Une nouvelle alyah post-soviétique

Une nouvelle alyah post-soviétique

0
61

Les sanctions, l’antisémitisme et la guerre poussent de nouvelles vagues de Juifs ukrainiens, russes et biélorusses à immigrer en Israël.

PAR DMITRI SHUFUTINSKY

(12 janvier 2023 / JNS) Hannah Yarutskaya a fait son alyah en 9e année en 2015 à Marioupol, la ville ukrainienne détruite par les occupants russes au printemps 2022.

Après avoir servi comme soldat solitaire dans les forces armées israéliennes, Yarutskaya continue d’espérer le meilleur pour son pays natal. Pendant la dernière partie de son service militaire, elle a travaillé à l’aéroport Ben Gourion, aidant la dernière vague d’immigrants juifs à comprendre le processus bureaucratique.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022 a entraîné une vague massive d’immigrants juifs – ainsi que de réfugiés non juifs – venus en Israël. On estime qu’environ 64 000 olim arriveront d’ici la fin de cette année en provenance de Russie, d’Ukraine et de Biélorussie. On s’attend à ce que de plus petits nombres viennent d’Éthiopie, en raison du conflit dans ce pays.

La vague d’immigration en provenance des anciens pays soviétiques est si massive que l’État juif ouvre des centres de traitement des immigrants dans des pays comme l’Azerbaïdjan. Les responsables israéliens et les citoyens ordinaires semblent penser que cela peut être une aubaine économique et démographique pour le pays, tout comme la précédente alyah de masse post-soviétique.

« J’ai été en contact avec de nombreux nouveaux olim de la précédente [vague d’immigration] », explique Dmitry Mirsky, qui a quitté la Russie pour Israël à la fin des années 1990. « Les deux vagues sont une arrivée massive de personnes éduquées et relativement aisées, financièrement. Dans les années 90, l’aliyah concernait davantage les idées sionistes, elle était plus romantique et il y avait moins d’attentes. Maintenant, beaucoup d’immigrants connaissent l’anglais, ce sont des professionnels ambitieux, intéressants et créatifs. Beaucoup d’entre eux viennent de Moscou et ont assez d’argent pour acheter des appartements de luxe à Tel-Aviv, ce qui n’était pas vraiment le cas la dernière fois.

Mirsky souligne que si de nombreux immigrants actuels sont sionistes, ils sont moins spirituellement attachés à Israël et plus progressistes dans leur politique. Il pense que beaucoup ont pour objectif de déménager dans les pays occidentaux dans un avenir proche.

Le vice-ministre des Affaires étrangères de l’époque, Danny Ayalon, participe à une conférence sur les droits des réfugiés juifs des pays arabes. 9 septembre 2012. Photo par Oren Nahshon/FLASH90.

Frères et sœurs

Danny Ayalon a appartenu au parti Yisrael Beiteinu qui fait appel aux anciens immigrants soviétiques et a été vice-ministre des Affaires étrangères d’Israël en 2009-13. Après cela, il a été co-président de Nefesh B’Nefesh, une organisation qui aide les Juifs (principalement d’Occident) à immigrer en Israël.

« J’aimerais vraiment qu’ils restent ici », a déclaré Ayalon à JNS. « C’est leur pays et leur terre, et ils sont reçus ici très chaleureusement comme il se doit, comme nos frères et sœurs. Je crois que l’alyah massive de l’ex-URSS il y a environ 30 ans n’était pas seulement une question de libération personnelle ou de réalisation des droits historiques, mais aussi l’une des meilleures choses qui soient arrivées à Israël. J’entends par là la qualité des personnes qui sont venues et se sont consacrées à la sécurité et à l’avenir d’Israël. C’est pourquoi je m’oppose aux idées de certains membres du gouvernement de changer la loi du retour.

Le nouveau gouvernement envisage de supprimer la clause dite des grands-parents de la loi du retour, qui permet à toute personne ayant au moins un grand-parent juif de devenir citoyen israélien s’il le souhaite. Ce serait un défi en particulier pour de nombreux immigrants des pays post-soviétiques.

LIRE  Abou Mazen – espion à la solde du KGB ?

« Cela pourrait en fait accélérer la vague d’aliyah, et j’espère que ce sera le cas », a fait remarquer Ayalon. « Je pense que cela peut agir comme un catalyseur, car peut-être que beaucoup de ceux qui craignent que la loi ne change feront leur alyah plus tôt. La loi du retour était une loi très importante pour l’identité de notre pays, a été conçue avec beaucoup de soin et a vu le jour pour deux raisons : la définition nazie de qui est juif, qui incluait une personne avec un grand-parent juif, et l’antisémitisme croissant qui s’est mondialisé – que nous avons vu tout au long de l’histoire.

Internat

Yarutskaya a déclaré à JNS : « Je suis venue en tant que lycéenne en Israël avec le programme Na’aleh, qui amène les jeunes des anciens pays soviétiques en Israël avant leurs parents.

« Je suis allée dans un internat. C’était difficile, mais je m’y suis habituée rapidement parce que j’ai l’habitude des internats. Pour certaines personnes, même des sionistes convaincus, il est difficile, après avoir construit une vie dans un pays post-soviétique, de faire ses valises et de partir. Mais beaucoup s’adaptent rapidement et ont toujours envisagé l’aliyah.

Pendant son service dans la brigade de recherche et de sauvetage du commandement du front intérieur de Tsahal, Yarutskaya a travaillé comme traductrice pendant les mois d’hiver et de printemps pour accélérer le processus d’alyah pour les immigrants biélorusses, russes et ukrainiens.

« Je parle ukrainien et russe. Il était important pour des gens comme moi de les aider, de leur donner de la chaleur de nos cœurs pendant cette période difficile », a-t-elle déclaré à JNS. « Les premiers jours, ils ne savaient rien [du processus]. Nous avons dû nous rendre à Nof HaGalil [anciennement appelé Haut-Nazareth], une ville du nord d’Israël, et aider à contacter les agents immobiliers, trouver des logements pour ces familles et les nouveaux olim . Il ne s’agissait pas seulement de les faire passer par l’aéroport, car il y avait aussi la quarantaine pour les coronavirus, les hôtels et les taxis, et la bureaucratie bancaire. C’était beaucoup de travail difficile, mais particulièrement déroutant pour les olim.

Mirsky est un journaliste qui dirige la populaire chaîne YouTube « Shalom, What’s Up? » La chaîne s’adresse aux Juifs soviétiques qui se sont installés en Israël et suit leur vie dans leur nouveau pays à travers des interviews et la couverture d’événements culturels.

LIRE  Plutôt crever qu’avoir à dire merci

« J’étais inquiet pour ma relation avec mes amis ukrainiens, qu’elle se détériore [après l’invasion] », a déclaré Mirsky. « Mais ils m’ont dit : ‘On te connaît, on sait qui tu es.’ Israël est un pays très tolérant où les gens peuvent exprimer librement leurs opinions. Tous les [arguments] que j’ai vus se limitent aux personnes qui parlent sur les réseaux sociaux.

Comme la plupart des Israéliens juifs soviétiques, Mirsky est contre l’invasion de l’Ukraine par Poutine.

Yarutskaya a déclaré à JNS : « Les gens, même ceux qui ne font pas partie du gouvernement, sont si chaleureux. Tout le monde dans notre société est prêt à aider les nouveaux immigrants. Je pense que c’est le seul pays qui offre aux nouveaux arrivants un forfait d’intégration et une aide au logement. Dans d’autres pays, personne ne se soucie si cela ne fonctionne pas pour un nouvel immigrant. Je suis tellement contente d’avoir pu participer à ça. »

Cœurs ouverts

Mirsky est d’accord, affirmant que la plupart des Israéliens sont plus que disposés à ouvrir leurs portes et leur cœur aux nouveaux olim de tous les pays. Il y a cependant de nombreuses questions sur la façon dont cette vague d’immigration peut différer de celle qui a commencé à la fin des années 1980 en provenance de l’Union soviétique. Au cours des années précédentes, de nombreux immigrants, en particulier de Russie, conservaient la citoyenneté israélienne en cas d’urgence, mais vivaient principalement en Russie pour des raisons professionnelles. D’autres ont renoncé à vivre ici et sont revenus.

« J’ai vu des personnes [pendant mon séjour à l’aéroport] de Russie qui sont venues et ont séjourné dans un hôtel pendant quelques semaines, ont obtenu tous les avantages financiers de l’alyah, puis sont rentrées chez elles en Russie », a reconnu Yarutskaya. « Je pense que c’est horrible et qu’il ne faut pas le tolérer, surtout compte tenu de la situation en Ukraine. Mais je connais aussi beaucoup de gens qui sont venus pour rester. Il y a des gens comme ça de tous les pays; leur maison leur manque et finit par y retourner parce qu’ils ne peuvent pas s’adapter à la vie ici. Il y a beaucoup d’Ukrainiens qui espèrent pouvoir rentrer un jour. Mais pour d’autres, ils n’ont plus rien et sont prêts à commencer une nouvelle vie en Israël.

LIRE  Montpellier: huit siècles de présence juive

Mirsky pense que beaucoup de ces nouveaux immigrants retourneront dans leur pays d’origine à la fin de la guerre.

« Israël n’est pas le pays le plus facile… si les services de l’État avaient pu mieux faire face à un tel flux d’immigrants, alors tout aurait été merveilleux. C’est le Moyen-Orient, et tout le monde ne peut pas s’habituer au rythme de vie ici, ni à la mentalité. Tout est arrangé différemment dans les anciens pays soviétiques, et les gens y vivent. Ici, tout coûte cher et il est difficile pour beaucoup de ces immigrants de trouver du travail dans leur profession, pour diverses raisons.

Pourtant, Mirsky reconnaît que beaucoup de nouveaux arrivants resteront.

Un immeuble résidentiel endommagé par des avions russes dans la capitale ukrainienne de Kyiv. Crédit : Goutte de lumière/Shutterstock.

Banlieue de Tel-Aviv

« [Les anciens pays soviétiques] ont un climat rigoureux, donc tout le monde rêve de vivre au bord de la mer. Beaucoup ont déménagé dans des banlieues moins chères de Tel-Aviv pour réaliser ce rêve et s’y installent assez facilement en raison de la population russophone établie. Cela leur permet de s’adapter beaucoup plus facilement que la vague précédente.

Ayalon espère également que les immigrants resteront.

« Je pense que la meilleure façon [de les convaincre de faire leur aliyah] passe par un dialogue authentique et intensif », a-t-il déclaré. « Peut-être devrions-nous avoir des programmes touristiques pour que les nouveaux olim potentiels viennent visiter et voir par eux-mêmes. Bien sûr, chaque individu est libre de choisir où il s’installe, mais la meilleure et peut-être la seule façon de les encourager à venir en Israël est de voir par eux-mêmes. Je pense que c’est triste quand on voit des Juifs décider de déménager en Allemagne, de tous les endroits, depuis d’autres pays.

Une grande partie de l’Ukraine a été détruite alors que la guerre fait rage. Il est probable que le processus de reconstruction ukrainienne et l’instabilité en Russie et en Biélorussie rendront plus difficile le retour des olim des anciens pays soviétiques. De plus, il n’est pas clair si les sanctions imposées par l’Occident à Minsk et à Moscou seront levées même après l’arrêt des combats.

Et puis il y a le fait que l’antisémitisme a de nouveau fait son apparition. Le Kremlin tente de limiter les activités de l’Agence juive afin d’endiguer le flux de citoyens russes fuyant le pays. Ironiquement, le retour possible d’un tel rideau de fer entraîne une augmentation du nombre d’hommes russes (dont des juifs) fuyant les ordres de mobilisation. L’issue de la guerre est impossible à connaître, mais il est clair que ses effets se feront sentir sur Israël et ses derniers olim post-soviétiques pour les années à venir.

PAR DMITRI SHUFUTINSKY  JNS

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop