A propos de la parachath Beréchith…

0
61

Introduction :

Lorsque les choses deviennent noires, il faut savoir qu’Hachem nous regarde.

Le rav Biderman donne cette allégorie : « Lorsqu’on frappe à la porte de son voisin et qu’il y a de la lumière qui est visible du petit trou (le « judas ») alors on sait qu’il n’y a personne. Mais lorsque le petit trou devient tout noir, c’est la preuve que le maître de maison nous observe. Pareillement, lorsque les choses deviennent noires, il faut savoir que c’est Hachem qui nous regarde »

 Nos Sages de mémoire bénis enseignent que tous les imprévus fâcheux de la vie ne sont pas le fruit du hasard mais c’est Hachem Qui nous parle et nous exhorte à faire Techouva.  Les événements majeurs qui se déroulent en Terre sainte ont eu lieu le jour le plus joyeux du calendrier puisqu’il s’agissait du dernier jour de Souccot : Sim’hat Tora. Le Clall Israël était en fête tandis que des assassins (des milliers !) assoiffés de sang juif en ont profité pour briser les barrières de la frontière et pénétrer en Terre sainte et opérer leurs carnages.

Je ne fais pas parti des anciens de la communauté, mais cela ressemble en tout point de vue aux pogroms d’Ukraine (des derniers siècles) et des tueries des nazis dans toute l’Europe Centrale. En Lituanie ils réunissaient les Juifs à côté de fosses et ils tiraient à la mitraillette lourde sur la population et par milliers ils s’effondraient dans les trous béants. PAREILLEMENT LES MEURTRIERS – FILS D’YICHMAEL – ONT MITRAILLE SANS AUCUNE PITIÉ UNE FOULE SANS AUCUNE DÉFENSE EN FAISANT DES CENTAINES DE MORTS ET DE BLESSES (ces assassins assoiffés de sang juif et tous ceux qui les soutiennent déshonorent la nation arabe dans son ensemble et ne sont pas dignes d’être consiérés comme des hommes) et ils ont perpétué des actes ignoble dans des villes et agglomérations paisible du pays.

Nous ne sommes pas des prophètes pour connaître les desseins du Créateur mais cela nous rappel un fait oublié : la réussite n’est pas dans les mains de l’homme (de l’armée) mais dans ceux de Hachem. Malgré les efforts considérables déployés par Tsahal pour garder et surveiller la région, en un rien de temps tout s’est paralysé pour laisser place à l’horreur. Or nous savons que Hachem est plein de Miséricorde et de Générosité pour Son peuple. C’est donc un appel de Sa part, à nous –ses enfants- de faire Techouva et d’abandonner nos mauvaises voies. Le rav Biderman présente encore cette allégorie : « Lorsqu’on frappe à la porte de son voisin et qu’il y a de la lumière qui est visible du petit trou (le « judas ») alors on sait qu’il n’y a personne. Mais lorsque le petit trou devient tout noir, c’est la preuve que le maître de maison nous observe afin de connaître notre identité et de savoir s’il va ouvrir la porte ou non. Pareillement, lorsque les choses deviennent noires, il faut savoir que c’est Hachem Qui nous regarde ! Il est bien là derrière tous les événements tragiques. La Providence divine est présente. Seulement Il attend de nous que nous prions, supplions le Ribono chel ‘Olam afin qu’Il protège son peuple de Tsion et ainsi qu’Il fasse venir le Machia’h.

« Heureux l’homme qui place sa confiance en Hachem et NON dans les hommes ! »

—————————————————————————————————

Autour de la table de Chabbath n° 406 Beréchith

Ces paroles de Tora seront lues pour la refoua cheléma complète de Isabelle Guez bat Danièle.

Que Hachem prenne pitié de son peuple à Tsion, qu’Il envoie la guérison à tous les blessés et malades et qu’Il délivre les captifs.

Le cycle de la lecture de notre sainte Tora reprend cette semaine. Nous sommes tous encore subjugués des magnifiques journées de Souccoth qui viennent tout juste de passer, et pour les lecteurs habitués à la lecture des textes saints, je dirai plutôt qui sont « rentrés en nous », car la sainteté pénètre l’homme déjà nous commençons « Beréchith » : « Au commencement (de la Création) ». Les premiers versets enseignent que Hachem a créé les cieux et la terre est « la terre était tohu et bohu« . Le rav Gamliel Rabinovitch chlita dit que c’est une allusion au fait que les grandes choses ne sont jamais atteintes du premier coup. Il n’existe pas de baguette magique même après la Techouva de Yom Kippour. Pour preuve c’est qu’au tout début, c’était sans dessus-dessous, tout était mélangé. Ces premiers versets sont à l’image des moments difficiles que nous traversons quelques fois au cours d’une vie. Seulement durant ces passages, que l’on espère éphémères, il ne faudra pas baisser les bras car la suite du verset : « Et l’Esprit divin planait au-dessus des eaux« . C’est-à-dire que la Providence divine est bien présente pour organiser, agencer les évènements de notre vie, même lorsque tout parait-être dans un désordre total. Et grâce à cet axiome on ne perdra pas confiance car nous savons qu’une Main bienveillante guide nos pas. Donc continue le rav Rabinovitch, il ne tient qu’à soi-même de se prendre par la main et de comprendre qu’il n’y a pas de tohu-bohu car tout est agencé par Hachem dans les moindres détails. Formidable ! Et si nous arrivons à cette compréhension alors arrivera le moment de « Vayéhi Or » / Et ce fut la lumière (NDLR : Ce n’est pas évident d’accéder à la grande clarté dans ce bas-monde. Ce n’est qu’après 120 ans qu’on arrivera à la grande lumière. On sera ébloui de voir par exemple, concocté par la « magnifique Table du Shabbat »,  parmi tant d’autres, que grâce au redressement fiscal corsé de la fin 2021, au lieu de passer des vacances sur les îles lointaines on a été obligé de passer des vacances (modiques) à la montagne. Et grâce à cela notre homme s’est familiarisé avec l’étude de la Guemara (car à côté de sa location il y avait un hôtel cachère avec des rabbanim très sympathiques qui donnaient des cours très intéressants) et de retour à Paris il a fixé une étude de Tora. Sur le moment (du redressement) il était dans tous ses états  mais cela l’amènera après ses 120 ans, vers beaucoup de lumières émanant des mondes célestes. Merci M. Millet inspecteur des impôts à Paris 17ème !) Le ‘hidouch de cette semaine est de savoir que le croyant peut atteindre un peu de cette clarté dans notre bas- monde sans avoir besoin d’attendre le monde futur.

Autre allusion dans notre paracha : le passage de la création d’Adam et de ‘Hava (Eve). La Tora nous enseigne que Hachem a fait tomber un sommeil sur Adam et durant son sommeil, Hachem a retiré une de ses côtes et a formé sa femme, Eve. C’est une autre allusion à un sujet assez fondamental dans la vie d’un homme : le choix de sa compagne. Mes lecteurs le savent, dans les bons milieux (religieux) les rencontres ne sont pas fortuites (du genre dans un endroit assez obscur, généralement un sous-sol, avec une musique très bruyante et je passe tous les détails…), mais ce sont les parents qui cherchent le partenaire de leur fils/fille. Et avant de boucler la première rencontre, les familles se renseignent sur la santé, les origines et les espérances de vie du prétendant. La famille pense connaître parfaitement ce dont a besoin son rejeton pour passer une vie idéale avec son conjoint(e). Seulement dans les faits, dans la plupart des cas les résultats ne sont pas aussi formidables qu’escomptés. C’est pourquoi la Tora nous enseigne qu’au moment crucial, Hachem a endormi Adam pour lui présenter Eve. C’est un message intemporel : il faut un peu fermer ses yeux , après avoir au préalable fait tout le nécessaire,  avoir confiance en Hachem et Lui laisser Sa place.

Et cette manière de faire pourra se décliner dans de nombreux autres domaines. Donner une plus grande place à Hachem dans sa vie, savoir que les résultats ne sont pas dans nos mains mais dans les Mains du Ribono chel ‘Olam.

Une anecdote illustrera ce principe. Durant la dernière guerre (je sais qu’il y a certains  de mes lecteurs qui pousseront un (petit) soupir en disant encore une histoire sur la Shoah. Je les rassurerai car cette semaine ils n’auront pas à se lamenter). Un grand rav résidait à Varsovie : rabbi Zéév Solovétchik, rav de la ville de Brisk. Lors des premières semaines de l’invasion des barbares-germains en Pologne, la Wehrmacht bombarda la capitale sans aucune pitié. La population civile était dans une grande peur à la recherche d’abris. Cependant les bombardements devenaient de plus en plus forts, et la population devint terrorisée tandis que le rav était soucieux et tendu. Ils allaient d’un abri à un autre, d’un immeuble à un autre. Puis lorsque les bombardements devenaient insupportables, les immeubles tombaient les uns après les autres. Tout le monde était épouvanté. A ce moment le rav dit à sa famille : « Nous n’avons plus besoin de quitter ce lieu, je reste ici ». Le rav prit à ce moment une Guemara et commença à étudier comme si de rien n’était. Un proche lui demanda : « Je ne comprends pas, jusqu’à hier le rav était tendu. Maintenant que les choses vont crescendo, le rav devient paisible ? » Le rav répondit : « Tu ne comprends pas ma conduite. Ces derniers jours j’étais sur le qui-vive pour trouver le meilleur abri car la Tora nous enjoint « Venichmartem meod lenafchotékhem »/Vous garderez très précieusement vos vies. Cependant depuis hier les bombardements sont devenus si intenses, qu’il n’y a plus aucune différence entre rester dans tel endroit ou un autre (il s’agissait d’appartements en étage). Donc je n’ai plus de crainte à avoir quant à l’accomplissement de la Mitsva de rester en vie. Puisque j’ai déjà fait mon maximum, je n’ai pas enfreint la Tora, je suis entièrement dans les mains du Ribono chel ‘Olam. J’ai totalement confiance en Lui : le meilleur m’arrivera d’après Sa sainte volonté ». Et le rav se plongea dans son étude avec un visage  paisible, sans l’ombre d’une angoisse alors que les explosions s’enchaînaient sans fin à l’extérieur.  Intéressant comme attitude, n’est-ce pas ?

CONSEIL D’UN SAGE POUR CEUX QUI DÉBUTENT DANS LA VIE !

 Cette semaine puisqu’on démarre un nouveau cycle, j’ai choisi de vous faire partager une courte anecdote sur un grand Roch Yechiva, le rav Ye’hiel Michael Gordon zatsal de la Yechiva de Lomzé en Lituanie et qui installera plus tard sa Yechiva en Amérique.

Durant toute sa vie, il a multiplié l’étude de la Tora auprès de ses élèves. Et jusqu’à ses derniers jours, il a renforcé les Ba’hourim (élèves) dans la Tora et les Mitsvoth.

Alors qu’il était déjà bien malade dans les derniers jours de sa vie, un élève qui devait se marier le soir même est venu voir le Roch Yechiva pour recevoir sa bénédiction.

Le rav s’enquit de la situation du futur ‘hatan. Quand il sentit que son Talmid était très préoccupé par sa parnassa, le rav lui rapporta un verset : « Et seront tes premiers pas dans la difficulté, mais ton futur sera très élevé » (Job 8.7).

Le rav Gordon lui demanda pourquoi Hachem ne donne pas directement la grande bénédiction à l’homme depuis le début ? Pourquoi fallait-il passer par une période difficile pour arriver finalement au bonheur (comme l’indique le verset) ?

Répondit le rav que c’est une NATURE que Hachem a ancré dans la Création. Le début DOIT passer par la difficulté, car c’est de cette manière que Hachem amène la berakha/bénédiction. D’abord on commence petit, et on progresse pour accéder à de grandes choses. Donc il tient à l’homme de ne pas perdre confiance ni en soi ni en son Créateur, car ainsi va la marche du monde. Le jeune marié sortit tout renforcé grâce à ces paroles, une des dernières entrevues de ce grand homme.

Et pour nous, ce sera aussi une OUVERTURE à savoir que les débuts peuvent être difficiles, mais finalement on arrivera à de grandes choses avec l’aide de D’.

Chabbat Chalom et une grande Bénédiction à tous mes lecteurs pour redémarrer la nouvelle année.            

A la semaine prochaine si D’ le veut.

David Gold, Soffer écriture Sépharade, écriture Askhénase.

Et votre magnifique feuillet se lance prochainement, si D’ le veut, à la parution d’un deuxième best-seller (la 2° année de la parution de votre feuillet préféré). Celui/Celle qui veut prendre une part dans sa parution pourra prendre contact au tél : 06 60 13 90 95 ou en Erets Tél : (00972) 055 677 87 47

Aucun commentaire

Laisser un commentaire