Veille de Chavou’oth : quand un bombardement a été retardé sur la demande de rav Schakh

0
548

39 ans plus tard, le contenu de la rencontre entre Ye’hiel Kadishai, chef d’état-major de Menachem Begin, au domicile du leader public lituanien rav Shach zatsal, a été révélé : le rav a demandé de retarder l’opération et le Premier ministre l’a accepté.

Be’hadré ‘Harédim

Un jour, en début de juin 1981, en début d’après-midi, un véhicule portant une plaque d’immatriculation noire s’est arrêté au 27 rue Raavad à Bené Brak. En est sorti Ye’hiel Kadishai, alors le chef du cabinet du Premier ministre, Menachem Begin. Il a informé les membres de la famille surpris qu’il devait rencontrer d’urgence le rav, ajoutant que la réunion se tiendrait entre quatre yeux. « C’est une affaire très secrète », a-t-il dit sans apporter plus de précisions.

Les membres de la famille ont évacué le salon, se sont entassés dans la cuisine et ont appelé l’assistant fidèle du rav, qui habitait Bené Brak. Il fit savoir clairement qu’il ne laissait jamais le rav seul. Kadishai n’a d’autre choix que de se soumettre à la demande, et donc il y eut un témoin.

Après quelques mots de politesse, le chef du cabinet aborda le vif du sujet. Il expliqua qu’Israël se préparait à une opération militaire très dangereuse et complexe – le bombardement du réacteur atomique en Irak (Osirak). Kadishai expliqua qu’il ne s’agissait pas d’envahir un État souverain. Les avions de l’armée de l’air passeraient au-dessus d’Etats ennemis, ce qui posait un danger déjà là, sur la route vers la cible, et plus encore lorsqu’ils survoleraient des batteries antiaériennes irakiennes. Même si l’opération elle-même se terminait avec succès et que tous les pilotes revienaient en toute sécurité, cela pourrait déclencher des attaques incendiaires au Moyen-Orient et provoquer une crise politique entre Israël et d’autres États. « J’ai été envoyé par le Premier ministre pour demander la bénédiction de l’honorable rav et son consentement à cette opération », a conclu Kaddishai.

LIRE  Interview exclusive du Grand rabbin de France, 'Hayim Korsia, en veille de la nouvelle année

Le rav Shach a écouté l’affaire et a attendu longtemps pour répondre. « Avant de vous donner la bénédiction de la route, je veux savoir trois choses », a-t-il déclaré. « Quel jour, à quelle date et à quelle heure les avions de chasse décolleront-ils? » Le chef du cabinet, qui considérait le rav Shach comme digne de confiance, a fixé le calendrier exact: l’opération était prévue le 7 juin 1981, à la veille de la Chavou’oth, à une heure de l’après-midi. « Je ne suis pas d’accord, je ne donnerai pas une telle bénédiction. Je demande que l’opération soit retardée de trois heures et que les avions décollent à quatre heures et non à une heure. « 

Kadishai a été étonné et a répondu que la décision ne lui appartenait pas et qu’il devait obtenir l’approbation du chef d’état-major. Le rav Shach a déclaré au chef du cabinet qu’il était invité à l’appeler lorsque le permis était entre ses mains. Il retourna étudier.

Après quelques heures, le téléphone a sonné chez le rav. Kadishai déclara que le chef d’état-major avait confirmé que l’opération serait reportée à trois heures et ouverte à 16 heures et a reçu la bénédiction de la route de rav Shach. Le rav n’a partagé aucun secret avec l’opération avec qui que ce soit. Le rav demanda que l’on dise des Psaumes après la prière de Min’ha, mais ce n’était pas chose inhabituelle. Lorsqu’il demanda aussi d’ajouter une prière pour nos frères en danger, un léger remue-ménage passa dans la foule et tout le monde essaya de deviner ce que le chef de la Yechiva savait.

LIRE  La nouvelle loi antiterroriste permettant de sortir de l’état d’urgence

Ce jour-là, à quatre heures et demie, l’opération « Opera », également connue sous le nom d’opération « Tamuz », a été lancée. Quatre avions F16 ont décollé de l’aéroport d’Etzion en direction de Bagdad, accompagné d’un autre quatuor d’avions F16 et de six avions F15 comme couverture. L’heure de l’heure correspondait exactement aux instructions du rav. À 19 h, les pilotes étaient de retour à leur base en toute sécurité.

Suite à l’opération et de ses résultats exceptionnels, des rumeurs d’une rencontre entre le chef du cabinet du Premier ministre et le rav Shach ont été connues à Ponivez. Personne ne comprenait pourquoi il était si important de retarder le début de l’opération de trois heures. Certains étudiants pensaient que quatre heures du soir était une heure particulièrement propice, selon des intentions spéciales des justes. D’autres sont restés sans réponse. Le rav Shach a expliqué plus tard à l’un de ses proches la raison de la chose : à une heure de l’après-midi, la veille de Chavou’oth, les gens sont occupés à préparer la fête. Après les préparatifs, les élèves de la Yechiva se retirent pour un court repos, et se préparent pour une nuit d’étude, durant laquelle ils ne ferment pas les yeux et étudient la Torah. A une heure, on prie, puis les jeunes vont se reposer, mais en aucune manière cela ne peut permettre d’apporter les mérites nécessaires pour réussir une telle opération, a expliqué le rav. Le succès d’une opération militaire aussi complexe requiert la puissance de la Tora de tout le monde de la Yechiva. À quatre heures de l’après-midi, les jeunes viennent déjà à la Yechiva pour se lancer dans l’étude de la Tora, ce que l’on appelle dans le milieu « Na’assé venichma' ». L’opération a puisé son pouvoir dans l’étude de la Tora de ce moment. C’était là le secret de son succès.

LIRE  Le Royaume-Uni interdit l’entrée sur son territoire au cofondateur du mouvement antisémite BDS

L’adaptation du plan opérationnel au programme des étudiants de la Yechiva montre non seulement la haute réputation de rav Shach parmi les dirigeants israéliens, mais avant tout son attitude particulière envers l’étude de la Tora, dans laquelle il voyait une valeur suprême qui dépasse tout. À son avis, une opération militaire sans le soutien du pouvoir de la Tora pouvait échouer et une nation sans la Tora se terminer par une catastrophe.

L’histoire apparaît dans le livre de David Zoldan, « The New Haredim », publié par: Kinneret, Zamora, Dvir.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire