Comment une petite flamme a-t-elle réchauffé de nombreux cœurs ?

0
35

Le joyau dans son écrin

Comment une petite flamme a-t-elle réchauffé de nombreux cœurs ?

וקבעו שמונת ימי חנוכה אלו !

Fait partie des enseignements du rav Acher Kowalski chlita

Ces huit jours de ‘Hanouka ont été fixés !

Le sucre glace blanc posé sur les délicieux beignets se mêle harmonieusement à la confiture rose qui en déborde, donnant le premier signal annonçant la fête de ‘Hanouka. Des Juifs animés de crainte du Ciel cherchent de la belle huile d’olive pour allumer des lumières dans une jolie Ménora de ‘Hanouka en argent. ‘Hanouka est là !

Les enfants entonnent des chants sur les Grecs, les parents prévoient des soirées familiales autour des bougies, et les serviteurs de Hachem se rassemblent pour une étude sur la sainteté de ‘Hanouka dans l’ouvrage Kédouchat Lévi. Ce sont une partie des préparatifs en vue de cette période déterminante, où nous nous tenons devant les bougies de ‘Hanouka. Nous allumons une étincelle qui se transformera en une flamme qui brûle toute seule…

Nous nous tiendrons bientôt devant les bougies de ‘Hanouka et d’une voix emplie d’émotion, réciterons la bénédiction sur l’allumage des bougies, sur les miracles opérés pour nos ancêtres et sur le mérite d’avoir vécu jusqu’à ce jour. Tentons de comprendre la signification de ces lumières. Quel est le secret de ces lumières de ‘Hanouka ? Pourquoi les Juifs, à toutes les époques, se sont-ils sacrifiés pour allumer ces petites flammes ? Quel est le message des bougies de ‘Hanouka pour notre vie, pour nos enfants ?!

Afin de répondre à ces questions, consultons les propos de la Guémara dans le traité Chabbath, qui traite des Halakhotי de ‘Hanouka et du récit du miracle de ‘Hanouka. Le langage de la Guקmara y est inhabituel : la Guקmara commence par une question : qu’est-ce que ‘Hanouka ? Or, au lieu de répondre par un récit sur la période de ‘Hanouka, la Guקmara répond qu’il est interdit de prononcer des Hespédim (oraisons funèbres) et de jeûner en ces jours, et uniquement dans un deuxième temps, décrit-elle le miracle de ‘Hanouka. Pourquoi commencer par cette Halakha stipulant qu’il est interdit de prononcer des oraisons funèbres et de s’attrister avant de mentionner le miracle ?!

Or, nous découvrons dans les Halakhotי du Rambam que sa démarche est inverse : en général, le Rambam ne traite que des Halakhotי pratiques. Or, pour les lois de ‘Hanouka, il commence par une longue description détaillée du récit du miracle de la guerre et de la fiole d’huile. C’est uniquement par la suite qu’il mentionne les Halakhotי de ‘Hanouka. Pourquoi le Rambam modifie-t-il son habitude et décrit-il le miracle de ‘Hanouka avant de traiter des lois ?!

Si nous résumons ces questions, il nous faut déterminer : qu’est-ce que ‘Hanouka ?  Quelle est l’essence de ces jours ? Quelle est la leçon que nous pouvons en tirer ? L’essentiel est-il de ne pas réciter de Hesped ni de nous attrister ou bien le prodigieux miracle qui se déroula pendant la guerre, alors que de nombreux héros chutèrent aux mains d’un petit nombre d’hommes faibles, ou bien encore le miracle de la fiole d’huile ? La partie déterminante est-elle le récit du miracle ou l’allumage des bougies ? Quelle est l’idée centrale de cette fête ?!

Nous découvrons l’essence de ‘Hanouka : ‘Hanouka est une station de rechargement annuel, l’idée que la situation n’est jamais perdue, qu’il ne faut pas s’accrocher aux événements tristes du passé ni baisser les bras face à l’avenir. Quelles que soient les données à notre disposition, un Juif ne baisse pas les bras et n’est pas prêt à se soumettre. Les difficultés sont des difficultés, les défis peuvent être importants, mais ‘Hanouka nous enseigne à ne pas nous tourmenter dans une situation, à ne pas désespérer, mais à nous relever et à nous encourager.  

De ce fait, le Rambam ne peut commencer à énumérer les lois de ‘Hanouka avant d’avoir décrit l’essence du miracle, le moment où les ‘Hachmonaïm aperçurent des bataillons de Grecs les attaquer, mais ils ne baissèrent pas les bras, ne se noyèrent pas dans la tristesse et ne se découragèrent pas. Ainsi, lorsque nos Maîtres commencent à traiter de l’essence de ‘Hanouka, ils donnent une réponse brève et précise : éviter les Hespedim et la tristesse sur le passé, mais se lever et agir, saisir l’objectif suivant avec des forces surnaturelles !

Le message de ‘Hanouka est percutant : le passé n’est plus ! Cher Juif, libère-toi des pensées de désespoir, ne considère pas avec tristesse tes échecs du passé et n’en tire aucune conclusion sur le futur. L’avenir s’offre à toi, saisis-le à pleines mains, sans prendre en compte les données qui semblent t’indiquer que tes chances sont nulles, renforce-toi face à toute obscurité épaisse, éclaire l’étincelle de lumière dans tes yeux, Celui qui a opéré des miracles en faveur de nos ancêtres à cette époque, est également à tes côtés aujourd’hui !

Le רav et auteur du Chem Michemouël explique qu’à ‘Hanouka, l’homme a la faculté d’élargir son accès à la sainteté, et obtenir plus que ce dont il est digne ! En effet, ‘Hanouka nous livre un enseignement pour toute l’année : les douloureux échecs, les circonstances qui nous ont fait chuter, l’absence de forces pour lutter, tout ceci appartient au passé ! Nos yeux sont tournés vers l’avenir, l’étincelle brille dans nos yeux tournés vers l’avenir !

Tel est le message de ‘Hanouka, et pour la Mitsva des lumières de ‘Hanouka au fil des époques, et dans toutes les circonstances, des Juifs se sont sacrifiés. Ils ont en effet compris leur sens : dans chaque situation, les Juifs n’observent pas les difficultés et les échecs du passé, mais leur regard est tourné vers l’avenir, déterminés à se battre en sa faveur !

Nous aussi, lorsque nous serons réunis avec la famille en face des bougies, mentionnons ce sujet capital, ancrons-le dans nos esprits et dans celui de nos enfants ! Chers frères ! Nous sommes juifs, à l’instar des ‘Hachmonaïm ! Nous ne cédons pas face aux difficultés et ne sommes pas brisés devant les échecs, nous sommes déterminés à nous battre pour l’avenir, à tout faire pour nous élever et nous rapprocher de notre Père, qui fera pour nous des miracles et des prodiges,  comme Il l’a fait pour nos ancêtres !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire