« Je dois 100 shékels » dit le frère défunt du rav Grossman !

0
2794

Vu sur le site Hitdabroot

Le rav Yits’hak David Grossman, fondateur des institutions de Migdal ha’Emek, à côté d’Afoula et de Nazaret, porte actuellement le deuil sur son frère, décédé sans s’être marié.

Ce dimanche, s’est passée une histoire remarquable. Cela a commencé quand son beau-frère, le rav Naftali Nussbaum, lui a annoncé qu’il voulait venir lui rendre une visite de condoléances, mais le rav Yits’hak David l’a éconduit : le rav Nussbaum est une personnalité connue, qui donne un grand nombre de cours au courant de la journée, et qui siège dans diverses institutions rabbaniques, de sorte que son déplacement jusqu’à Migdal ha’Emek devait l’amener sans doute aucun à supprimer l’un ou l’autre de ses cours. « Je serai heureux que tu ne viennes pas, et qu’à la place tu maintiennes tes cours », lui a dit le rav Grossman.

A sa grande surprise, le rav Nussbaum est abordé à la fin de l’un de ces cours par une personne, lui disant qu’elle doit absolument se mettre en contact avec le rav Grossman, sans savoir comment s’y prendre. « C’est mon beau-frère, que voulez-vous de lui ? »

Cette personne lui raconta une histoire exceptionnelle : il a assisté ce jour-là à une cours du rav Yits’hak Hadaya, de la Yechivath haChalom, lequel a raconté qu’une personne du nom de Yossef Grossman lui est apparu en rêve, lui racontant devoir quelques 100 shékels à un certain David O’hayon, raison pour laquelle il est bloqué dans sa montée dans les hauts domaines d’après la vie…

Le rav Hadaya ne connaissait pas cette personne, mais il demanda à son auditoire de tenter de l’aider à comprendre ce message;

Le rav Nussbaum téléphona de suite à son épouse, qui lui trouva facilement les coordonnées de ce David O’hayon. « Juste, répondit-il non sans cacher sa surprise, j’ai donné à deux reprises de l’argent à Yossef, mais à chaque fois j’ai précisé que c’était sans attendre qu’il me les rende ».

La conversation s’arrêta là, mais David téléphona à nouveau au rav Nussbaum : « Mon épouse m’a rappelé que la dernière semaine, juste avant son décès, il m’a demandé un prêt, que je lui ai accordé, et lui ai demandé de me le rendre ». Combien ? 100 shékels…

Il ajouta : « Je dispense de manière absolue Yossef fils de Gouta Perl de me rendre cet argent! » Mais le rav Yits’hak David Grossman tint à le lui rendre, afin que l’âme de son frère retrouve la paix…

Juste 100 shékels…

Aucun commentaire

Laisser un commentaire