Une enfant palestinienne sauvée par des spécialistes israéliens

0
92

Alors que l’Autorité palestinienne menace d’interrompre le financement des soins médicaux pour les enfants et les adultes gravement malades traités dans des hôpitaux israéliens tels que le Centre Médical Sheba, Shams Ismail, 18 mois, a pris un nouveau départ dans la vie grâce à une action héroïque et innovante. Les soins médicaux ont été dispensés par des chirurgiens plasticiens de l’unité du Centre National des grands brûlés de Sheba. Voici son histoire…

C’est l’une de ces histoires « réconfortantes » qui se déroulent dans le contexte des conflits sans fin du Moyen-Orient. Il y a cinq mois, dans la ville de Rantis dans le nord d’Israël, Shams Ismail dormait paisiblement, lorsqu’un court-circuit provoquant une étincelle a déclenché un feu dans sa chambre. Consumé par les flammes et la fumée, l’accès à la chambre y était bloqué.

Son père, Hamdala rappelle : « Nous avons dû traverser un mur adjacent pour la rejoindre, mais elle était déjà dans un état critique. Des soldats et des policiers israéliens se sont rapidement rendus à un poste de contrôle à proximité pour vérifier qu’elle soit bien emmenée au Centre Médical Sheba. Oscillant pendant plusieurs jours entre la vie et la mort, ses chances de survie étaient minimes et 50% de son corps avait déjà été brûlé. «

Mais grâce aux efforts héroïques des professeurs du Centre National des grands brulés de Sheba, Shams s’est rétablie miraculeusement.

Le professeur Haik, chef du service des grands brûlés a révélé: « Notre équipe de chirurgie plastique composée du Dr Moti Harats, du Dr Gregory Troddler et du Dr Ayelet Di Segni a prélevé des millimètres de peau saine qui restaient sur le corps de Shams et les a envoyés au laboratoire d’ingénierie de la peau Kauffmann-Green, laboratoire permettant la régénération des cellules de la peau. Cette méthode révolutionnaire a permis de créer juste assez de peau neuve dans les 10 jours, pour couvrir la région de son estomac brûlée. Utiliser sa propre peau développée en laboratoire, pour la greffer sur son corps, est jusqu’à aujourd’hui le meilleur traitement qui soit. «

LIRE  La Suède accueille l'Etat islamique mais persécute ses retraités

Shams a encore un long chemin à parcourir avant une rémission totale, car les brûlures sévères causées par les flammes ont entraîné la perte de ses deux jambes. Elle aura également besoin d’une chirurgie plastique intensive, mais grâce aux chirurgiens plasticiens chevronnés de Sheba et à sa banque de peau innovante, Shams et d’autres personnes ayant souffert de brûlures ont un nouvel espoir de survie.

Tel-Avivre –

Aucun commentaires

Laisser un commentaire