Il n’y a pas de solution à la guerre sans Rafah – et il n’y a pas de solution à Rafah sans solution pour les habitants de Gaza

0
35

Commentaire | Il n’y a pas de solution à la guerre sans Rafah – et il n’y a pas de solution à Rafah sans solution pour les habitants de Gaza.

Le chantier actuel va se compliquer à mesure que les brigades de Tsahal se rapprochent de Rafah et de l’axe de Philadelphie

Israël Défense – Dan Arkin

Il existe des colonies bédouines dans le Néguev qui sont définies comme des colonies « non reconnues », « non définies », « non déclarées ». La bande de Gaza est une vaste colonie non déclarée et non définie, où vivent plus de deux millions de personnes, qui sont également très proches de la définition de « non reconnue », « non définie » et même « indésirable ».

Deux millions de personnes dont pratiquement personne au monde ne veut. Un phénomène unique. La bande de Gaza a deux voisins, Israël et l’Égypte. Israël mène actuellement une guerre acharnée contre le Hamas, une organisation terroriste qui s’est emparée des habitants de la bande de Gaza.

Le voisin de l’ouest, l’Égypte, ne montre aucun signe d’inquiétude et d’intérêt pour le sort des deux millions d’habitants de la bande de Gaza, l’essentiel étant qu’ils ne se déplacent pas vers le Sinaï et l’Égypte. Il n’y a presque plus de chrétiens dans la bande de Gaza, les Juifs sont partis depuis longtemps, il ne reste que des gens qui se définissent comme des Palestiniens arabes musulmans.

Apparemment, ils sont frères de leurs voisins de l’ouest, le peuple égyptien arabo-musulman. Mais il s’est abstenu de parler de « frères », car les Frères musulmans sont l’ennemi du régime égyptien.

Ce qui se passe actuellement dans la bande de Gaza est le résultat de décennies au cours desquelles le présent et l’avenir de la bande de Gaza et de ses habitants n’ont trouvé aucune solution d’appartenance et d’identité.

La guerre à Rafah

L’Égypte et Israël ont évité une solution pour les habitants de la bande de Gaza, jusqu’à ce que des organisations terroristes, dirigées par le Hamas et le Jihad, en prennent le contrôle, et nous en avons vu les résultats le 7 octobre. Aujourd’hui, Tsahal et le gouvernement sont confrontés à une grave erreur dans la bande de Gaza, à laquelle il n’y a aucune issue.

Le Premier ministre et le ministre de la Défense sont déterminés à poursuivre la guerre jusqu’au bout, jusqu’à l’éradication du Hamas. Cent jours après le début de la guerre, le général de division à la retraite Tamir Hyman, ancien chef des Forces de défense israéliennes, a écrit dans un document de l’INSS qu’une décision dans la bande de Gaza ne serait pas prise sans une action à Rafah et la prise de l’axe de Philadelphie. Beaucoup en rés. et retraités.

Cependant, après avoir traversé Rafah et avec l’axe de Philadelphie, la frontière est avec l’Égypte, qui exprime ces jours-ci des craintes presque hystériques que des millions de Palestiniens de la bande de Gaza « affluent » vers le Sinaï et l’Égypte. L’hypothèse est que les Égyptiens ne permettront pas que’elle se produise.

Des menaces ont été publiées dans les journaux égyptiens selon lesquelles les relations égypto-israéliennes pourraient être endommagées si Israël autorisait le passage de millions de Gazaouis vers le Sinaï et l’Égypte. Les Gazaouis vont-ils s’installer dans le Sinaï ? De quoi vont-ils vivre ? Il n’y a pas d’industrie, d’agriculture ou de tourisme dans le Sinaï. Il n’y a qu’un désert et, au-delà, l’Égypte, où le gouvernement doit nourrir près de cent millions de bouches.

Où y a-t-il des emplois pour les habitants de Gaza ? en Israël. Dans un passé pas si lointain, c’était une source de travail et de moyens de subsistance pour des centaines de milliers d’habitants de la bande de Gaza. A partir du 7 octobre, le monde a changé. Le Hamas contrôlait les listes des Gazaouis partis travailler en Israël, et certains d’entre eux ont coopéré avec le Hamas et ont apporté des photographies et des cartes des colonies israéliennes de l’autre côté de la frontière, en préparation pour le 7 octobre. Il est impossible de voir à l’horizon des milliers de Gazaouis retourner travailler en Israël.

L’intrigue devient de plus en plus compliquée à mesure que Tsahal s’approche de Rafah et que l’axe de Philadelphie possède un monde souterrain long et complexe. C’est peut-être là que sont détenus les otages. Peut-être que c’est là que se cachent les dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza par Sinwar. L’idée cauchemardesque est que les otages lui servent peut-être de ceinture de protection. Les manœuvres des divisions sont plus complexes dans la région de Rafah et dans l’axe de Philadelphie que dans le nord de la bande de Gaza.

L’axe Philadelphie est bien connu. Nous étions là et nous sommes partis. À environ 14 km de la mer Méditerranée jusqu’à Kerem Shalom. Une immense route de contrebande d’Amalah, de matériaux de construction et de carburant du Sinaï et d’Égypte vers les villes de la bande de Gaza, y compris des équipements pour l’exploitation de centaines de kilomètres de tunnels. L’Égypte nie avoir fermé les yeux sur l’énorme volume de contrebande. Amanam a agi avec sérieux contre la contrebande qui a armé le Hamas jusqu’au cou.

Après le 7 octobre, il est permis de se demander : où en étions-nous ? L’ampleur de la contrebande d’armes, de munitions et d’équipements de combat était bien connue des FDI et d’Israël.

Pendant des années, des explosifs, des QAM, des missiles et divers types d’armes ont été lancés dans les colonies israéliennes, dont certains sont produits localement et d’autres ont été introduits clandestinement depuis l’Égypte vers la bande de Gaza. Qu’ont fait les gouvernements israéliens pour empêcher le passage de Tsahal vers Israël, provenant des territoires d’un pays avec lequel Israël a conclu un accord de paix. Questions à la commission d’enquête d’État à venir.

L’armée israélienne a contrôlé la route jusqu’en 2005, date à laquelle un accord a été signé entre Israël et l’Égypte pour régler la situation et déployer 750 gardes-frontières égyptiens pour empêcher les infiltrations et la contrebande et lutter contre le terrorisme.

Les Égyptiens ont combattu avec force et détermination, et avec succès, contre le terrorisme de l’Etat islamique dans le Sinaï, également avec l’aide d’Israël, mais n’ont pas empêché le passage d’armes terroristes à grande échelle dans la bande de Gaza. En 2007, le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza, et le reste appartient à l’histoire.

Le complot actuel deviendra plus compliqué à mesure que les brigades de Tsahal se rapprocheront de Rafah et de l’axe de Philadelphie. Comment l’Égypte réagira-t-elle, peut-être tacitement, qui permettra à Tsahal de secourir ? les personnes enlevées.

Intervention américaine

Peut-être avec une intervention américaine. Et qu’en est-il du but de la guerre, c’est l’élimination du Hamas et de ses dirigeants ? Ce sont autant de questions poignantes auxquelles le public israélien attend avec impatience des réponses, et en particulier les familles des personnes enlevées. Ils n’ont pas le temps, car le temps des kidnappés est précieux et s’épuise. Ils ne pourront pas attendre des mois. Leurs vies sont en danger.

Aujourd’hui, il ne fait aucun doute que la majorité de l’opinion publique israélienne soutient la présentation des objectifs de la guerre, la libération des personnes enlevées étant en tête de liste. Objectif de guerre numéro un, car les personnes enlevées ne peuvent pas attendre et l’appel de leurs familles « maintenant » est tout à fait juste.

Même si les personnes enlevées rentrent en paix en Israël, si la guerre des « Épées de fer » se termine avec succès et si les dirigeants du Hamas sont éliminés, le problème de la bande de Gaza et de ses habitants est loin d’être résolu. Ne pas parvenir à une solution ne fera que perpétuer le danger d’une nouvelle prise de pouvoir par des organisations terroristes. Il est donc nécessaire de déterminer qui dirigera la bande de Gaza et ses deux millions d’habitants.

Qui dirigera la bande de Gaza : l’Autorité palestinienne de Mashupar, des familles distinguées, des chefs de clan, Israël, un gouverneur militaire, un gouvernement militaire israélien, un gouvernement civil local, un maire, un comité composé de représentants saoudiens, émiratis et américains…?

Avec ou sans Israël. Les options sont nombreuses. Pour le moment, il ne semble pas que le gouvernement israélien et les cabinets consacrent une réflexion et une planification à la question du « lendemain » du gouvernement de Gaza. Le gouvernement israélien ne fournit pas de réponses, pas même de réflexions et de suggestions, au public israélien et au monde.

Israël ne résoudra pas seul le problème de la bande de Gaza. La solution réside probablement dans la création d’un type d’entité qui n’existe pas encore : une large et nouvelle infrastructure de représentants des pays, des organisations et des entités.

Israël, l’Égypte, les États-Unis, l’Europe, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, tous et d’autres devront un jour donner leur avis sur le sort de deux millions d’habitants d’une des régions les plus densément peuplées du monde, une zone qui borde l’État d’Israël et qui regorge de haine envers Israël dans une région devenue un nid de terrorisme.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire