Une attaque israélienne d’une importance inhabituelle en Syrie

0
69

La zone à partir de laquelle les avions ont lancé les missiles, les armes iraniennes qui mettent en danger l’armée de l’air et la coopération avec les États-Unis, tout ceci fait que ce n’était pas une nuit normale d’intervention en Syrie.

Ynet – Ron Ben Yishai

Il est raisonnable d’estimer que l’attaque de la nuit dernière (mercredi) attribuée à l’armée de l’air israélienne dans le centre de la Syrie était la plus importante depuis des mois. L’attaque a eu lieu depuis la frontière syro-irakienne, depuis la zone de base américano-britannique-kurde a-Tanf avec des forces spéciales. Il est situé à l’intérieur de la Syrie, à environ 10 km au nord du triangle frontalier Syrie-Jordanie-Irak, et compte environ 400 soldats américains stationnés, formant le personnel du commando pour les opérations spéciales.

La base et la zone qui l’entoure est une enclave américano-kurde dont la présence est très gênante pour le régime syrien et les Russes, qui sont incapables de déployer leur pouvoir dans cette zone stratégique. Quand les forces qui s’y trouvent doivent passer à l’attaque, l’existence de l’enclave est très utile. L’attaque depuis la zone ou depuis l’espace aérien au-dessus de l’enclave a été signalée hier visant l’aéroport militaire T4 dans le district de Homs, à environ 300 km d’Israël.

Rappelez-vous le F16 qui a été abattu au-dessus de la Galilée en février 2018 à l’aide d’un missile antiaérien syrien SA5, qui a attaqué la voiture de contrôle d’un avion iranien sans pilote qui a décollé du T4 et a menacé d’infiltrer Israël.

Une autre bonne raison pour une attaque depuis la zone d’a-Tanaf est la volonté de surprendre les Syriens, dont les systèmes de détection et de contrôle des tirs anti-aériens sont principalement dirigés vers l’ouest et le nord.

LIRE  L’Iran pourrait riposter à la décision de Trump en employant ses cartes au Moyen-Orient

Pourquoi l’attaque de ce soir est-elle importante? T4 est une base aérienne syrienne, dont une partie a été mise à la disposition des Iraniens pour recevoir et exploiter des cargaisons de systèmes d’armes aériennes uniques, tels que des drones et des batteries de missiles iraniens à la pointe de la technologie pour intercepter des avions et des missiles. Dans le passé, Israël s’en est prit à plusieurs reprises à cette base, détruisant en particulier l’insaisissable drone iranien qui a tenté de s’infiltrer et d’exploser dans la vallée du Jourdain.

Dans un autre cas, une cargaison d’une batterie de défense aérienne ultramoderne fabriquée en Iran, « 3 Be’horar », a été bombardée et est une réplique très réussie du S-300 russe (en utilisant ce système, les Iraniens ont abattu le « Global Hawk » américain dans le golfe Persique).

Ces armes de défense aérienne et autres systèmes que les Iraniens ont réussi à produire mettent en danger les avions de l’armée de l’air et peuvent gravement restreindre la liberté d’action dans l’espace aérien du Liban, de la Syrie et même d’Israël lui-même. Ces systèmes de défense aérienne sont clairement des armes de qualité, rompant l’équilibre de la dissuasion, même si elle reste en Syrie et n’est pas transférée au Liban. C’est pourquoi, lors de la même frappe aérienne attribuée à Israël, sept officiers supérieurs iraniens ont été tués, dont un général de brigade de l’armée de l’air des gardiens de la révolution.
Il y a quelques mois, le chef d’état-major iranien s’est rendu à Damas et a signé un contrat de défense avec les hôtes, qui stipulait explicitement qu’il fournirait une force aérienne iranienne de pointe afin d’améliorer la capacité de l’armée syrienne à se défendre contre les frappes aériennes. Il est très possible que ce qui a été attaqué ce soir soit les systèmes de défense aérienne iraniens qui commençaient à arriver, y compris peut-être le redouté « 3 Be’horar ».

LIRE  Neuilly-sur-Seine : inauguration de la place Joseph H. Sitruk zatsal

Et si tout cela n’est pas assez compliqué, il convient également de noter qu’une autre zone du champ T4 a été mise à la disposition des forces aériennes russes opérant en Syrie. Dans l’une des attaques attribuées à l’armée de l’air sur le terrain ces dernières années, des missiles ont explosé à environ 1 000 mètres des Russes. Le président Poutine était bouleversé et un incident diplomatique a été enregistré.

Enfin, il convient de noter que les Américains, à l’époque Trump, ont également attaqué les installations et les avions du régime syrien dans le T4 parce que le président Bashar Assad a utilisé des armes chimiques contre ses citoyens.

De notre côté, il semble que le chef d’état-major Aviv Kochavi continue de mener une ligne offensive dans la guerre entre les deux guerres, et les deux attaques qui ont eu lieu cette semaine, alors qu’il était en tension avec le Hezbollah, en témoignent.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire