Décès du rav Eliyahou Pérets zal

0
476

Durant la fête de Pessa’h est décédé l’un des rabbanim francophones, disciple de Novardok, le rav Eliyahou Pérets, à l’âge de 91 ans.

Il est né à Marakech en 1933. Il n’avait que quatre mois quand sa mère est décédée, et 7 ans quand ce fut le tour de son père. Ses sœurs assurèrent l’entretien de la famille, qui vécut dans une pauvreté terrible, quand même leur jeune frère devait chercher à compléter les pauvres parts de nourriture de la famille. A l’âge de 14 ans, il fut invité par le rav Moché Ibguy à venir étudier la Tora à la Yechiva de Novardok à Fublaines. Là, il fut très proche du fondateur de cette institution, le rav Guershon Liebmann. Il s’adonna avec assiduité à l’étude de la Tora, et bien rapidement en vint à apporter aux autres jeunes aide et soutien dans leur étude.

Depuis son jeune âge, le rav Pérets fut remarquable dans son application des mitsvoth et dans le respect de la Halakha, dans tous les domaines. Il était en particulier inquiet de la qualité de la viande que la Yechiva pouvait accorder à ses jeunes, et il entreprit d’apprendre la Che’hita lui-même, auprès du rav Avraham David Horovitz zatsal de Strasbourg, afin d’assurer à tout le monde de la viande d’une cacherouth irréprochable.

Il se maria avec une jeune algéroise de la famille Anoufa, et le couple s’installa à proximité de la Yechiva et de rabbénou Guershon. Les jeunes de l’institution profitèrent de la présence de ce couple, et étaient souvent invités chez eux le Chabbath.

Même une fois que la Yechiva passa à Armentières, il resta proche d’elle, bien qu’il habitait ailleurs. Il a eu onze enfants, qu’il a éduqués de manière totalement orthodoxe, profitant d’une structure érigée par le rav Chalom Assoulin zal, avant de les envoyer dans les Yechivoth telles que celle de Gateshead ou d’Erets Israël. Cherchant à renforcer l’éducation des enfants qu’il ne pouvait pas encore envoyer ailleurs, il déménagea au Raincy auprès de rabbi Ya’akov Tolédano zatsal, en 1980. Il resta 40 ans dans cette ville, et y fut accueilli avec un grand respect. Il s’y conduisait avec discrétion, mais son influence fut très forte.

Voici cinq ans il décida de se rendre en Erets Israël, et s’installa à Bayith Végan, à Jérusalem. Il perdit à cette période deux gendres, le rav Yo’hanan Arié Elgrabli et le rav Yits’hak O’hana zal, deuil qu’il prit avec retenue.

Après le soir du Séder de cette année, il décéda, et il fut enterré après la première fête au cimetière du Har haMenou’hoth. Tous ses enfants suivent sa voie, et font partie de grandes communautés juives d’Erets Israël, voire dirigent des institutions de Tora.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire