Un an après l’escalade : le défilé des drapeaux passera par Cha’ar Chekhem/Porte de Damas

0
15

Un an après le défilé des drapeaux qui a conduit à une escalade de violence et à l’opération « Gardien des murailles », le ministre Bar-Lev annonce qu’il a décidé que le défilé des drapeaux aura lieu cette année à la porte de Damas.

Le défilé des drapeaux, qui aura lieu le jour de Jérusalem dans la capitale dans environ une semaine et demie, passera par la porte de Damas et la re’hov Hagai dans la vieille ville en direction du mur Occidental. Hier soir (mardi), le ministre de la Sécurité intérieure, Amar Bar-Lev, a tenu une discussion sur le parcours du défilé, à l’issue duquel il a été décidé de l’approuver.

L’audience s’est déroulée en présence du commissaire de police, le général de division Kobi Shabtai, et du commandant du district de Jérusalem, Doron Turgeman.

La gauche, bien sûr, a condamné la décision. Au nom des Fighters for Peace, il a été déclaré en réponse à l’approbation du défilé des drapeaux : « Après une série d’incidents violents dans les territoires, la police israélienne insiste pour incendier à nouveau la zone. Nous appelons le gouvernement à annuler le défilé du drapeau immédiatement. »

L’année dernière, on s’en souvient, le défilé a été l’un des événements qui ont déclenché l’opération « Gardien des murailles ». Vers 18h00, le Hamas a tiré un tir  de roquettes sur Jérusalem, après une journée de menaces en raison du défilé et des événements dans le quartier de Sheikh Jarrah.

Les organisateurs de la marche des drapeaux ont répondu à la décision du ministre Bar-Lev et des hauts gradés de la police. « Il n’est pas approprié de défiler un jour férié à Jérusalem, dans tous les quartiers de la ville », ont déclaré les organisateurs. « La marche traditionnelle des drapeaux symbolise plus que tout la libération de Jérusalem et la connexion de la ville d’ouest en est à travers des dizaines de milliers de personnes qui défilent joyeusement dans les rues de la vieille ville en direction du mur Occidental. Nous félicitons la police israélienne sur la décision, en l’honneur de la capitale d’Israël, Jérusalem. »

LIRE  Le courrier des Palestiniens a-t-il vraiment été bloqué par la faute d’Israël ?

Mais en réponse à la décision du ministre de la Sécurité intérieure d’approuver la marche des drapeaux, comme chaque année, le parti Meretz s’en prend à lui. Le ministre Farag annonce : « J’ai l’intention d’œuvrer pour faire changer la décision afin d’en prévenir les conséquences dangereuses ».

Les membres du parti attaquent aujourd’hui (mercredi) le ministre Amar Bar-Lev, qui est soupçonné d’être trop à droite, pour avoir autorisé le défilé des drapeaux. Le ministre de la Coopération régionale, Issawi Farag, a tweeté : « La décision d’approuver le passage de la marche de provocation dans le quartier musulman et la porte de Damas est une erreur dangereuse et inquiétante ».

Il affirme : « Le but de la marche au cœur de Jérusalem-Est n’est pas le bien de Jérusalem, mais le désir de la faire prendre feu. Par conséquent, j’ai l’intention d’œuvrer pour changer la décision, pour empêcher ses conséquences dangereuses ». Le député Raz a ajouté : « Ni Jérusalem ni le drapeau n’intéressent les marcheurs d’une marche haineuse dans un quartier occupé peuplé de citoyens sans droits ».

« Je suis également prêt à marcher avec le drapeau israélien à Jérusalem et je le ferai avec plaisir si la marche ne marche qu’à Jérusalem-Ouest. » Le député Gabi Lasky a également tweeté : « La décision de la police de Jérusalem et du ministre de la Sécurité intérieure d’autoriser le défilé du drapeau à franchir la porte de Damas équivaut à donner de l’essence et du carburant à un groupe de pyromanes. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire