«Il y a 1 700 millionnaires du Hamas à Gaza»

0
384

Le Fatah ouvre le feu contre le Hamas, affirmant que ses responsables se mêlent des affaires égyptiennes et s’enrichissent de leurs propres citoyens.

La faction du Fatah du président de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, a lancé une offensive jeudi, affirmant que le Hamas à Gaza est corrompu et « ne représente pas le peuple palestinien ».

Le porte-parole du Fatah, Ahmad Assaf, a déclaré que les tentatives du Hamas d’influencer le fonctionnement de l’Egypte étaient « inacceptables », soulignant les liens entre le Hamas et les Frères musulmans.

L’Egypte a fait plus pour les Arabes palestiniens que le Hamas ou les Frères musulmans, et pourtant le Hamas a critiqué mardi ce pays pour avoir fermé la frontière de Gaza avec le Sinaï, la qualifiant de « crime contre l’humanité ».

Le porte-parole du Fatah a affirmé que si Gaza est l’un des endroits les plus pauvres du monde, il y a 1 700 millionnaires parmi les membres du Hamas, laissant entendre que le groupe terroriste impose de lourdes taxes aux citoyens, se mettant des sommes énormes dans les poches des responsables du Hamas.

Assaf a terminé en félicitant Abbas, le « président palestinien », pour son soutien à ses principes et pour avoir traité les concessions dans les négociations de paix comme des lignes rouges infranchissables. Le porte-parole a déclaré que le Hamas avait ramené la situation à sa forme d’avant 1967, une remarque quelque peu confuse, étant donné que l’occupation jordanienne de la Judée et de la Samarie a pris fin en 1967, lors de la guerre des six jours.

La critique du Fatah intervient après que le professeur Rafi Yisraeli, expert du Moyen-Orient, ait estimé que la vie d’Abbas était en danger imminent, et que le Hamas pourrait tenter de le remplacer. Ce faisant, le groupe serait aidé par le fait que le mandat d’Abbas a pris fin en janvier 2009, donnant aux revendications du Hamas une légitimité.

LIRE  Au cœur du fort souterrain qui révèle les secrets de l’ennemi 

Les tensions entre le Fatah et le Hamas sont vives et la police du Hamas à Gaza a réprimé dimanche des manifestants soutenant M. Abbas, avec 13 manifestants arrêtés et de nombreuses personnes qui auraient été battues.

Ces tensions ont également été exprimées dans la crise énergétique du Hamas. Le Hamas refuse de payer les taxes sur les carburants exorbitantes imposées par l’Autorité palestinienne sur le carburant acheté pour le gouvernement de Gaza par Israël, un facteur clé de la récurrence des pénuries de carburant dans l’enclave du Hamas.

Dimanche, Gaza a été laissée sans électricité pendant un autre jour à la suite d’une panne qui a commencé la veille, après que l’Autorité palestinienne n’a transféré que 100 000 litres des 500 000 litres de carburant qu’elle avait accepté de vendre au Hamas.

Arutz 7 en anglais

Aucun commentaires

Laisser un commentaire