Après Eurosatory, la suspension de l’accord d’association entre Israël et l’Union européenne ?

1
141

La décision d’un tribunal français d’interdire aux entreprises israéliennes d’accéder au salon d’armes d’Eurosatory marque un paroxysme dans les relations commerciales entre les deux pays.

Asaf Oni

Aucune entreprise israélienne ne sera autorisée à exposer au salon de l’armement français Eurosatory qui s’ouvrira lundi prochain près de Paris, et aucun représentant de celle-ci ou du système de sécurité israélien ne sera même autorisé à pénétrer dans les locaux de l’exposition. C’est la décision rendue par un tribunal local en France, selon un article du journal français « Le Parisien », après avoir interprété avec sévérité l’annonce faite il y a environ deux semaines par le ministère français de la Défense concernant l’interdiction de participation des entreprises israéliennes.

En outre, le tribunal a forcé l’organisateur de l’exposition à placer de grands panneaux aux entrées de l’exposition, sur lesquels il sera officiellement et clairement indiqué qu’il est interdit aux entreprises, représentants ou courtiers israéliens d’y entrer. Dans les salles, les dictateurs africains concluront des accords pour bénéficier de la protection de la France grâce à des ventes d’armes valant des milliards d’euros, les représentants iraniens ou ceux travaillant pour Téhéran se promèneront sans accroc – mais Israël sera assigné.
Il s’agit d’une baisse sans précédent dans les relations commerciales entre les deux pays, qui jusqu’à présent étaient essentiellement au-dessus des conflits politiques et des désaccords concernant le conflit israélo-palestinien. Le gouvernement français, comme l’a annoncé son ministère de la Défense le 31 mai, a en substance donné son feu vert à ceux qui croient qu’Israël commet des crimes de guerre, voire un génocide, dans son raisonnement visant à empêcher à la dernière minute la participation des 74 entreprises israéliennes. « Les conditions d’acceptation des entreprises israéliennes ne sont plus réunies, alors que le président de la République appelle à la fin des activités israéliennes à Rafah », a-t-on annoncé officiellement. Il s’agit d’une décision politique pas comme les autres, à laquelle le système juridique français a désormais ajouté une couche significative, qui fait d’Israël un lépreux.
A la chaîne de télévision « Kaan », Gili Cohen a rapporté, de sources israéliennes, qu’un appel avait été déposé contre la décision et qu’une décision finale serait prise lundi (jour de l’ouverture de l’exposition), mais de toute façon les dégâts ont été déjà été fait.
Les Français ne peuvent pas dire qu’ils ne le pensaient pas. Des responsables de l’industrie de défense ont déclaré au « Globes » que la question de savoir s’ils pourraient participer à Eurosatory était ouverte cette année, contrairement à ce qui s’était passé lors des événements passés. « Nous avons reçu des indices selon lesquels quelque chose n’était pas normal, pas comme d’habitude, lorsqu’ils nous ont soudainement demandé d’obtenir des autorisations douanières pour tout ce que nous présenterions à l’exposition », a déclaré un responsable israélien, « mais le ministère de la Défense a réussi à revenir sur cette décision. » Après cela, les entreprises israéliennes ont été surprises par l’annonce de leur boycott, qui s’étend désormais, selon la décision du tribunal, à « toute personne qui est employée ou représente des sociétés d’armement israéliennes », ainsi qu’à « toute personne pouvant agir » en tant qu’intermédiaire ou courtier pour les industries israéliennes ».

Les actions de la France nuisent plus à Israël que n’importe quelle reconnaissance d’un État palestinien

Le soutien que la décision française apporte à l’axe critique envers Israël au sein de l’Union européenne est formidable. Non seulement des pays marginaux comme l’Irlande, le Luxembourg, Malte et la Slovénie laissent entendre que la guerre israélienne inclut des crimes de guerre mais il en va de même pour la deuxième plus grande économie du continent et le moteur qui dirige l’Union européenne avec l’Allemagne. La preuve en est qu’elle en tire des conséquences commerciales dans le domaine des affaires de sécurité. Quelle que soit la véritable raison de la décision – volonté d’adresser un message clair à Israël, volonté de confier les industries de défense israéliennes à l’Europe afin de bénéficier de nouveaux domaines de production, ou volonté de faire un clin d’œil aux pays musulmans – le message clair est qu’Israël n’est pas un partenaire légitime dans le domaine de la sécurité.

En fait, la distance entre une telle position et le soutien à la suspension de l’accord d’association entre Israël et l’Union européenne – une étape auparavant considérée comme impensable – se rétrécit. L’accord exige l’engagement des deux parties envers le droit international humanitaire. L’axe propalestinien au sein de l’Union affirme qu’Israël ne s’y conforme pas. Les raisons françaises de l’interdiction de participation parlent d’elles-mêmes. C’est la raison pour laquelle les organisations propalestiniennes ont célébré la décision le dernier jour et ont déclaré par avance qu’une décision positive du tribunal « exercerait une pression continue sur les entreprises et les organisations dans toute l’Europe ».

Le ministre de la Défense Yoav Galant a évoqué hier cette crise dans les relations, lorsqu’il a attaqué avec des termes clairs – également sans précédent – l’implication française dans la tentative de règlement dans le nord. « A l’heure où l’Etat d’Israël mène la guerre la plus juste de son histoire, la France a fait preuve d’hostilité et d’inimitié à notre égard, tout en ignorant ouvertement les atrocités commises par les terroristes du Hamas contre les enfants et les femmes – simplement parce qu’ils sont juifs », a-t-il déclaré. Le ministère israélien des Affaires étrangères n’a pas tardé à démentir ces propos, et l’Elysée a également nié avoir « choisi son camp » dans la guerre actuelle.

Mais en réalité, le message français sur la guerre était au mieux confus, voire trompeur et au pire plein d’épées à double tranchant. Bien que le président français Emmanuel Macron se soit montré solidaire d’Israël après l’attaque terroriste du 7 octobre, il est rapidement passé du soutien à une coalition internationale contre le Hamas à la condamnation du « meurtre de femmes et d’enfants innocents » à Gaza. « Cela doit cesser », a déclaré Macron, le premier dirigeant occidental à appeler à un cessez-le-feu immédiat à Gaza. Après cela, la France a soutenu un certain nombre de résolutions concernant les cessez-le-feu au Conseil de sécurité, et Macron lui-même s’est prononcé contre « ce qui se passe à Gaza ». Il a promis une implication française au Liban, mais n’a pas fourni de détails sur les mesures proposées par la France pour y parvenir.

Désormais, les actions sont plus éloquentes que les déclarations. À première vue, la France reste attachée aux déclarations concernant la fin du régime du Hamas à Gaza, la libération des otages et la victoire israélienne. En pratique, les actions du gouvernement français placent l’État d’Israël hors des limites de la légitimité. Ils nuisent à l’image de l’État d’Israël plus que toute reconnaissance d’un État palestinien par la Norvège ou l’Espagne, plus que l’embargo italien sur les armes, et contrastent avec le soutien qu’Israël reçoit actuellement de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne et des États-Unis. La France entre dans le camp le plus critique d’Israël en Europe.

 www.globes.co.il

1 Commentaire

  1. Les chiens des années 40, ne font pas des chats, comment se pardonner soi même après les rafles, avoir insisté que les enfants fassent partie des convois, un jour, ils vont devoir régler des comptes avec eux-mêmes !
    Quand à ce macron et son Jean-Michel déguisé en Brigitte, de lui, plus rien ne pourra m’étonner !

Laisser un commentaire