zal et de ses maîtres comme le rav Ra’hamim Hadjadj zal, rav Hillel Pewzner zal et rav J. D. Frankforter שליט »א. Il excellait également dans ses conférences sur les codes de la Tora qu’il aimait tant présenter.
Enfin, ce qui caractérisait le plus Mordechaï Attal était sa joie découlant de sa confiance en D’. Le sourire toujours aux lèvres, il était habité d’une joie de vivre puissante. Mais celle-ci n’était pas simplement un trait de caractère inné, il avait fait un véritable choix de vie de voir toujours le positif, habité d’un amour profond de D’, de Sa Tora et de Son peuple.

LIRE  Brooklyn en première ligne face à la fièvre antisémite

La famille

Magazine Kountrass numéro 202/ Janvier 2017

2 Commentaires

  1. Tellement vrai, et en plus il a fait revenir à la Tora des familles entières grâce à son message sincère et joyeux. Il nous manque énormément, mais il nous aurait dit de garder espoir car la Gueoula est imminente…

  2. J’ai énormément apprécié les conférences qu’il donnait chaque année de Melavé Malka au Igoud Harédi sur les codes de la Tora. un grand manque….

Laisser un commentaire