Souvenir de la Shoah : appel de l’ambassadeur d’Israël à l’Onu

0
26

L’Onu a commémoré mercredi la Journée internationale du Souvenir de la Shoah, date de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. L’événement qui se déroulait par zoom était présidé par le secrétaire-général de l’Onu Antonio Guterres et avec la présence de la chancelière allemande Angela Merkel, de la secrétaire-générale de l’Unesco Audrey Azoulay et de survivants de la Shoah.

L’ambassadeur d’Israël a lancé un vibrant appel à la communauté internationale pour combattre le virus de l’antisémitisme qui relève la tête de la même manière qu’elle combat celui du Corona : « Les dangers liés au Corona ne sont pas uniquement sanitaires. L’un des symptômes les plus significatifs de ce virus est la haine. Cette pandémie a montré que les leçons du passé n’ont pas été retenues et que l’antisémitisme se propage sous ses formes anciennes comme nouvelles. Nous devons apprendre des horreurs du passé qui menacent le présent afin de nous protéger pour le futur. Le régime iranien continue à répandre la négation de la Shoah et déclare ouvertement ses intentions de détruire l’Etat d’Israël. Et malgré cela, le monde reste les bras croisés alors que le peuple juif est menacé par un régime meurtrier. La communauté internationale doit se joindre à Israël dans son combat contre le virus de la haine. Et tout comme elle lutte contre le Corona, elle doit aussi lutter contre le virus de l’antisémitisme… ».

La chancelière allemande Angela Merkel a notamment dit : « J’ai honte de la Shoah et de la trahison de toutes les valeurs de la civilisation qui s’est produite durant le régime national-socialiste. L’Allemagne porte à jamais le devoir de rappeler ces événements et de perpétuer la mémoire des victimes… ».

LIRE  L’AFP supprime l’affirmation que l’ONU considère l’occupation israélienne comme «illégale»

Quant au secrétaire-général de l’Onu, il a préféré évoquer une seule source de l’antisémitisme moderne : « Après des dizaines d’années dans l’ombre, les néonazis et leurs idées jouissent d’une nouvelle reconnaissance et même d’une sorte de respect. Dans certains pays on peut entendre leurs messages et leur idéologie lors de débats entre paris politiques appartenant au ‘mainstream’. Nous devons ensemble joindre nos efforts contre le danger qu’ils représentent ».

Aucun commentaires

Laisser un commentaire