Israël: L’opposition s’unit pour tenter de renverser le gouvernement

0
65

Les tensions politiques s’intensifient en Israël, où l’opposition unie semble désormais déterminée à faire tomber le gouvernement de Benjamin Netanyahou. Yair Lapid, Avigdor Lieberman et Gideon Saar, chefs de partis centristes et de droite, ont annoncé une réunion mercredi pour « coordonner » leurs efforts en ce sens.

Lors d’une réunion de son parti Israël Beitenou, Lieberman a lancé un appel du pied au ministre de la Défense Benny Gantz, l’exhortant à les rejoindre. « Nous trouverons un terrain d’entente pour renverser ce gouvernement et en établir un autre », a-t-il assuré.

L’opposition accuse Netanyahou de mauvaise gestion des crises sécuritaires et économiques que traverse le pays. « Vous êtes un Premier ministre illégitime, le nord est abandonné, meurtri et détruit. Vous ne pouvez pas rester à ce poste », a lancé Lapid à Netanyahou devant la Knesset.

Au cœur des critiques, le projet de loi sur le service militaire des ‘Harédim, que le gouvernement cherche à faire adopter par « continuité législative ». Une manœuvre vivement dénoncée par l’opposition qui juge ce texte obsolète au regard des défis actuels.

« Cette loi de fraude ignore l’échec sécuritaire du 7 octobre et le fardeau croissant sur la classe moyenne au service », dénonce le parti de Lapid. Le gouvernement est également accusé d’instrumentaliser ce dossier sensible à des fins politiciennes.

Face à cette fronde désunie, Netanyahou se retrouve sous la menace d’une motion de censure potentiellement destructrice pour sa fragile coalition. L’opposition semble déterminée à grossir ses rangs pour faire tomber un exécutif qu’elle juge indigne et inapte à gouverner.

Cette crise révèle les profonds clivages politiques en Israël et la difficulté à former des majorités stables. Dans ce contexte tendu, l’unité affichée par l’opposition pourrait bien déboucher sur d’inévitables élections anticipées.

Encore une fois, ces opposants n’ont qu’un projet : faire tomber Netanyahou qui remonte pourtant dans les sondages d’opinion. Aucun projet solide ni alternative crédible au gouvernement actuel n’est présenté. Il ne faut pas oublier que c’est à la suite de la démission d’Avigdor Lieberman en 2018, alors ministre de la Défense, au lendemain d’un accord de cessez-le-feu avec les groupes palestiniens à Gaza, qu’il a fallu organiser des élections. Celles-ci n’ont pas permis de dégager une majorité claire, menant à la situation actuelle où Netanyahou gouverne avec des partis aux extrêmes.

Il est déplorable de voir resurgir ces querelles politiciennes alors que le pays est en guerre. Décidément, les hommes politiques en Israël ne semblent pas à la hauteur de leurs missions. Plutôt que de se déchirer, ils devraient faire preuve d’unité nationale pour répondre aux défis sécuritaires et protéger les citoyens israéliens. Ces manœuvres oppositionnelles motivées par des intérêts partisans desservent l’intérêt supérieur de l’État hébreu.

Jforum.fr

Aucun commentaire

Laisser un commentaire