Top ten de l’antisémitisme 2021

0
77

Par Francis MORITZ – Temps et ContreTemps

Les fins d’année civile sont souvent prétexte à établir un bilan. Le centre S. Wiesenthal a établi son classement, de quoi être informé au mieux.  L’Iran occupe la première place. La déclaration du général Abolfaz Shgekarchi la justifie : «Nous ne renoncerons pas, ne serait-ce que d’un millimètre, à l’annihilation d’Israël. Nous voulons détruire le sionisme dans le monde». On y ajoute la loi votée en novembre, qui stipule que le pays est «obligé» de détruire Israël d’ici 2041.

La seconde place revient au Hamas. Le dernier conflit qui l’a opposé à Israël a provoqué de multiples ondes de choc antisémites mondialement. L’ONU n’a pas bronché. En troisième place, on trouve la BBC et le Royaume Uni. Le cas était suffisamment grave, pour que 250 personnes manifestent au siège de la BBC. Un bus qui transportant des passagers juifs a été attaqué par un groupe de musulmans. La BBC a diffusé une information fausse en annonçant que des passagers musulmans avaient été agressés par un groupe juif ; exemple de désinformation qui transforme des agresseurs en victimes. Une reporter a twitté «Hitler avait raison, on devrait transférer Israël aux États-Unis, Jérusalem est en Palestine et enfin les Sionistes ne se sont pas rassasiés de notre sang». Cerise sur le gâteau, la BBC en langue arabe qualifie tous les Israéliens de colons. Chacun appréciera. Durant le conflit en mai, il y eu 639 actes antisémites alors qu’il y en a eu 1.308 entre janvier et juin 2021, une augmentation de 50%. On attend encore les réactions du gouvernement britannique.

En quatrième position, c’est l’écume covido-antisémite sur les réseaux sociaux des vagues précédentes. C’est l’amalgame réalisé entre la Shoah et toutes les déviations complotistes. Le député portugais Rodrigo Sousa e Castro n’a pas hésité à déclarer : « Les Juifs, vu qu’ils dominent le monde financier, ont pu acheter les vaccins qu’ils voulaient. Je n’en dirai pas plus, avant que les bulldogs sionistes ne m’attaquent». Le complotisme a trouvé un terrain réceptif à toutes les formes d’antisémitisme. Tant le virus attribué aux Juifs que l’absence de vaccins, sont autant de motifs pour les antivax et anti-juifs. En Angleterre un rapport sur les messages antivax indique que 80% avaient un contenu antisémite. En Argentine, un site hébergé par Telegram a diffusé une caricature juive suivie par plusieurs milliers d’abonnés (autant de likes).

LIRE  Pologne: le club de football anglais Chelsea va participer à la marche des vivants

En cinquième position, on trouve Jewish voice for Peace (notre photo), la voix juive pour la paix que tout le monde attendait ? Non ! Cette organisation, soutient du BDS, est basée aux États-Unis. A l’occasion de la dernière fête de Hanouka, elle a diffusé un message on ne peut plus clair : «En cette fête contre l’apartheid, nous re-dédions notre résolution d’être clairs sur tout ce qui concerne la vie et l’appropriation de terres. Il est écrit que le temple fut nettoyé et sanctifié et dédié à nouveau lorsque les Macchabés gagnèrent la bataille. Ici, en Diaspora, nous pouvons reconnaître comme temple ce que nous construisons ensemble : Le Judaïsme au-delà du Sionisme. Le Temple est là où nous mettons en pratique nos valeurs précieuses de justice, liberté et égalité. C’est la pratique qui sanctifie le Temple ». Ce groupe pense ne pas être taxé d’antisémitisme. On appréciera.

En sixième position, on trouve les grandes plateformes des médias, où aucun mouvement ou produit ne peut exister, sans accès aux réseaux sociaux. On observe que la plupart d’entre eux n’ont aucune action concrète pour en exclure l’antisémitisme. Ils choisissent qui peut disposer d’un compte ou pas. Telegram continue d’être le réseau favori des extrémistes et fans du terrorisme, qui propagent la haine et la violence contre les Juifs, les Noirs et le non-respect des lois.

Tiktok, se développe à un rythme très rapide comparé à Facebook ou Instagram ou Youtube, ce réseau est confronté au même défi que ses concurrents, les extrémistes l’utilisent en dépit des paramètres mis en place pour éviter l’antisémitisme, le racisme et le cléricalisme. Facebook, qui a toujours prétendu être le premier à combattre la haine en ligne, a directement profité de la publicité qui a amalgamé la vaccination à l’holocauste nazi.  Ce réseau continue à accueillir des extrémistes.

LIRE  Lyon: Un lance-roquettes d’entraînement découvert près d'une école coranique

L’Allemagne se trouve en septième place. L’extrême-droite raciste et antisémite poursuit sa carrière alors que la haute administration semble ignorer le régime des Ayatollahs et l’absence totale de respect des droits de l’homme et de la femme. On observe également que certains responsables nommés pour combattre l’antisémitisme dans leur région ont oublié leur mission. En Bade-Wurtemberg le responsable en poste depuis 2019 continue à poster ses commentaires sur les réseaux sociaux, dont Facebook, où il a affiché qu’il aime la comparaison faite entre sionisme et nazisme. Toujours en poste, il poursuit son affichage antisémite et anti israélien. Les dirigeants de cette région y compris son ministre de l’Intérieur l’ont maintenu à son poste. La ville de Freiburg poursuit son jumelage avec la ville iranienne d’Ispahan.

Dans le même temps, malgré les demandes renouvelées du responsable fédéral, cette même région n’a pas clôturé le compte bancaire de l’organisation du Comité Palestine du BDS, la plus importante d’Allemagne. En 2020, il y a eu 2.275 actes antisémites, dont plus de 55 avec violences. Plus de 1.000 ont eu lieu à Berlin soit une augmentation de 20% comparé à 2019. Le commissaire chargé de la lutte contre l’antisémitisme à Berlin (une des 16 régions) a déclaré : «Une chose est claire, Berlin à un problème antisémite».

La radio Deutsche Welle diffusait en langue arabe des propos clairement antisémites, en osant affirmer que l’holocauste était un «produit artificiel» que les Juifs continuaient à «contrôler la pensée des individus par les arts, les médias et la musique». Un journaliste a déclaré «qui que soit impliqué avec les Israéliens est un collabo et toutes les recrues de son armée sont des traitres et doivent être exécutées». La station a été forcée de suspendre cinq journalistes pendant qu’une enquête est ouverte par la ministre de la Justice.

LIRE  L’Iran annonce le désengagement total de ses obligations sur l’enrichissement d’uranium

Huitième au classement, Council on American-Islamic relations & Sunrise movement, qui soutient à fond la cause palestinienne, diffuse des slogans racistes et antisémites, mêlant islamophobie et sionisme, «s’oppose à n’importe quel État (américain) qui accepte l’idéologie d’Israël, État colonial, qui expulse les palestiniens».

Dixième, Unilever, propriétaire des glaces Ben & Jerry qui ont boycotté la vente de leurs glaces à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, sous l’autorité de sa présidente Mme Amuradha Mittal, soutien du BDS, défenderesse du Hamas et du Hezbollah.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire