Décès de Mme Judith Hemmendinger ע »ה

0
164

Mme Yehudit Hemmendinger, écrivain, avocate et récipiendaire de la Légion d’honneur, est décédée. Yoël Katan a rappelé sa conduite après la Shoah : « Avec un talent naturel et presque aucune formation préalable, elle a réussi à transformer un groupe de jeunes vulnérables en personnes à succès, parmi lesquelles le Grand rabbin Israël Meir Lau, le Rabbi d’Ungvar, le rav Menaché Klein, son gendre, l’écrivain prix Nobel Elie Wiesel, et bien d’autres. »

Illustration : l’ouvrage-clé de Mme Hemmendinger sur les enfants de Buchenwald

Mme Yehudit Hemmendinger, écrivain, avocate et récipiendaire de la Légion d’honneur, est décédée. Elle a dirigé l’orphelinat juif pour les survivants du camp de concentration de Buchenwald en France.

Elle était fille de Philippe Feist (né en 1890, à Francfort-sur-le-Main, Allemagne – décédé en 1943, Auschwitz, Pologne), ingénieur français d’origine allemande, membre de la résistance juive en France. Il étudie à Paris le Talmud avec Mr Chouchani (dans le métro, dit-on, pour avoir chaud). Il travaille dans une maison d’enfants, durant la guerre, avec le rav Schneour Zalman Schneersohn, puis il est déporté et assassiné à Auschwitz. Outre Mme Hemmendinger, une autre fille s’est mariée avec Moché Katan (Paul Klein). Marc Breuer était un neveu à lui.

Elle a rencontré son futur mari, Claude Hemmendinger, pendant la guerre, quand elle était à Taluyers. Il est né le 7 avril 1923 à Strasbourg, le fils de Fernand et Alice Hemmendinger. Il a une sœur, Janine, né en 1928. Avant la Seconde Guerre mondiale, Claude Hemmendinger étudie à l’école supérieure de commerce de Montpellier. En 1942, il arrive à Taluyers, ayant choisi le nom de Claude Hamelin (il conserve la première lettre de son prénom et de son nom, CH) et y reste jusqu’en avril 1944. De ce couple vont naitre trois enfants, dont rav Yehochoua’ Hemmendinger (Guy), co-fondateur de la Yechivath Rachi et du journal Kountrass, puis enseignant à la Yechivath Yechou’oth Yossef, du rav Ron Cha’ya.

Yoël Katan, son neveu, raconte : « Tante Yehudit était la petite sœur de ma mère, feu Shoulamit Katan. Un an les séparait et elles étaient très proches l’un de l’autre. Feu la tante et l’oncle Claude שיח’, âgés de 102 ans et malheureusement en mauvaise santé, ont immigré en Israël avec la création de l’État et ont rejoint le kibboutz Sdé Eliyahou dans la vallée du Jourdain, mais suite au décès du père de Claude, ils ont dû rentrer en France », a déclaré son neveu, le rabbin Yoël Katan, lors d’une conversation avec Arutz 7.

Selon lui, « ils ont vécu une vingtaine d’années à Strasbourg et y ont été très actifs au sein de la communauté juive, et après la guerre des Six Jours, ils sont retournés en Israël et se sont installés à Jérusalem. La tante, qui a longtemps été assistante sociale, a été nommée travailleur social en chef des douanes et s’est occupé avec dévouement des travailleurs, en mettant l’accent sur les survivants de la Shoah parmi eux. »

Il a ajouté et a déclaré qu’« après sa retraite, elle a suivi un cours de guide touristique et a travaillé pendant des décennies comme guide touristique pour des groupes de touristes du monde entier, et sa maîtrise complète de sa langue maternelle, l’allemand, ainsi que le français et l’anglais, en plus de l’hébreu bien sûr, l’a beaucoup aidée. Elle a continué son activité de guide touristique même après l’âge de quatre-vingt-dix ans, lorsqu’elle battait en abondance les groupes guidés par le judaïsme et le sionisme. Elle écrivait une lettre hebdomadaire en français aux membres de sa famille et à ses amis, dans lequel elle décrit avec brio, en couleurs naturelles, ses actions et ses pensées, lorsque chaque événement qui semble petit et insignifiant se transforme à ses yeux et aux yeux des lecteurs en une histoire fascinante et émouvante, avec un talent incomparable. Elle voyait tout d’un bon œil, notamment le développement de Jérusalem, qu’elle aimait d’une manière particulière. »

Le rabbin Katan a développé cet autre aspect de sa vie, la mission de préserver la mémoire de la Shoah. « Cependant, sa tâche principale dans la vie était de préserver la mémoire de la Shoah – les années pendant et après la Shoah, où, adolescente et jeune femme, elle s’occupait avec un succès particulier des enfants et des familles sortant des camps de concentration, ont également été à ses yeux les années les plus spéciales de sa vie, et elle a écrit et donné des conférences sur ses « enfants », les « enfants de Buchenwald », dans des forums différents en Israël et dans le monde.

« Elle a réussi, avec un talent naturel et presque sans formation préalable, à transformer un groupe de jeunes blessés, grincheux, méfiants et amers en des jeunes sains et prospères, y compris ceux qui ont parcouru un long chemin, grâce à elle – par exemple le Grand rabbin Israël Meir Lau chelita, le Rabbi d’Ungvar, le rav Menaché Klein zatzal, auteur du Michné Halakhoth, l’auteur du prix Nobel Elie Wiesel et bien d’autres encore. Une femme spéciale, qui a eu le privilège de laisser derrière elle cinq générations qui construisent leur vie ici en Terre d’Israël dans l’esprit de la Tora », a conclu le rabbin Katan.

Le rabbin Hagi Lundin, chef de la Yechiva de ‘Holon et marié à Efrat, sa petite-fille, raconte sur Channel 7 l’histoire d’une femme pleine de joie et de vigueur jusqu’à ce qu’elle perde conscience. « Chaque fois que nous parlions d’une grand-mère juive, nous riions ; elle était l’incarnation du psaume d’une femme de valeur : « Force et majesté vêtues et jouées pour le dernier jour ». C’était tout simplement incroyable de voir une femme qui a traversé tant de choses, et d’une certaine manière, elle est l’histoire de la renaissance de cette nation, continuant jusqu’au moment où cette dernière est active et énergique : elle est engagée dans des visites guidées, a une vie sociale animée, étudie et est constamment instruite, a organisé les voyages en famille et bien plus encore. Elle et ses contemporains sont pour moi le symbole que le peuple d’Israël qui surmonte tout. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire