Gaza: le Jihad islamique publie une vidéo d’un otage israélien vivant

0
82

Lena, Irina et Sapir ont été libérés après 54 jours de captivité, mais Sasha reste détenue dans la bande de Gaza. La famille Troufanov a immigré de Russie en Israël il y a environ 25 ans et s’est installée à Nir Oz.

Par Noam Dvir et Erez Linn

Le groupe terroriste Jihad islamique palestinien a publié mardi une vidéo montrant Sasha Troufanov, un employé d’Amazon de 28 ans qui a été enlevé en octobre avec sa mère Lena, sa grand-mère Irina et sa petite amie Sapir chez eux au kibboutz Nir Oz, dans le sud d’Israël. Israël Hayom a décidé de ne pas partager les images. Lena, Irina et Sapir ont été libérés après 54 jours de captivité, mais Sasha reste détenue dans la bande de Gaza. La famille Troufanov a immigré de Russie en Israël il y a environ 25 ans et s’est installée à Nir Oz. Sasha, leur unique enfant, a déménagé à Ramat Gan avec sa petite amie Sapir. Le 7 octobre, le couple rendait visite à sa famille lorsqu’ils ont été enlevés à Gaza.

N’ayant aucun parent proche en Israël avec lequel partager leur histoire, les amis de Sasha ont pris l’initiative de plaider en faveur de sa libération. Son père, Vitaly, a été tué il y a des années. Cette vidéo constitue la dernière tactique de guerre psychologique utilisée par les terroristes depuis le début du dernier conflit. Au cours du week-end, le Hamas a faussement affirmé avoir attiré des soldats dans un tunnel pour les capturer.

L’investisseur milliardaire Bill Ackman a récemment défendu Amazon après que le géant de la technologie ait été critiqué pour ne pas avoir évoqué publiquement l’enlèvement d’un de ses employés israéliens par des terroristes du Hamas à Gaza. Alors que les employés d’Amazon en Israël ont organisé des événements de solidarité pour Troufanov et ont exprimé leur frustration face au silence de la direction, Ackman a expliqué sur les réseaux sociaux que l’entreprise pensait probablement que faire des déclarations publiques serait « préjudiciable plutôt qu’utile » aux efforts visant à obtenir sa libération. Ackman, qualifiant Amazon de « responsable et éthique », a suggéré que l’entreprise avait choisi de ne pas discuter ouvertement de la situation des otages, estimant que cela pourrait avoir un impact négatif sur les négociations sensibles.
JForum.fr avec www.israelhayom.com

Aucun commentaire

Laisser un commentaire