Témoignage de l’enfer : « Des gens gisent morts dans la rue et il n’y a nulle part où les emmener »

0
104

Un émissaire ‘Habad de Marioupol en Ukraine a décrit la terrible situation dans la ville en raison des attaques russes.

Be’hadré ‘Harédim – Israël Lefkowitz – Illustration de la zone de guerre Photo: pixabay

Le rav Mendy Cohen, un émissaire ‘Habad à Marioupol qui se trouve à la frontière entre la Moldavie et la Roumanie, raconte aux médias la terrible situation : « Nous nous trouvons dans une profonde crise humanitaire. Nous en sommes au point que les gens descendent dans les rues pour amasser de la neige et la faire fondre à la maison, afin de se laver les mains, se brosser les dents ou boire quelque chose. Il n’y a rien à manger. Les magasins sont vides, les pharmacies sont vides. »

Le rav Cohen a vivement critiqué les Russes et a déclaré qu' »ils mènent une guerre psychologique de la manière la plus cruelle possible. Ils prétendent qu’il existe un couloir humanitaire puis à des moments cruciaux ils tirent. Ceux qui veulent partir prennent un risque. Chabbath, nous voulions évacuer les gens sous le feu. Nous reçu le OK, mais alors nous avons appris que 20 des bus qui nous attendaient avaient été détruits. Je sais qu’il y a des gens gisant morts dans la rue et personne ne s’en occupe parce qu’on n’a pas où les enterrer. »

Tatiana Goldin, une résidente d’Ashdod, a vu sa mère à la télévision debout dans la rue à Marioupol en train d’appeler à l’aide. Tatiana a déclaré aux médias israéliens : « Je veux rappeler au monde, nous avons eu Babi Yar, ce sera un second Babi Yar. S’il vous plaît, autorisez un couloir humanitaire pour ces gens. Nous ne demandons pas plus que cela. »

LIRE  Hiloula de rabbi Chalom Messas

On estime que 1 300 soldats et civils ont été tués à Marioupol depuis le début de la guerre, mais l’adjoint au maire de Marioupol, Sergei Orlov, a déclaré à CNN : « Vraiment, nous ne pouvons pas calculer combien de morts que nous avons – sans doute trois à quatre fois plus. Nous ne sommes pas même capables de compter combien de personnes ont été tuées par les bombes et l’artillerie », a déclaré l’adjoint au maire de Marioupol. Il a ajouté « Nous ne savons pas combien, car nous ne pouvons pas collecter tous les corps et nous ne pouvons pas les compter ».

Pour faire face au grand nombre de corps, les employés de la ville ont creusé un fossé profond de plus de 22 mètres de long à l’intérieur d’un cimetière et ont placé les corps des soldats et des civils tués lors des attaques russes répétées.

Le maire de Kiev, Vitaly Klitschko, a déclaré dans une interview à Israel Today : « Nous entendons dix à vingt sirènes par jour et nous avons des habitants qui passent deux semaines dans des abris. Une grande partie de notre population n’aurait jamais imaginé qu’ils porteraient des armes, des médecins, des musiciens, des acteurs. Ils ont pris les armes. Nous apprenons et nous nous préparons à défendre la ville et le pays. Klitschko comprend qu’il vit peut-être ses derniers jours mais reste optimiste : « C’est une tâche difficile mais nous n’abandonnons pas. Les Russes veulent voler notre avenir et faire de nous des esclaves. L’Ukraine a toujours été un pays de paix et nous voulons faire partie de la famille européenne et de construire un État moderne et démocratique, mais Poutine considère l’Ukraine comme faisant partie de l’Empire russe ».

LIRE  Bennett : programmer la fermeture pour les fêtes de Tichri, "afin de réduire les dommages"

Malgré trois cycles de négociations avec la Russie, Klitschko affirme que le cessez-le-feu et les couloirs humanitaires sont de la « propagande russe », ajoutant que « nous avons essayé pendant 3-4 jours de créer des couloirs humanitaires. Les gens n’ont ni nourriture ni eau. Les Russes promettent le passage mais le font rien. » .

Aucun commentaires

Laisser un commentaire