Une description choquante de la place Dizengoff : « Elle a lancé ses chiens sur les fidèles »

0
89

« La foule a fait tout ce qui était en son pouvoir pour nous déranger et insulter. Nous avons vu des gens entrer dans le cercle de prière en criant et en dansant de manière insultante, des vélos et des charrettes motorisées entraient dans le cercle », décrit l’un des fidèles sorti prier pour la première fois de sa vie, « une jeune femme qui est venue avec deux chiens et a dit à l’une des personnes qu’elle n’était pas en attaque mais que ses chiens vont attaquer et en effet après quelques minutes elle lancera ses chiens vers les fidèles sous les rires de la foule en fond » | Le descriptif complet

Be’hadré ‘Harédim – Kobi Uziéli

Un habitant de Tel Aviv nommé Guy Dubrovsky, venu prier sur la place Dizengoff pour la première fois de sa vie, partage ce soir le spectacle difficile qu’il a vu et les sentiments qui les ont suivis. Le message qu’il a publié sur Facebook a reçu beaucoup de visibilité et a été partagé par de nombreuses personnes.

Et donc il dit : « Les mains tremblantes et le cœur lourd, j’ai le regret de décrire l’expérience que j’ai vécue ce soir – la veille de Yom Kippour sur la place Dizengoff – à moins de 100 mètres de chez moi.

« Dans l’après-midi, ma femme et mes deux filles, âgées de 4 ans et demi, sont arrivées vêtues de blanc et de fête pour participer à la prière de Yom Kippour pour la première fois de notre vie. Nous menons une vie complètement laïque, nous ne sommes jamais allés dans une synagogue, mais nous voulions vivre l’atmosphère particulière de Yom Kippour et permettre à nos filles d’élargir leurs horizons. Nous sommes une famille libérale laïque – contre la coercition religieuse, contre la violence et la première à brandir le drapeau israélien lors des manifestations à Kaplan.

« Déjà en route vers la place, nous avons entendu des cris. Nous savions qu’il y avait un tollé autour de la question de la ségrégation et nous étions heureux d’apprendre que même si les organisateurs avaient essayé de créer une ségrégation entre les sexes (ce qui est illégal), les gens ont supprimé la ségrégation et nous avons pu nous asseoir ensemble en famille.

« Malheureusement, malgré la suppression de la séparation qui était à l’origine du différend, l’incident n’a fait que s’intensifier. Alors que nous étions assis ensemble sur les chaises en plastique, attendant le début de l’événement, la violence des opposants à l’événement de prière a commencé à déborder – cris, sifflements, applaudissements, violence verbale, cris « honte » et cris pour trouver une autre place – tout cela pour faire exploser l’événement.

« Derrière nous étaient assis deux personnes âgées avec des casquettes, vers lesquelles l’un des manifestants s’est approché et les a critiquées pour avoir brûlé des enfants et pour avoir déclaré qu’elles n’avaient aucune honte. Une autre femme âgée a crié à la foule de jetter les livres de prières dans la fontaine – et sans hésiter, elle s’est approchée du stand de livres et a dispersé les livres de prières partout. À un moment donné, la foule, comme si on lui avait donné un ordre, a commencé à rassembler toutes les chaises de la place, et les personnes qui voulaient s’asseoir n’ont pas été autorisées à prendre une chaise et à commencer la cérémonie.

« Le niveau de violence dans l’air a atteint de nouveaux sommets, les filles qui venaient prier avec leurs familles pleuraient et à ce moment-là, ma femme a ramené mes filles à la maison – ce n’était pas l’expérience que nous nous attendions.

« Je suis resté assis sur la chaise, silencieux et disparaissant dans la foule, ne pensant qu’à la haine libre et fraternelle qu’elle représente, et à quel point ce que je vois sous mes yeux est symbolique et triste.

« Je n’ai jamais prié. Je n’ai jamais jeûné. Je n’ai jamais observé Chabbat – mais lorsqu’un petit groupe de jeunes – garçons et filles – se sont approchés de moi et m’ont proposé de compléter un petit minyan qu’ils préparaient à côté de la prière – j’ai immédiatement accepté. J’ai ressenti une solidarité sans fin envers ce groupe de jeunes à la fois effrayés et courageux. J’ai ressenti une énorme honte que mon camp, le camp libéral apparemment, intimide et sème la panique parmi les jeunes.

« Malgré l’apparente qualification du minian – petit, privé et sans séparation, la foule a fait tout ce qui était en son pouvoir pour la déranger et humilier ses membres. Nous avons vu des gens entrer dans le cercle de prière en criant et en dansant de manière insultante, des vélos et des charrettes motorisées entrant dans le cercle, une jeune femme qui est venue avec deux chiens et a dit à l’une des personnes qu’elle n’attaquerait pas mais que ses chiens attaqueraient et en effet après quelques minutes plus tard, elle a donné des coups de pied à ses chiens contre les fidèles, sous les rires de la foule.

« En prière, je me tenais à côté d’eux. comme un Loulav. Je ne sais pas sur quelle page nous sommes, je ne connais pas les mouvements et les mots, mais j’ai tout vécu, tout, à l’intérieur comme à l’extérieur. J’ai pensé à combien mes ancêtres se sont battus et ont sacrifié leur vie pour prier et maintenir leur mode de vie juif – et maintenant c’est mon tour, il faut en vouloir cela pour prier.

« Les tentatives pour parler aux gens de la foule ont été accueillies par de grands cris de « honte », ils m’ont tenté et m’ont empêché de « simplement » dire que j’étais aussi comme eux – mais voilà, cette fois vous avez beaucoup exagéré. Il n’y a pas eu de véritable violence physique. Mais tant que je portais une casquette, ils m’ont marché dessus, m’ont frappé par « accident » avec le guidon du vélo et j’ai senti que mon corps se laissait blesser par la foule.

« Septembre 2023 – Centre de Tel Aviv. À moins de 100 mètres de chez moi, j’ai été agressé verbalement et physiquement parce que je voulais prier avec ma famille à l’occasion de Yom Kippour. Je ne veux blâmer personne, mais si ce post nous fait nous regarder dans le miroir et que chacun s’améliore ne serait-ce qu’un petit peu ainsi que le traitement des autres, j’aurais apporté ma part. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire