Vaét’hanan

0
58

On souhaitera la guérison complète de monsieur Lelti  (Villeurbanne) Oved Ben Aïcha parmi les malades du Clal Israel. Amen!

Prier et REPRIER?!

 Au début de la Paracha il est écrit que Moché Rabénou a prié afin d’entrer en Erets Israel. Nous sommes la dernière année de la traversée du désert et Moché implore Hachem de le laisser pénétrer en Terre Sainte. La Guemara de Sota 14 explique que, pour Moché, la raison n’était pas de voir les beaux paysages du littoral ni de profiter des magnifiques fruits «Carmel» made in Israël ! Uniquement entrer afin de pratiquer la Tora et les Mitsvoth comme par exemple les prélèvements: Treoumoth et Maassroth, ou les lois de la Chemita (7° année) qui ne se pratiquent qu’en Israël.

Les commentateurs, Baalé Tossafoth, enseignent un beau ‘Hidouch. Moché a fait 515 prières pour entrer en Erets, car la valeur numérique de VaHéThHaNaN, c’est 515!

La Guemara Berakhoth enseigne: « Rav Ha dit au nom de Rav Hanina: si un homme prie et pourtant n’a pas été écouté par Hachem, qu’il revienne et prie de nouveau! Comme le Psaume le dit: « Espère en Hachem, renforce ton coeur et espère (à nouveau) en Hachem! » » C’est-à-dire qu’un homme ne doit jamais désespérer du fait qu’il n’a pas été écouté une première fois! (Et pour Moché c’était différent! Car Hachem avait juré lors de l’épisode de Mei Meriva (Bamidbar 20.12) qu’il ne rentrerait pas en Erets!). Et c’est certainement pour cela qu’on a l’habitude de réciter ce passage après la prière du matin pour nous signaler que même si on a déjà fini la Tefila il faut continuer à demander!

Seulement on pourra se questionner, pourquoi Hachem a tant besoin de nos nombreuses prières? Or, nous savons que D’ écoute chaque prière et qu’Il n’a aucune difficulté à l’exaucer! Plusieurs raisons seront proposées.

Le ’Ein Ya’akov enseigne que peut-être qu’au moment de notre Tefila c’était un moment de colère dans les Cieux! Donc la prière a été bloquée!

Une autre raison: pour que notre prière soit acceptée, il faut une raison quelconque. Bien des fois l’homme n’a pas de mérite particulier pour que sa demande soit agréée! Donc le fait de recommencer, et encore de  recommencer notre demande c’est montrer qu’on est conscient que la clef de notre problème est dans les mains du Tout Puissant! Donc, redoubler dans la prière c’est dire en quelque sorte à D’ : «  Je sais que tout provient de Toi! Donc aide- moi par le mérite de la confiance que je place en Toi et en nul autre!!»

Multiplier notre prière marque notre confiance!

Le Méiri (Yoma 29) dit: « Un homme doit toujours faire attention de bien prier et même s’il voit qu’il n’a pas été exaucé: il ne doit pas désespérer! Car en multipliant la Tefila, il trouvera la solution! Et un homme ne doit pas considérer qu’il importune Hachem par le fait de multiplier ses prières! Le Midrach enseigne que les Tsadiquim ressemblent aux boucs. En grandissant, les cornes de cet animal des montagnes développent des sortes d’anneaux. De la même manière au fil du temps, la Tefila des tsadiquim s’affine et elle sera écoutée!»

Une autre manière de comprendre ce phénomène c’est à l’image du père avec son fils. Lorsque le bon fils demande au père un cadeau, ce n’est pas sûr que du premier coup le père acceptera la demande de son bambin (à moins qu’il se soit particulièrement bien distingué dans une matière en classe).

Mais si le fils demande et redemande sans arrêt, alors d’une manière naturelle le père ne restera pas indifférent aux doléances du fils! Car finalement chaque père est particulièrement content que sa progéniture se tourne vers lui pour lui demande de son aide! Donc lorsque l’on prie et reconduit notre demande à Hachem, on montre en cela une proximité avec Lui ! Et c’est ce qu’Il attend de nous! A l’image du coeur de son ami!

LIRE  Qui refuse le plus le divorce ?

Dans notre Paracha est aussi enseignée un des classiques de notre tradition c’est le Chema’ Israel. C’est cette prière qui accompagnera chacun d’entre nous depuis la tendre enfance jusqu’à l’âge adulte et la grande vieillesse (jusqu’à la dernière heure…). Qu’est-ce qui est si fondamental dans le Chema’?

 En fait il s’agit ni plus ni moins d’un acte de foi à D’ et à Sa Tora! C’est une proclamation qu’Hachem est unique dans tout l’univers! C’est aussi une manière de repousser toutes les idées erronées qu’il existe d’autres forces dans le monde (par exemple le mal) en dehors de la volonté du Créateur! On proclame aussi que tous les événements de notre vie sont liés avec un seul fils conducteur qui est la Providence divine!

La Mitsva est si importante que le Choul’han Arou’h tranche qu’il faut impérativement comprendre ce que l’on dit, tout du moins le 1° verset. Dans le cas contraire on ne sera pas quitte!

«Ecoute (comprend) Israel (le peuple): Hachem qui est ton D’ ; Hachem est UN!». C’est la base du judaïsme, savoir qu’Hachem exerce sa Providence dans nos vies! Rachi explique d’une manière un petit peu différente le verset «Hachem qui est notre D’ –et pas celui des nations du monde- deviendra dans les temps futurs (à la venue du Machia’h) le D’ de toute l’humanité!» Car à la venue du Messie, toutes les nations reconnaîtront que le D’ d’Israël règne sur la terre entière!

C’est-à-dire qu’un Juif vit de nos jours avec le même degré de foi et de confiance en Hachem que lorsqu’Il se révélera à toute l’humanité à la fin des temps!

La suite du verset est aussi très intéressante car il est écrit une Mitsva d’AIMER Hachem:»de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton bien!». Les commentateurs demandent de quelle manière la Tora peut exiger un devoir du coeur? Or, les sentiments de l’homme ne sont pas dans sa main pour qu’il décide d’une manière libre d’aimer une chose ou non! La réponse du Rambam est connue, qu’un homme peut arriver à l’amour du Créateur en réfléchissant sur toutes les bontés qu’Hachem lui procure (comme la beauté de la création) ou encore la profondeur de la Tora. Car la Tora étant l’expression de la volonté d’Hachem sur terre son étude intensive amènera l’homme a aimer Celui qui L’a donné!

Il est rapporté au nom de rabbi Akiva Eiger quelque chose d’autre encore intéressant. C’est que l’amour vis-à-vis d’ Hachem est…INNE chez l’homme! En effet, il existe un verset des Proverbes(27): « Comme le visage se réfléchit dans l’eau; de la même manière opère le coeur de l’homme! » C’est-à-dire que l’amour que porte l’homme pour son ami n’est jamais unilatéral. A partir du moment où il existe un lien d’amour alors automatiquement l’ami répondra à cet appel et l’aimera en retour! (la sympathie que je développe vis-à-vis de mon ami amènera le second à m’apprécier aussi!). De la même manière explique le Gaon, Hachem aime son peuple! On le voit dans beaucoup de versets des prophètes et aussi dans la prière journalière: « l’amour éternel… Béni celui qui aime le Clall Israel! Etc.» Donc suivant ce formidable axiome, après qu’Hachem nous aime alors nos coeurs seront enclins automatiquement à L’aimer en retour! Cependant pour attiser cette braise qui est enfouie très profondément dans le coeur de l’homme éloigné, il faudra un détonateur! Bien souvent la Providence divine organisera un déclencheur, par exemple un super cours audio de Tora, ou encore la lecture d’un feuillet de Tora (pourquoi pas le nôtre?) ou simplement les vicissitudes de la vie feront prendre conscience à l’homme que notre passage sur terre n’est pas seulement pour manger, boire et dormir…ou autre version: métro, boulot dodo!

LIRE  La communauté juive va-t-elle récupérer la synagogue de Séville ?

Cette semaine on a droit à un beau Sippour rapporté par le rav Ména’hem Stein Chlita (tiré de Pniné Paracha Hachavoua 178).

Il s’agit d’une jeune fille juive d’Europe Centrale qui voit se refermer sur elle et sa famille les griffes des nazis ! Elle décide de fuir pour rester en vie. Cependant, lors d’une sélection elle sera prise et transférée vers Auschwitz… Durant le grand voyage dans des conditions atroces, elle trouvera un moment d’inattention des gardiens pour sauter du train et fuir vers les forêts polonaises. Elle courra sans s’arrêter durant des kilomètres vers une destination inconnue. A un moment elle voit au loin une jolie maison en pleine forêt et décide d’y pénétrer pour tenter sa chance. Elle parcourra la grande allée qui mène à la jolie bâtisse, style campagnard… Elle se dirige vers la porte de la demeure, son coeur bas fort, mais elle n’a pas le choix. La porte du bâtiment s’ouvre et voilà qu’elle se trouve nez à nez avec un haut gradé… NAZI!! Elle qui voulait tellement vivre se retrouve ni plus ni moins dans la gueule du loup! Le nazi dévisage la jeune fille et de suite comprend qu’il s’agit d’une juive! Avec un sourire machiavélique il dira: « Espèce de Juive, tu crois t’en tirer en venant trouver refuge chez moi? Je vais de suite sortir mon revolver et en finir de la meilleure manière avec  toi!»

La jeune fille eu des frissons qui lui parcouraient tout le corps, elle restait sans voix et sans mouvement devant l’ange de la mort qui se tenait  devant elle!

Puis, d’un seul coup le mécréant demanda à la fille: «Par quel chemin es-tu entrée dans ma maison?» La jeune fille qui était encore sous le choc ne pouvait prononcer un mot seulement elle lèvera sa main en désignant l’allée principale de la maison!

Le gradé demanda:» Et les chiens n’ont pas aboyé?» La fille s’étonna : « Des chiens?!» En se retournant elle distingua un peu plus loin, au-delà de la barrière des dizaines de chiens, bergers allemands, amsters ,des chiens hauts sur pattes avec des dents terribles prêts à déchiqueter leur proie! C’était des chiens dressés depuis leur plus jeune âge à tuer et blesser tout étranger qui s’introduirait dans la demeure de leur maître! Si notre jeune fille les avait aperçus alors c’est sûr qu’elle aurait rebroussé chemin! Le nazi en face n’en revenait pas! Les chiens étaient dressés à tuer et pourtant ils n’avaient rien fait! Est-ce que cette fille possédait des dons surnaturels ou non? Le mécréant voulait vérifier la chose il dit:» Ce soir, tu restes à la maison et demain je veux savoir si effectivement si les chiens ont remarqué ta présence ou non. Demain tu repasseras dans l’allée à côté de la meute de chiens. S’ils ne te font rien alors je te promets que je te garderai dans la maison et personne ne te touchera. Et sinon, demain tu seras le repas matinal de toute cette horde de molosses…» Ainsi, ce nazi de mémoire maudite sortira de sa bouche une parole incroyable: il est prêt à sauver cette fille si elle passe le test! Et effectivement, le nazi lui proposera une pièce pour passer la nuit… Notre Juive ne trouva pas le sommeil, voilà qu’elle se retrouvait dans la maison d’un nazi et demain c’était le jour du grand examen sur sa vie! Son oreiller se remplit de larmes: elle ne pouvait pas dormir sachant que c’était peut-être sa dernière nuit! Elle se voyait déjà demain déchiquetée par les molosses… Cependant, elle garda en tête qu’Hachem pouvait la sauver! D’ peut toujours lui faire vivre un miracle afin que les bergers allemands ne la mettent pas en pièces! Elle se renforça dans la Emouna/foi en Hachem et dans la prière… Hachem peut tout faire!

LIRE  Un 'Hanouka inoubliable entre Shoah et lumière !

Au matin, tous les gens de la maisonnée sont installés à la fenêtre du ravissant petit chalet de forêt (les petits nazillions: la mère et les petits…) pour mieux suivre le déchiquetement d’une jeune fille de la sous-race par la horde des dizaines de chiens de garde! (Et on peut être sûr, que si les maîtres de ses quatre pattes sont si cruels, alors leurs animaux de garde le sont encore beaucoup plus!!) Notre jeune fille se tenait sur le perron de la maison et devait marcher au-delà de la cour vers l’allée centrale en direction de la forêt. Les chiens se tenaient à quelques dizaines de mètres sur les côtés. Elle commença à faire un pas, puis un autre et encore un autre… Le nazi l’a scrutait de son regard. De son côté notre jeune fille n’avait qu’une seule chose en tête: la Emouna et la prière dans son coeur! Pour l’instant aucun chien ne semblait broncher… Les mammifères se vautraient sur la pelouse grasse. Tandis que notre héroïne continuait sa marche sans faire de pas de course: ni trop vite, ni trop lentement! Quand elle est arrivée au portail de la sortie de la propriété les chiens étaient encore rivés au sol: ils ne s’approchaient pas de la fille!! Après, elle fit demi-tour et revint en direction de la maison, tout cela sous le regard interloqué des nazillons… Arrivé sur le perron elle se mit à pleurer d’émotion! Tandis que le gradé n’en croyait pas ses yeux! Des dizaines de chiens aguerris n’ont rien faits, incroyable! Certainement que cette jeune fille a eu droit à une protection divine surnaturelle! La promesse que le mécréant à dite: il l’accomplira! Durant toute la guerre notre jeune fille sera protégée par ce nazi et passera la guerre à l’abri dans la gueule du loup!! C’est certainement une des rares jeunes filles juives qui survivra à toute cette terrible période protégée par les nazis eux-mêmes!! En final, à la fin de la guerre elle montera en Erets et se mariera avec le Roch Yéchiva de Hévron: rav ‘Haim Sarné Zatsal. C’est elle qui raconta au Rav Stein son histoire époustouflante!

Pour nous apprendre que la foi et la prière sauve l’homme dans les pires moments: Ein Yéouch/NE PAS DESESPERER! Comme dit le Psaume:» Nombreux sont les douleurs du mécréant, tandis que l’homme confiant en D’ : la bonté d’Hachem l’entourera et le sauvera» (Tehilim 32). Qui veut développer sa foi en Boré Olam?

 

Coin Halakha: Le Choul’han Arou’h rapporte l’avis du Bahag que la femme reçoit automatiquement le Chabbath par l’allumage des bougies (c’est la coutume ashkenaze). Par conséquent la femme ne pourra plus faire de travaux après l’allumage. Cependant, dans un cas de nécessité, elle pourra émettre une condition (oralement ou dans son coeur) qu’elle ne reçoit pas le Chabbath par cet allumage. Le Yalkout Yossef (rav Ovadia Yossef) tranche qu’à priori la femme devra faire cette condition. Cependant à postériori: même si elle n’a pas fait émis de condition; elle pourra continuer à faire ses travaux jusqu’avant le coucher du soleil (Michna Broura 263.10 et Michnath Ha’hamim).

Chabbath Chalom et si D’ le veut à la semaine prochaine !

David Gold Av’réh Soffer écriture ashkénaze et séfarade

On souhaitera une grande bénédiction et réussite pour notre ami et Avre’h Moché Haim Linstein Chlita et à son épouse dans tout ce qu’ils entreprennent. Amen

 

David GOLD

Gueniza – Ne pas transporter Shabbat -Veiller à ne pas lire cette feuille

 PENDANT la prière ou lecture de la Tora- dons et encouragements tel : 00972 3 909 43 12

Aucun commentaires

Laisser un commentaire