Une carte de l’Institut du monde arabe fait abstraction d’Israël

0
651

Une carte de l’exposition « AlUla, merveille d’Arabie » offre une vision partielle de la région. L’IMA évoque un « souci de clarté », indique « Le Figaro ».

L’exposition « AlUla, merveille d’Arabie » ouvre ses portes ce mercredi 9 octobre à l’Institut du monde arabe à Paris. Mais, avant même de recevoir son premier visiteur, elle se retrouve au cœur d’une polémique en raison d’un choix cartographique très particulier. Israël a en effet disparu de la carte de la région, relève Le Figaro.

SyrieLiban, Cisjordanie, Territoires palestiniens, bande de Gaza, Jordanie… La carte de la région, qui orne l’entrée de l’exposition, présente tous les pays et territoires. Sauf un. Israël. L’État hébreu a tout simplement été rayé de la carte. L’objectif de ce visuel est de montrer le territoire d’AlUla, une région méconnue dans le nord de l’Arabie saoudite. Mais là où les géographes indiquent depuis 1948 la présence de l’État d’Israël, la carte de l’exposition précise « Territoires palestiniens ». Un choix qui fait réagir, alors que l’Institut du monde arabe est une institution publique, financée par les deniers du Quai d’Orsay.

Le rôle de l’Arabie saoudite en question

Le Figaro précise que c’est l’Arabie saoudite qui a financé l’exposition. Or, si le royaume entretient bien quelques relations avec Israël, il ne reconnaît pas le pays. Suffisant pour que le quotidien s’interroge sur un éventuel lien entre la carte et le mécène de l’exposition. Pourtant, l’Institut du monde arabe met en avant une explication tout à fait différente. « La carte est celle du monde arabe : comme d’autres cartes présentes à l’IMA, elle fait figurer les frontières de tous les États, mais uniquement le nom de ceux qui sont membres de la Ligue arabe », précise ainsi son porte-parole, mettant même en avant un « souci de clarté ».

LIRE  Terrorisme: Benny Gantz annule une décision de Naftali Benett

Geo pointe aussi d’autres limites de cette exposition. Ainsi, le nom de l’île de Chypre n’apparaît pas non plus. Par ailleurs, la carte de l’exposition «  Cités millénaires, voyage virtuel de Palmyre à Mossoul », organisée il y a un an à l’IMA, faisait bien apparaître Israël et la Turquie.

Source www.lepoint.fr

Aucun commentaires

Laisser un commentaire