Un papyrus découvert près du Nil qui raconte l’observance de Pessa’h il y a des milliers d’années

0
259

«Outre la Bible, cette ‘lettre de Pessa’h’ est la première documentation sur les coutumes des fêtes», déclare le professeur Aharon Meir, directeur de l’Institut d’archéologie de l’Université de Bar-Ilan.

https://www.israelhayom.co.il/sites/default/files/styles/article_40x40/public/images/writers/15451772789529_b.jpg

Ariel Bolstein, Israël Hayom, extraits

« L’essentiel dans la lettre est dans les instructions sur la façon de célébrer la fête. » Prof. Meir

La Commission d’enquête des Nations Unies, arrivée en Israël en 1947 pour examiner et proposer son futur plan politique, a eu le privilège d’entendre de David Ben Gourion l’un des discours les plus brillants de sa vie. Pour illustrer la continuité de l’histoire juive, le lien inséparable entre le peuple juif et sa patrie et l’ancien droit des Juifs à la terre, Ben-Gourion a choisi de comparer la mémoire du navire Mayflower, sur lequel sont arrivés les premiers colons d’Angleterre. en Amérique, et la mémoire de l’Exode.

Environ 300 ans seulement se sont écoulés depuis le voyage de Mayflower, s’est demandé Ben-Gourion à ses invités, et il n’y a presque pas d’Américains qui savent comment s’est déroulé le voyage, combien de passagers étaient à bord et quel pain ils y ont mangé. D’un autre côté, même si l’Exode d’Egypte est à plus de 3300 ans de nous, il n’y a pas de Juif dans le monde entier qui ne sache pas exactement quel jour les Juifs sont partis, ce qu’ils ont traversé en chemin et ce qu’ils ont mangé.

À la fin du 19e siècle, un papyrus a été découvert près du Nil, qui raconte l’observance de Pessa’h il y a des milliers d’années.

Ben Gourion, bien sûr, s’est appuyé sur Pessa’h et ses coutumes, qui commémorent l’exode du peuple de l’esclavage en Égypte vers la Terre d’Israël. Le discours et les mots de conclusion de la Haggadah (« Hachata ‘avdé, l’année prochaine libres. Hachata hakha, l’année prochaine à Jérusalem ») ont impressionné les membres de la délégation, dont la plupart maîtrisaient les textes bibliques. Vraisemblablement, cependant, cette impression aurait pu être intensifiée s’ils avaient connu l’existence d’un papyrus ancien, qui est la première preuve extra-biblique de l’observance de la fête juive de la liberté.

Ce papyrus a été découvert à la fin du XIXe siècle lors des fouilles de la ville de Yev, qui se trouvait sur une petite île du Nil dans le sud de l’Égypte, et était associé au commerce de l’ivoire (ce nom signifie «éléphant» dans leur langue, tout comme le nom grec de l’île, « Elephantine »). Depuis la fin de la période du Premier Temple, une colonie de mercenaires juifs y existait, et selon l’une des hypothèses intrigantes, cela serait à partir d’elle que la communauté juive éthiopienne s’est par la suite développée.

LIRE  Russie: un rabbin américain visé par une mesure d'expulsion

« Après la destruction du Premier Temple et de l’exil babylonien, le royaume de Perse a pris de l’importance et a pris le contrôle de tout l’ancien Proche-Orient, y compris la Palestine et l’Égypte », déclare le professeur Aharon Meir, chef de l’Institut d’archéologie de Bar- Université d’Ilan. « Des soldats juifs stationnés dans l’armée perse ont servi dans l’armée perse. » Entre l’Égypte et la Nubie (Soudan) au sud, ils ont laissé derrière eux une collection de papyrus et de tessons de poterie documentant divers aspects de leur vie. « La lettre de Pessa’h, qui remonte à 419 avant l’ère actuelle, est l’une de ces découvertes fascinantes. « 

Lettre avec référence

C’est une lettre en araméen, la langue internationalement acceptée de l’époque dans l’Empire perse, d’un homme nommé Hananiah aux Juifs de la douzième ville, ou plutôt, dans la langue de la lettre elle-même « à mon frère Yadaniah et ses amis, le corps juif.  » L’auteur de la lettre leur demande, sur ordre du roi de Perse, d’observer Pessa’h et la fête des pains sans levain (la plupart des érudits pensent qu’il s’agissait de deux fêtes adjacentes combinées avec le temps) et explique comment le faire: « Maintenant vous avez compté 14 jours pour Nisan, 15 jusqu’au 21e jour de Nisan, la fête des pains sans levain qu’ils ont fait, sept jours ils ont mangé des pains sans levain. « 

Les papyrus anciens ont survécu en Égypte pendant des milliers d’années grâce au climat sec. L’état de conservation de la « Lettre de Pess’ah » était raisonnable, mais il y avait quelques trous dans la carte, et donc la restauration et l’achèvement étaient nécessaires. Le professeur Bezalel Portan et le regretté Dr. Ada Yardeni ont travaillé là-dessus pour tenter de recréer ce qui était écrit sur le papyrus. Leur succès a été partiel – seulement un tiers environ du lien d’origine a été rétabli, et il était clairement plus long. Mais même le résultat obtenu ne laisse personne indifférent.

LIRE  Seli'hoth…

« À part la Bible, c’est la première documentation de l’observance de Pessa’h », déclare le professeur Meir avec admiration. « Il y a des dates, des instructions. Certaines des instructions nous sont certainement familières, mais d’autres le sont moins. Les mêmes instructions sont détaillées plus loin dans la lettre: ‘Ne faites aucun travail les 15 et 21 jours de Nissan. Ne buvez pas d’alcool et ne mangez rien de ‘hamets lequel ne se trouvera pas dans vos maisons, du 14ème jour de Nissan au soir du soleil jusqu’au 21ème jour de Nissan au soir du soleil. Et chaque ‘hamets que vous avez dans vos maisons, apportez-le dans vos chambres et signez entre ces jours … ‘ »

Qui sont Hananiah, l’auteur de la lettre, et Vidanya, le principal destinataire?

« Yadaniah était l’un des dirigeants juifs de la ville de Yev. Hananiah est une figure importante, probablement de Jérusalem. Il avait probablement un statut élevé dans la hiérarchie gouvernementale, et certains suggèrent même de le lier par des liens familiaux à Néhémie, le chef de Shavei Sion, qui a été nommé par le roi perse.

« C’est difficile à déterminer avec certitude, mais il ne fait aucun doute qu’il était un personnage très haut placé dans la direction de la province juive avec Jérusalem comme capitale. Il est important d’ajouter que le même Hananiah précède les instructions dans une sorte de ouverture, dans laquelle il accroche un grand arbre et clarifie: « Autrement dit, c’est sa référence » d’en haut « au contenu de la lettre. »

Une lettre venant de Jérusalem demande aux Juifs de Yev de célébrer Pessa’h – cela signifie-t-il que ces Juifs ne connaissaient pas la fête avant?

« Nous avons des preuves qu’ils connaissaient la fête avant même la lettre. Deux ou trois tessons de poterie (ostracons) plus tôt ont été trouvés à Bib, rappelant Pessa’h, bien que sans aucun détail, ce qui signifie que le signe de la fête n’était pas nouveau pour les Juifs locaux. Dans des instructions sur la façon de célébrer la fête, y compris des choses qui ne sont pas familières dans la Bible.

LIRE  Le rabbi de Kalov (par. Ekev) : préserver son regard

« Selon certains chercheurs

Il y a peut-être ici des preuves de traditions que nous connaissons sous le nom de Tora orale. Par exemple, la stipulation selon laquelle il est permis de stocker le ‘hamets signé dans un endroit séparé pour une utilisation après la fête, l’obligation de se purifier avant la fête ou l’interdiction de boire de «l’alcool», en ce qui concerne la bière. Et peut-être que la communauté Bib avait une tradition différente concernant la manière des célébrations de Pessa’h, et les expéditeurs de la lettre à Jérusalem ont trouvé approprié de leur ordonner de s’aligner selon la coutume en Judée.

«Nous nous souviendrons que la période perse a été le début de la lutte idéologique entre les Juifs et les Samaritains, qui a duré jusqu’à la période hasmonéenne, et même à l’époque talmudique, la bataille pour savoir qui donnerait le ton comme une communauté juive dominante n’a pas fin, et chaque conception cherchait à rassembler de plus en plus de communautés. « La lettre aurait pu être un message sur l’observance de la Pâque pendant ce mois précis, parce que c’était une année bissextile, et Bib ne pouvait pas en avoir connaissance. »

Le contenu de la lettre implique-t-il qu’il y avait une différence entre les coutumes des Juifs à Bib et ce qu’Esdras et Néhémie cherchaient à introduire à Jérusalem?

« Il y a une forte probabilité de différences de coutumes. La collection de documents de Yev, constituée de 175 papyrus et tessons trouvés jusqu’à présent, brosse un très beau tableau de la vie des Juifs là-bas. En fait, c’est presque le seule possibilité d’avoir un aperçu de l’ancien passé juif et il en ressort clairement que ce qui est arrivé à Bib était différent de la coutume à Jérusalem.

En tout état de cause, Pessa’h est bien là, et c’est là ce qui ressort de cette grande découverte archéologique d’alors, prouvant la valeur et la continuité de notre tradition.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire