Attaque du Hamas contre Israël : « Ils ont balancé des grenades et des roquettes », l’organisateur du festival Nova témoigne

0
119
Le 7 octobre dernier, des soldats du Hamas traversent la frontière entre la bande de Gaza et Israël pour commettre un massacre. Une attaque terroriste qui a coûté la vie à 1 139 Israéliens. Une des cibles de cette opération était le festival Nova. L’organisateur du festival a accepté de témoigner au Parisien.

Situé à environ 5 kilomètres de la frontière avec la bande de Gaza près du kibboutz de Réïm, le festival de musique techno Nova a été une des principales cibles des hommes du Hamas lors de leur attaque terroriste du 7 octobre contre Israël.

Omri Sassi, organisateur de l’évènement, a accepté de se confier au Parisien sur cette journée. Il se rappelle des moments qui précèdent le massacre : « Tout était idyllique. On était quasiment complet, il y avait 3 500 personnes réunies », explique-t-il.

Mais c’est à 6h29 que le drame débute. C’est à cette heure-là que les premières roquettes sont tirées et déferlent sur le site du festival. Le chef de la sécurité ordonne d’arrêter la fête. Omri annonce alors dans les haut-parleurs que les lieux doivent être évacués pour que les festivaliers trouvent un endroit sûr, comme dans un migunit (un abri) qui sont des abris en béton.

Alors que l’évacuation est presque achevée, des personnes appellent l’organisateur pour le prévenir que des terroristes sont dans les alentours du festival et tirent sur les participants. Ils demandent ensuite aux festivaliers de revenir sur le site : « Je pensais qu’il s’agissait de cinq ou six assaillants. J’avais 27 policiers armés sur place pour assurer le service de sécurité, je me suis dit qu’on pourrait maîtriser la situation. Je n’imaginais pas qu’ils étaient des dizaines. »

Ils ont « commencé à tirer partout et sur tout le monde »

Alors qu’ils pensaient trouver refuge sur place, les nombreux terroristes lourdement armés tuent les policiers et atteignent le site. « J’ai vu trois pick-up arriver avec une dizaine de terroristes à l’arrière de chacun. Ils ont sauté des véhicules puis commencé à tirer partout et sur tout le monde. », décrit-il au Parisien.

Omri et deux de ses amis prennent la fuite en voiture à travers le désert. Ils vivent une véritable course-poursuite : « Où qu’on aille, il y avait des terroristes ». Un de ses amis, touché à plusieurs reprises, décédera sur place tandis qu’Omri et son associé se réfugieront dans un bosquet jusqu’à la fin de l’attaque.
À présent, Omri souhaite venir en aide aux survivants du festival Nova. Il a organisé une exposition « Nova 6.29 » qui recrée le festival à Tel-Aviv pour rendre hommage aux victimes. Il a également tenu un centre d’accueil pour les personnes traumatisées. Début janvier, Omri est remonté sur scène pour la première fois lors d’un festival au brésil, arborant un t-shirt avec les noms de toutes les victimes.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire