Yariv Lévin : « A la haute cour de réfléchir une seconde fois… »

0
139

Yariv Levin a hérité du trône et du marteau du président de la Knesset grâce à la Haute cour. Les juges ont forcé son prédécesseur, le président Yuli Edelstein, à convoquer la Knesset. Il a refusé la décision du tribunal – et a démissionné. Dans les négociations pour la mise en place du gouvernement, Kakhol Lavan a opposé son veto au retour d’Edelstein au bureau du président. Maintenant, dans sa première interview depuis son élection, il précise: « Quoi qu’il en soit, cela ne se fera plus ! »

Ynet

« Les juges doivent recalculer leur itinéraire », a déclaré Levin dans un long entretien avec Yedioth Ahronoth, qui sera publié demain, « des limites claires doivent être fixées au système judiciaire. Je ne permettrai pas leur intrusion dans le travail du législateur. Qu’ils interviennent librement dans les travaux de la Knesset, et donnent des instructions aux membres de ce bâtiment comme si la Knesset leur était soumise, ou se trouvait à un niveau inférieur à la magistrature, c’est inacceptable. « 

L’un des problèmes est que la Haute Cour peut intervenir dans l’accord de coalition entre Netanyahou et Gantz, selon lequel Netanyahou porte le titre de « remplaçant du Premier ministre » afin de ne pas démissionner du gouvernement après qu’il ait quitté le poste du fait de la rotation prévue. Les juges ont déjà laissé entendre qu’ils pourraient être requis pour cette condition et la changer. Levin prévient: « Si la Haute Cour intervient à ce sujet, elle provoquera l’effondrement du gouvernement et déclenchera des élections immédiates ».

Accepterez-vous la décision du tribunal concernant les dossiers de Netanyahou?

LIRE  Une réédition qui fait débat

« J’accepterai chaque décision et chaque citoyen devra accepter la décision du tribunal. Personne n’est en désaccord. Mais je suis convaincu que tout cela va vers une annulation des griefs. »

Si votre tribunal intervient tout de même, que faites-vous en tant que président de la Knesset?

« J’espère vraiment qu’après avoir lu cette interview, ils se rendront compte de ce qui se serait passé. Je ne veux pas d’affrontement entre les autorités. Cela ne sert à personne. Je pense que les juges de la Cour suprême sont des gens de bonnes intentions. Ce sont des gens qui aiment tout autant l’État d’Israël que moi. Mais je le dis clairement : il faut qu’ils arrêtent de se mêler de ce qui ne les regarde pas ! »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire