Tsahal doit se préparer au cas où les États-Unis attaquaient l’Iran

0
51

Cette inquiétante directive militaire n’est pas venue à la suite d’informations ou d’évaluations, mais dans le cadre de la période sensible des semaines précédant le changement d’administration à Washington. Des responsables israéliens ont déclaré que si l’administration Trump agissait contre l’Iran, ils recevraient un avertissement préalable. Le problème : une possible réaction iranienne contre Israël.

L’échelon politique a demandé ces dernières semaines à Tsahal de se préparer à un scénario d’action américaine contre l’Iran avant la fin du mandat du président américain Donald Trump, ont rapporté à Walla de hauts responsables israéliens impliqués dans l’affaire. L’administration Trump peut décider d’agir contre l’Iran, en particulier en raison de la période sensible des semaines précédant le changement d’administration à Washington le 20 janvier.

Selon Barak Ravid, le secrétaire à la Défense Benny Gantz s’est entretenu à deux reprises au cours des deux dernières semaines avec le secrétaire à la Défense par intérim Christopher Miller, qui a remplacé Mark Asper, limogé par Trump quelques jours après l’élection présidentielle. De hauts responsables israéliens ont déclaré que ces discussions portaient également sur la question iranienne, la situation en Syrie et le mémorandum d’accord sur la sécurité entre Israël et les États-Unis.

Des responsables israéliens cités dans un rapport de Walla ont déclaré que si l’administration Trump agit contre l’Iran, Israël devrait recevoir un avertissement préalable. Cependant, en raison de la grande incertitude, l’armée a été chargée de réfléchir aux possibilités de scénarios. La crainte en Israël est qu’en cas d’attaque américaine, les Iraniens puissent répondre militairement contre Israël directement, par le biais des milices pro-iraniennes en Syrie ou du Hezbollah.

LIRE  Les dernières niaiseries de l'industrie du mensonge anti-israélien

Un bombardier américain B-52 a été vu passer au-dessus d’Israël, en route des États-Unis vers le golfe Persique. Le bombardier a traversé le ciel israélien Chabbath, accompagné d’avions de combat F15 et F16.

Le commandement central du département américain de la Défense, qui supervise le Moyen-Orient, a déclaré que la mission avait démontré la capacité de l’armée américaine à envoyer des forces aériennes «n’importe où dans le monde en peu de temps», et que la mission actuelle était de «dissuader les agressions et d’inculquer un sentiment de sécurité chez nos alliés ».

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a clairement indiqué la semaine dernière dans une interview au Jerusalem Post que « toutes les options » contre l’Iran sont toujours sur la table. En réponse à la question de Kahav Karkov sur le sujet, il a précisé que toutes les options pour empêcher un nouvel enrichissement d’uranium de la part de l’Iran : « L’administration dirigée par Trump l’a clairement indiqué au cours de ses quatre années au pouvoir. Il n’y a aucune raison pour que cela change de si tôt. »

« Je pense », a-t-il déclaré dans une interview exclusive avec les médias israéliens lors de la visite, « que nous avons réussi. Je me souviens que lorsque nous avons choisi de nous retirer de l’accord en 2015, le monde a dit que » cela ne fonctionnera pas, les sanctions américaines ne fonctionneront pas à elles seules « . Eh bien, elles ont considérablement réduit la capacité de l’Iran. ».

Le New York Times a rapporté la semaine dernière que Trump explorait des options pour attaquer l’Iran afin de saper son programme nucléaire. Selon le rapport, lors d’une réunion avec ses principaux conseillers au bureau ovale jeudi, le président américain a demandé s’il avait des options d’action contre un site nucléaire clé en Iran dans les semaines à venir.

LIRE  Situation sécuritaire: vagues de représailles de Tsahal

Des hauts fonctionnaires – dont le vice-président Mike Pence, le secrétaire d’État Mike Pompeo, le secrétaire adjoint à la Défense Christopher Miller et les chefs d’état-major interarmées Mark Millie – l’ont averti qu’une attaque contre les installations nucléaires iraniennes dégénérerait en une confrontation généralisée. Selon le rapport, Trump discute de la question à la suite d’un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique qui a déclaré que l’Iran continue de violer les termes de l’accord nucléaire.

Les responsables américains ont confirmé qu’après que le vice-président Pence et le secrétaire d’État Pompeo aient expliqué à Trump les conséquences possibles d’une attaque contre l’Iran, le président américain était convaincu et « comprenait que l’option d’une attaque militaire devait être retirée de la table. » Cependant, Trump peut encore envisager d’autres moyens d’attaquer l’Iran, y compris les milices en Irak – selon les mêmes sources.

Pendant ce temps, l’Iran a ordonné cette semaine à ses alliés à travers le Moyen-Orient d’être en état d’alerte et d’éviter l’escalade et les tensions dans leurs relations avec les États-Unis. C’est de peur que cela puisse donner à l’administration Trump une raison de lancer une offensive – en particulier au cours des dernières semaines du mandat du président. Cette demande reflète l’inquiétude croissante dans la région face au comportement inattendu du président américain, ainsi que l’incertitude qui prévaut pendant la période de transition.

Le général Ismail Kaani, le successeur du commandant assassiné de la Force Qods, Qassem Suleimani, s’est rendu en Irak la semaine dernière et s’est entretenu avec des miliciens soutenus par l’Iran ainsi qu’avec des politiciens chiites dans le pays. Kaani a exhorté les combattants de la milice à ne pas permettre à Trump de lancer une action violente et a demandé aux politiciens chiites d’essayer d’arrêter les attaques contre les forces américaines dans le pays.

LIRE  Royaume-Uni: Corbyn élu "personnalité la plus antisémite" 2019 (Centre Simon Wiesenthal)

Aucun commentaires

Laisser un commentaire