Alma, libérée de Gaza, est sous sédation et sous ventilation : « La Croix-Rouge a refusé de lui donner des médicaments »

0
133

Un jour après avoir été libérée de captivité par le Hamas, l’état d’Alma Avraham reste difficile et sa vie est toujours en danger.

JDN

Un jour après sa libération de captivité par le Hamas, cinquante et un jours après son enlèvement, l’état d’Alma Avraham reste difficile et sa vie est toujours en danger. Alma, 84 ans, a été transférée hier par hélicoptère depuis la frontière de Gaza vers l’hôpital Soroka, où elle est hospitalisée dans l’unité de soins intensifs généraux.

Tal Amno, la fille d’Alma, a déclaré aujourd’hui (lundi) que « nous avons attendu ma mère pendant 52 jours. C’est une femme de 84 ans. Une grand-mère. Une arrière-grand-mère. Une femme heureuse et optimiste. Elle a quitté sa maison sur une moto avec style. Elle n’était pas accompagnée d’une aide soignante. Elle se débrouillait seule à la maison. Elle cuisinait pour elle-même. Elle était indépendante. C’est vrai qu’elle a des maladies sous-jacentes. Elle a une maladie de la glande thyroïde. Elle a un maladie cardiaque. Toutes ses maladies étaient stables. Une semaine avant, nous étions tous chez elle et nous avons pu liée à tout le monde au kibboutz Na’hal Oz.

« Nous avons été heureux de voir celui qui revenait avant elle en agitant les mains et avec un sourire, peut-être forcé et peut-être authentique. Mais ma mère n’a pas eu le mérite de revenir comme ça. Elle a été négligée médicalement. C’était une négligence pendant toute la durée de son séjour.  Elle n’a pas reçu de médicaments qui pouvaient lui sauver la vie. Elle est arrivée quelques heures avant de nous dire au revoir. Je peux dire au nom de ma mère qu’elle est arrivée avec un pouls à 40 et une température de 48 degrés. Inconsciente. Elle a été abandonnée à deux reprises : une fois le 7 octobre et une seconde fois par toutes les organisations qui auraient dû la sauver et prévenir son état. Nous avons contacté tous les membres de la famille. Nous avons repris nos esprits à temps, pour organiser sa liste de médicaments. Klalit a déployé de grands efforts en notre faveur. Mon frère est venu à une réunion avec le représentant de la Croix-Rouge. Il a essayé de leur remettre les médicaments et ils lui ont dit non, nous ne pouvons pas. »

« Quelques jours plus tard, nous assistions à une manifestation devant le bâtiment de la Croix-Rouge. Encore une fois, nous avons été rejetés, encore une fois vous êtes venu avec son paquet de médicaments ? Ma mère n’aurait pas dû revenir comme ça. Je n’ai aucune idée de comment elle va gérer les journées. Je tiens à remercier tous ceux qui ont participé au traitement. Au niveau de la Fondation Santé et de la Caisse Générale d’Assurance Maladie.

« J’aurais aimé qu’ils ne parviennent pas à la vaincre. Ma mère est une femme forte. Elle ne le méritait pas. Elle ne le méritait pas. Nous montons sur scène non par dégoût ou par voyeurisme, la seule raison pour laquelle nous nous exposons est pour sauver ceux qui restent là, pour que quelqu’un fasse bouger la Croix-Rouge et les organisations de femmes. A quoi sert la Croix Rouge ? A quoi servent les organisations de femmes là-bas ? » Maman était furieuse.

Son fils Uri Ravitz a ajouté : « Maman a vécu une vie merveilleuse et elle devait encore passer de bonnes années avec nous. Elle a préparé le dîner de fête pour nous tous. Quand j’ai réalisé que notre mère avait été kidnappée, je suis allé au médias et a dit que maman est sortie en bonne condition physique mais que je sais qu’elle prend des médicaments et inaccessibles pour elle et que chaque jour qui passe joue contre elle. J’ai été deux fois à la Croix-Rouge. Je ne veux pas ajouter à ce que ma sœur a dit. Elle a dit des choses précises et douloureuses. Maman est dans une situation très difficile. Quand nous avons appris qu’elle avait été libérée, le bonheur nous a envahis. Je me suis battu avec tout le monde pour maman. Quand j’ai réalisé que le cauchemar allait à la fin, nous étions dans une sorte d’euphorie et nous ne pouvions pas croire dans quel abîme nous allions plonger.

« Nous ne les quittons pas tant que tout le monde n’est pas rentré chez soi. Il est important de mettre l’accent sur l’aide et l’assistance médicale de tous ceux qui sont là. Il est essentiel que l’aide arrive. Nous voyons comment le Hamas tente de créer une guerre psychologique comme s’il était un groupe humanitaire. Ce n’est pas le cas. Ma mère est la preuve de la cruauté insensée de cette organisation. Toutes les organisations internationales de secours doivent tout faire, Israël doit tout faire pour que l’aide soit disponible le plus rapidement possible. Chaque heure est critique. Si elle était arrivée après un autre jour – elle ne l’aurait probablement pas été parmi nous. Elle lutte pour reprendre son souffle. Elle mène un combat acharné. Nous sommes avec elle », a ajouté son fils Uri.

Le Dr Nadav Davidovitz, qui soigne Alma, a ajouté : « Nous étions en réunion avec la Croix-Rouge et leur avons demandé de faire tout leur possible pour amener les médicaments à Alma. Parce que certains sont en train de mourir. Ce que nous avons vu avec l’admission d’Alma au centre médical Soroka est une négligence criminelle. Également du point de vue médical et infirmier. Elle était indépendante et heureuse. 52 jours l’ont amenée dans un état dans lequel aucun être humain ne devrait se trouver. Des choses que moi, en tant que spécialiste de la santé publique, de la faim extrême et de l’hypothyroïdie, ne vois pas de pareil dans le monde. Le fait qu’une telle situation soit due du Hamas est un témoignage de pauvreté et de honte pour le monde. Personne ne devrait se trouver dans cette situation. »

Sur les 40 personnes enlevées lors des trois frappes, 28 sont actuellement hospitalisées, dont deux à Soroka : Alma Avraham, dans un état très grave, et Mia Regev, arrivée à l’hôpital dans un état modéré. 12 personnes enlevées libérées sont actuellement hospitalisées à l’hôpital Schneider, dont 9 enfants arrivés hier. À l’hôpital Sheba Tel Hashomer, 11 sont hospitalisés, dont 6 enfants, et à l’hôpital Wolfson, trois femmes sont hospitalisées. À l’hôpital Assaf Harofeh, 17 citoyens étrangers travaillant en Israël ont été hospitalisés.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire