« J’avais peur que le bus n’explose avec les soldats à l’intérieur » : de nouveaux détails sur l’attaque du bus dans la Bik’a

0
63

L’attaque dans la Bik’a s’est terminée par des miracles : les terroristes ont versé de l’huile et non du carburant et n’ont pas pu mettre le feu au bus – mais a provoqué l’incendie de leur véhicule, le bus a roulé sans chauffeur mais un soldat a mis le frein, et le responsable militaire a tiré une cartouche entière sur les terroristes.

Hidabrouth – Naama Green

Quelques jours après l’attaque du bus dans la Bik’a, une partie des miracles qui s’y sont déroulés a été révélée : le commandant qui était avec les soldats dans l’autobus a tiré 29 balles sur les terroristes. Le commandant de peloton a tiré 5 autres balles, et après s’être blessé au doigt, il a tiré le frein à main du bus, ce qui a empêché sa chute. Selon le reportage de News 13, le liquide que les terroristes ont répandu était de l’huile et non du carburant, ils n’ont donc pas réussi à mettre le feu au bus, mais leur propre véhicule s’est enflammé. Deux d’entre eux ont été découverts par les forces de sécurité alors qu’ils étaient blessés et brûlés. La recherche du troisième terroriste se poursuit.

News 12 a publié une vidéo de l’intérieur du bus documentant les moments difficiles que les soldats ont traversés. Les images montrent les soldats, dont la plupart sont des recrues et ne sont pas armés, et les sons des coups de feu des terroristes se font entendre.

Ephraim Miller, 33 ans, est arrivé sur les lieux de l’attaque quelques minutes après qu’elle se soit produite. Dans une interview avec Yedioth A’haronoth, il a raconté les moments après son arrivée sur place. « J’ai sorti mon arme et j’ai commencé à scanner la scène. De l’intérieur du bus, j’ai commencé à entendre des cris de ‘attaque, attaque’. J’ai vu que le bus était criblé de balles. Il n’avait pas de chauffeur et roulait lentement vers le précipice. De l’intérieur, ils ont crié « arrêtez le bus ».

« Il y avait une odeur âcre et j’avais peur que le bus n’explose à tout moment, avec tous les militaires à l’intérieur. J’ai essayé d’entrer par la fenêtre du conducteur pour ouvrir les portes, mais je n’ai pas pu. J’ai fait le tour du bus et l’ai ouvert par les poignées d’urgence. J’ai scanné le bus pour m’assurer qu’il ne restait personne, puis j’ai envoyé un rapport ordonné aux forces ».

Miller a ajouté qu’il y a 19 ans, son père Shlomo a été assassiné lors d’une fusillade par un terroriste. « J’avais 14 ans quand papa a été assassiné lors d’une attaque », a-t-il partagé. « Lorsque les choses ici se sont calmées, j’ai pensé à propos de l’attaque avec papa. Les larmes ont commencé à couler et j’ai pensé au fait que je ne devais pas laisser ma femme et mes enfants seuls. Ce furent des moments difficiles. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire