« Gaza ressemble plus à des ruines qu’à une ville », écrit un journaliste du Washington Post suite à sa visite à Shifa

0
84

L’armée israélienne a autorisé les journalistes étrangers à visiter l’hôpital Shifa, devenu la base terroriste du Hamas dans la région. Quelques heures avant le retrait des forces de Tsahal du complexe, les journalistes étrangers sont arrivés pour constater de près la destruction massive du bastion du Hamas et du quartier général terroriste de la ville de Gaza.

JDN

Les forces de Tsahal se sont retirées ce matin de l’hôpital Shifa dans la ville de Gaza. Quelques heures avant le départ des forces, Tsahal a autorisé un certain nombre de journalistes étrangers à atteindre les lieux. Les journalistes du Washington Post arrivés à l’hôpital décrivent des scènes de grande destruction à chaque coin de rue.

Les journalistes étaient autorisés à photographier à leur guise sous n’importe quel angle et sans censure, le journaliste du Washington Post décrit la sensation ressentie dès qu’il est descendu du véhicule blindé qui les a amenés dans la cour de l’hôpital : « Nous sommes arrivés dans la cour de l’hôpital en véhicule blindé. Nous avons vu beaucoup de véhicules sans fenêtres ; lorsque nous sommes partis, la première chose que nous avons vue était beaucoup de sable. On peut dire que la ville de Gaza est désormais plus une ruine qu’une ville. L’atmosphère sur place était incroyablement calme et soudain nous avons entendu des tirs d’armes légères. »

Selon la description du journaliste, l’ensemble du complexe sent la pourriture à cause des corps des terroristes tués sur place, le porte-parole de Tsahal qui a accompagné la tournée a déclaré que le nombre exact de ceux qui ont été tués n’est pas encore connu. Les journalistes ont reçu l’ordre de se déplacer rapidement à travers l’ensemble de bâtiments au motif qu’il pourrait y avoir encore des tireurs d’élite palestiniens dans la zone.

Les combattants ont qualifié les combats avec les membres du Hamas de « désespérés et surprenants », les terroristes se barricadant entre autres dans les cages d’ascenseur, les salles d’opération et les salles d’hôpital. Ainsi, selon le rapport, un certain nombre de terroristes sont morts sur place, sans confrontation avec les soldats de Tsahal, et ce à la suite de grenades qui ont explosé dans leurs mains.

Environ cent quarante Palestiniens y sont restés, y compris le personnel médical et les patients qui n’ont pas encore été évacués, selon le journaliste qui se trouvait à l’hôpital, l’endroit ne ressemblait pas à un endroit ayant subi des combats ciblés, mais plutôt à un lieu destiné à faire la guerre dans une zone bâtie.

La raison de l’arrivée des terroristes à l’hôpital après le raid de Tsahal sur place au début de la guerre, selon un officier de la 13ème Flotte, est le fait que les terroristes y ont trouvé un abri contre les attaques, de la nourriture, de l’eau, de l’électricité et une connexion au réseau Internet.

Ce soir, le porte-parole de Tsahal a évoqué la fin de l’opération à Shifaa et a déclaré : « Au terme d’une activité opérationnelle et intense, Tsahal et le Shin Bet ont achevé aujourd’hui l’opération ciblée à l’hôpital de Shifaa. Au cours de l’opération, nous avons tué plus de 200 terroristes dans et autour de l’enceinte. »

Selon Hagari, Tsahal a arrêté plus de 900 suspects de terrorisme qui se sont rendus à nos forces, dont plus de 500 appartiennent certainement au Hamas et au Djiad Islamique, parmi lesquels de hauts responsables, des centres de connaissances et des militants. « De leurs enquêtes, des renseignements importants émergent dans de nombreux domaines qui seront utilisés par nous pour d’autres opérations. Au cours de l’opération militaire, nos forces ont fouillé le bâtiment de l’hôpital et ont rencontré des tirs et des terroristes qui se sont barricadés dans l’hôpital et ont tiré sur nos forces. »

Le porte-parole de Tsahal a accusé le Hamas d’avoir détruit l’hôpital : « Le Hamas a détruit l’hôpital Shifa. Après qu’il l’ait transformé en quartier général militaire, l’hôpital comptait plus de terroristes que de patients ou de personnel médical. Il n’y avait qu’environ 300 médecins et personnels médicaux. Nos forces, pendant l’opération, ont été extrêmement attentifs à ne blesser aucun patient, aucun membre du personnel médical, aucun civil. Ils ont tous été évacués en toute sécurité, à l’exception des patients restés dans l’enceinte, et recevront du matériel médical, de la nourriture, de l’eau et bien plus encore. Nous continuerons d’agir partout où il y aura une activité terroriste à Gaza, aucun endroit ne sera à l’abri. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire