USA : Le nombre d’incidents antisémites a augmenté en 2021

0
20

Juif.org

Le nombre d’incidents antisémites enregistrés par l’Anti-Defamation League aux États-Unis en 2021 a atteint un niveau record, selon un nouveau rapport du groupe.

Les 2 717 incidents identifiés dans des articles de presse par l’ADL ou signalés directement à l’ADL en 2021 représentent une augmentation de 34 % par rapport aux 2.024 incidents d’antisémitisme comptabilisés par le groupe en 2020. Auparavant, les 2.107 incidents en 2019 étaient le total le plus élevé depuis que l’ADL a commencé à publier des décomptes annuels en 1979.

Tout, d’une insulte à une attaque terroriste, peut être inclus dans le décompte. Pour la deuxième année consécutive, 2021 n’a enregistré aucun incident mortel lié à l’antisémitisme aux États-Unis, mais l’ADL a dénombré 88 agressions antisémites, une augmentation de 167 % par rapport aux 33 agressions du décompte de 2020.

Le groupe a cité plusieurs raisons pour ces chiffres élevés, y compris ce que l’ADL a qualifié d’ « amélioration des rapports » en raison de partenariats avec plusieurs organisations juives.

Les partenariats – avec plusieurs organisations juives, dont la Community Security Initiative, le Community Security Service, Hillel International, Secure Community Network, l’Union of Reform Judaism et la United Synagogue of Conservative Judaism – ont permis d’identifier 494 incidents, soit 18 % du total.

L’ADL a également documenté une recrudescence des incidents liés à la série d’affrontements meurtriers de mai 2021 entre Israël et le Hamas, dont beaucoup ont fait la une des journaux nationaux à l’époque.

« Les Juifs étaient attaqués dans les rues pour la seule raison qu’ils étaient juifs, et il semblait que l’hypothèse de travail était que si vous étiez juif, vous étiez blâmable pour ce qui se passait à l’autre bout du monde », a déclaré le PDG d’ADL, Jonathan Greenblatt dans un communiqué.

LIRE  La hausse de la criminalité à New-York. Les israéliens en parlent…

Les 297 incidents qui ont eu lieu lors des combats en mai représentent une augmentation, mais l’ADL a enregistré d’autres pics plus tard dans l’année, sans déclencheur similaire.

Plus que tout autre facteur, Greenblatt a déclaré que l’augmentation globale des incidents antisémites peut être liée à l’instabilité politique et à la polarisation.

« Quand il s’agit d’activités antisémites en Amérique, vous ne pouvez pointer une seule idéologie ou un seul système de croyance, et dans de nombreux cas, nous ne connaissons tout simplement pas la motivation », a déclaré Greenblatt. « Mais nous savons que les Juifs connaissent plus d’incidents antisémites que nous n’en avons eu dans ce pays depuis au moins 40 ans, et c’est un indicateur profondément troublant de fissures sociétales plus importantes. »

Près de 20% des incidents recensés par l’ADL l’année dernière étaient imputables à des acteurs d’extrême droite, selon le rapport, qui note une forte augmentation de la distribution de pamphlets antisémites par des groupes tels que la Ligue de défense des Goyim. Un homme a mis le feu à une synagogue en octobre dernier à Austin, au Texas, peu après que le groupe y ait organisé un rassemblement.

La Ligue anti-diffamation a récemment été critiquée à la fois pour sa stratégie globale et pour ses efforts spécifiques pour comptabiliser les incidents antisémites. Les critiques de droite ont accusé le groupe d’avoir abandonné sa concentration sur la sécurité juive et, ce faisant, de s’être préoccupé uniquement de l’antisémitisme de droite. Pendant ce temps, les critiques de gauche ont fait valoir que le groupe confondait trop facilement la critique d’Israël et l’antisémitisme, conduisant à une haine exagérée contre les Juifs.

LIRE  Le Brexit et Israël

Dans un domaine où un certain nombre de nouveaux entrants ont adopté une approche combative pour identifier et combattre l’antisémitisme, l’ADL a déclaré qu’elle restait déterminée à appliquer les méthodes de recherche traditionnelles à son travail. Lorsqu’il a annoncé le partenariat avec Hillel l’année dernière, par exemple, le groupe a souligné qu’il ne considérerait pas automatiquement la critique d’Israël comme une preuve d’antisémitisme et qu’il chercherait à vérifier de manière indépendante les incidents d’antisémitisme qui lui seraient signalés. Le mois dernier, le groupe a annoncé qu’il avait développé un algorithme pour suivre l’antisémitisme sur les réseaux sociaux – un projet qu’il avait entrepris parce que les entreprises de réseaux sociaux ne l’avaient pas fait, ont déclaré des responsables de l’ADL.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire