Sur le passage de gens qui tentent de se rendre à Ouman : Homiel !

0
192

A Gomel, ou Homiel en notre langue, l’un des rabbanim de Breslav s’est trouvé coincé dans un hôtel de la ville. Pour Chabbath, vu le manque de nourriture, le groupe voulait passer à Pinsk, quelques 5 heures de route de là. Mais le propriétaire de l’hôtel de luxe a fermé la cuisine afin de retenir le groupe de Juifs dans son établissement…

Be’hadré ‘Harédim

«Je dois vous parler de la sanctification du grand nom qui a lieu ces jours-ci où je suis en Biélorussie», avec ces mots, le rav Avraham Hazin, PDG d’Uman Shalom, entame sa conversation avec un journaliste de «Behadré ‘Haredim».

Il raconte que ces jours-ci, il séjourne avec sa famille dans un hôtel de luxe de la ville de Gomel en Biélorussie, en route pour célébrer Rosh Hashanah à l’ombre de «Rabbeinou» à Ouman. Ils attendent d’obtenir le permis tant convoité pour traverser la frontière ukrainienne.

La gare de Gomel

«Nous n’avions pas prévu de y rester là aussi longtemps et le stock de nourriture que nous avons stocké pour la longue route cette année vers Ouman est terminé», dit-il. « Le propriétaire de l’hôtel a un restaurant de l’autre côté de la route. Nous avons essayé de trouver une solution, avec quelques nouvelles casserolles, pour préparer de la nourriture casher. Vers Chabbat, nous avons décidé d’aller dans la ville de Pinsk pour être avec les gens le Chabbat et manger correctement les repas de Chabbat. »

« Vendredi matin, les gens de l’hôtel ont été surpris de nous voir faire nos valises », raconte le rav Hazin. «Nous leur avons parlé de la limite de nourriture que nous avons dans la ville de Gomel. Le propriétaire de l’hôtel a entendu de ses employés que nous prévoyions de voyager 5 heures à Pinsk juste pour manger de la nourriture casher, s’est étonné et nous a dit qu’il est juif et il nous a demandé de rester. Il a fermé le restaurant et la cuisine de l’hôtel pour nous seuls, annulant toutes les réservations qu’il avait enregistrées pour le Chabbath. « 

LIRE  Un chalia'h argentin frappé par trois hommes en pleine rue

«Le Chabbath a été très beau», résume le rav Hazin ce qu’il a vécu ce jour-là. «Le propriétaire de l’hôtel a assisté aux prières et aux repas avec nous et était très enthousiasmé par nos repas et chants de Chabbath. Il a même dit à tous ses amis et à sa famille dispersés aux États-Unis et en Israël qui étaient ravis d’en entendre parler et l’ont même encouragé en lui garantissant de la chance dans ses affaires. Le propriétaire de l’hôtel, qui est l’une des personnes les plus riches de la région, a été ému par ce qu’il a vu pour la première fois de sa vie. « 

Enfin, le rav Hazin dit qu’immédiatement après le Chabbat, il a couru acheter des symboles juifs pour sa famille, afin qu’ils sachent et se familiarisent davantage avec la religion juive à laquelle ils appartiennent. «Nous sommes toujours à l’hôtel», ajoute-t-il, «et ces jours-ci, le propriétaire de l’hôtel veut en savoir plus sur le judaïsme et même sur la circoncision».

Aucun commentaires

Laisser un commentaire