Yad leA’him : 24/24 contre la mission

0
131

Un aperçu de la hotline du « Département contre la mission » à Yad LeA’him, qui fonctionne 24 heures sur 24

Au plus fort de la grande campagne de prédication missionnaire qui se déroule ces jours-ci, nous avons décidé de donner un aperçu du centre du « Département contre la Mission » de Yad Lea’him. Chaque mois, la hotline d’urgence reçoit environ deux cent cinquante demandes différentes sur des sujets variés liés aux activités de l’organisation. Nous avons eu une conversation avec le responsable du centre d’appels afin d’entendre quels appels arrivent ici afin de comprendre l’énorme champ d’activité.

Quelles demandes recevez-vous à votre centre ?
« Les histoires incluent des parents et des connaissances de personnes tombées dans les différents cultes maçonniques, qui demandent de l’aide. Des rapports faisant état de matériel missionnaire dans des boîtes aux lettres, ou de missionnaires prenant contact par téléphone avec des gens et essayant de les convaincre d’adhérer à leur groupe, en particulier le des personnes âgées et solitaires, ainsi que des missionnaires faisant du porte-à-porte et distribuant du matériel, essayant de convaincre les gens d’adhérer à la secte, des missionnaires travaillant dans l’espace public, distribuant du matériel et parlant aux passants.

« Nous recevons également des demandes de personnes qui souhaitent en savoir plus sur diverses organisations et sur des personnes qu’elles soupçonnent d’être liées à la mission. Des demandes sur les publications de la mission sur Internet, sur les réseaux sociaux. Et bien sûr, sur les mariages mixtes de juifs avec des goyim. « 

S’il vous plaît, racontez-nous une nouvelle histoire qui a retenu l’attention ?
« Plus de trois cents centres de rassemblement pour les membres des communautés messianiques – chrétiennes sont actifs dans le pays. Il faut noter que les communautés sont très trompeuses. Bien qu’il s’agisse de véritables églises, elles prétendent ressembler à des synagogues juives, avec une arche et livres de Tora et les prêtres s’enveloppent dans un talit, mais en réalité ils sont utilisés comme église. D’ailleurs, certains centres proposent des cours pour enfants, des expositions d’art, des soirées café et musique pour attirer de nouveaux et des jeunes vers l’église.

« A Jérusalem, par exemple, il y a un centre qui ressemble à une salle d’étude juive pour tout, il y a des cours de Tora et même de Guemara, où une grande partie des participants aux cours portent des kippas, mais en réalité c’est un centre chrétien, à toutes fins pratiques », déclare le directeur du centre et poursuit : « Dimanche dernier, ils ont organisé un grand événement pour les participants, qui comprenait une soirée de musique, une leçon et des rafraîchissements pour les participants. Les militants de ‘Yad Lea’him’ étaient prêts à cela à l’avance.

De quelles autres manières les missionnaires agissent-ils ?
« Voici un autre appel qui est arrivé à la hotline : une femme nous a contactés et nous a dit qu’elle avait rencontré quelqu’un de la région de Sharon qui lui avait proposé de l’aider après l’accouchement. Elle a dit qu’elle avait une organisation et qu’elle pouvait apporter beaucoup d’aide. L’appelante a soupçonné quelque chose et a contacté notre hotline pour le savoir. Il nous est apparu qu’elle était effectivement une missionnaire qui profitait de leur sort et de l’innocence des femmes et nous avons agi en conséquence pour mettre les femmes en garde ».

Parlez-nous d’un cas que vous avez réussi à prévenir grâce à la vigilance de ceux qui ont contacté la hotline ?
« Voici un cas qui s’est produit récemment avec un missionnaire d’origine argentine. Parfois, il apparaît sous une apparence orthodoxe et se fait passer pour un rabbin orthodoxe. Il y a eu une certaine période où il vivait à Bené Brak, et après Yad Lea’him l’ait découvert, il a dû quitter les lieux.

« Il met en ligne des vidéos dans lesquelles il se présente comme un rabbin de style orthodoxe qui croit en Jésus. Il entraine des gens sur son réseau tout en leur proposant des affaires douteuses. Grâce à la vigilance des personnes qui appellent la hotline, nous savons où il se trouve et nous travaillons pour informer le public partout où il va – afin qu’il soit au courant de ses faits, et c’est ainsi que nous avons réussi à l’arrêter à l’avance. »

Et que faire dans un tel cas ?
« Nous opérons à plusieurs niveaux, dont la plupart ne peuvent pas être publiés, mais nous opérons principalement dans le plaidoyer et la sensibilisation, comme dans tout autre cas, pour que les Juifs sachent s’en méfier. »

Tout cela est à la limite de ce qui se fait dans le code d’urgence de « Yad Lea’him », avant même d’aborder l’activité étendue de l’organisation dans le sauvetage des captifs des villages arabes qui appellent la hotline et autres. Le directeur de la hotline revient répondre aux appels importants et nous repartons impressionnés par le travail sacré des militants.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire